Catégories :

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 6 novembre 2015 | Melodia

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
« [...] Ludmila Berlinskaya fait partie de ces pianistes qui possèdent, dans ce répertoire, un souffle d'un naturel et d'une sincérité sans faille, et qui explore avec une sorte de gourmandise passionnée et généreuse les pulsations sonores de l'œuvre. Plus encore, elle ajoute à sa lecture une fantaisie souple sans une once de raideur. [...] À tout cela s'ajoute le talent de narratrice de l'interprète, qui aborde les œuvres avec une conception presque littéraire : elle nous raconte Anna Karénine ! [...] Ici, la lisibilité et l'art du chant magnifient ces pièces choisies pour parcourir toute l'œuvre de Scriabine. [...] On saluera aussi les pièces du talentueux Pasternak [...] et on restera bouche bée à l'écoute des préludes de Julian Scriabine*, un génie disparu à l'âge de onze ans, dont l'écriture avait assimilé l'esthétique de son époque. » (Classica, février 2016 / Stéphane Friédérich)* Fils d'Alexandre Scriabine
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Quintettes - Paru le 6 novembre 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Quand on pense à « musique espagnole », ce n’est pas nécessairement « musique de chambre » qui vient à l’esprit, plutôt que piano solo ou orchestre. Et pourtant, Granados autant que Turina ont livré à la postérité chacun un quintette avec piano, l’un en 1897, l’autre en 1907, tous deux surtout à la suite d’un très formateur séjour à Paris. Chose très remarquable, aucun de ces deux ouvrages ne fait dans l’hispanisme musical ; Saint-Saëns, Fauré, Franck, Ravel pour Turina, voilà les influences évidentes, même si une certaine ampleur d’écriture brahmsienne se laisse entendre de temps à autres. Deux chefs-d’œuvre à ne pas manquer. Et en guise de bonbon final hispano-debussysant, le Quatuor Quiroga et le pianiste Javier Perianes ont choisi Caliope extrait des Muses d’Andalousie de Turina, une bien belle chose écrite en 1940. © SM/Qobuz« Oublions tout ce que nous savons du compositeur des Goyescas ! Rien dans ce quintette ne peut suggérer l'Espagne. [...] Comme chez la plupart des compositeurs espagnols, au tournant du siècle, l'influence française se révèle essentielle : en effet, Granados aura rencontré, à Paris, Debussy, Ravel, Fauré, Dukas, d'Indy, Saint-Saëns, etc. [...] Turina suit un parcours parisien comparable à celui de Granados. [...] Déroutant programme joué avec élégance.» (Classica, février 2016 / Stéphane Friédérich)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 21 avril 2015 | Ad Vitam records

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Ahhh, voilà une entreprise originale : des trios d’anches français composés entre 1935 et 1949, et attention, ce ne sont pas des transcriptions, mais uniquement des œuvres originales pour la formation. Pour mémoire, le trio d’anches rassemble hautbois, clarinette et basson. C’est en 1920 que le célèbre bassoniste Fernand Oubradous fonda le Trio d’anches de Paris, ce qui incita sans doute nombre de compositeurs à écrire pour cette formation aussi rare qu’efficace. Dans le même esprit, le Trio d’anches Trielen, fondé en 2005, se spécialise dans ce répertoire — d’essence généralement français — tout en accueillant avec plaisir les nouvelles pièces qui leur sont dédiées. Ce CD consacré aux grands Français (et assimilés, comme Tansman…) de cette époque est un véritable petit bijou : invention, tendresse, facétie, émotion, douleur… n’allez pas imaginer que de n’avoir que trois instruments réduise de quelque manière que ce soit l’éventail des possibilités. © SM/Qobuz " Hautbois + clarinette + basson : voilà une opération qui sied bien à la musique française du début du siècle dernier, comme en témoignent les trios signés Auric, Tomasi, Transman, Ibert ou Milhaud. La prise de son, globale, donne très bien à entendre les échanges complices, les apostrophes péremptoires et les accents espiègles dont font preuve les trois membres de l'Ensemble Trielen." (Classica, mai 2015)
CD9,99 €

Quintettes - Paru le 13 janvier 2015 | ATMA Classique

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
On pourrait presque être troublé par les parallélismes : Pierné et Vierne sont nés à quelques années d’intervalle, morts tous deux en 1937, et leurs quintettes avec piano respectifs portent le numéro d’opus 41 pour l’un, écrit en 1917, et opus 42 pour l’autre, écrit en 1918. Les convergences ne s’arrêtent pas là. Les deux ouvrages portent en eux cette atmosphère terrifiée, tout particulièrement le Quintette de Vierne, écrit après que le compositeur eut appris la mort de son fils à la guerre. « J’édifie en ex-voto un quintette de vastes proportions dans lequel circulera largement le souffle de ma tendresse et la tragique destinée de mon enfant. Je mènerai cette œuvre à bout avec une énergie aussi farouche et furieuse que ma douleur est terrible, et je ferai quelque chose de puissant, de grandiose et de fort, qui remuera au fond du cœur des pères les fibres les plus profondes de l’amour d’un fils mort… Moi, le dernier de mon nom, je l’enterrerai dans un rugissement de tonnerre et non dans un bêlement plaintif de mouton résigné et béat. » Le quintette de Pierné, d’une proportion quasi-symphonique, comporte également ces accents révoltés, non pas dans la plainte, mais dans la violence. Comment se fait-il que ces deux chefs-d’œuvre de la littérature française de l’époque n’appartiennent pas au grand répertoire ? Justice est ici faite. © SM/Qobuz " On retrouve ici Stéphane Lemelin dont nous avions tant aimé les Fauré, au toucher souple, sensuel et varié très adapté à ce type de musique à la fois sensible et fortement architecturée. Le Quatuor Arthur-Leblanc semble avoir particulièrement travaillé le son spécifique à la musique de chambre française. Sans jamais épaissir la sonorité, en évitant toujours l'agressivité métallique, en restant toujours léger, il parvient cependant à donner une impression de puissance symphonique." (Classica, juin 2015 / Jacques Bonnaure)
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 janvier 2015 | CPO

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
" Musique légère ou répertoire radiophonique ? Qu'importe, les musiciens rassemblés ici ont tous un point commun, le talent. Et même si les noms de Schreker, Toch et Braunfels ne sont plus inconnus d'un lettré appréciant la redécouverte des trésors de la première moitié du XXe siècle, ceux plus modestes de Künneke, Spoliansky et Butting sont tout aussi dignes d'attention. La Petite suite de Schreker justifie à elle seule l'acquisition de cet album, tant le musicien y cultive son goût pour des timbres étranges [...] où, dans la transparence de l'orchestre, se distinguent les voix solistes charmeuses du cor anglais, du saxophone et du contrebasson solo." (Classica, avril 2015 / Franck Mallet)
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2013 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio

L'époque

Musique Moderne dans le magazine