Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

1421 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

François Couperin - Colin de Blamont : Concert chez la Reine

Les Ombres

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 25 août 2010 | Ambronay

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Le Choix de France Musique
La musique italienne a envahi la capitale française au cours du XVIIIe siècle. Les compositeurs de cette époque, à la Cour comme dans des occasions plus privées, s'en sont inspirés pour leurs propres créations, bien "françaises" naturellement. Dirigé par Margaux Blanchard et Sylvain Sartre, l'ensemble Les Ombres nous invite à explorer une période foisonnante qui recèle de petits bijoux comme la cantate de Colin de Blamont.
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Compositrices du Seicento

Maria Cristina Kiehr

Musique vocale sacrée - Paru le 25 août 2010 | Ambronay

Hi-Res Livret
Maria-Cristina Kiehr, à la voix d'une extrême sensualité, et Concerto Soave placés sous la direction de Jean-Marc Aymes dans des œuvres inédites de Francesca Caccini, Isabelle Leonarda, Barbara Strozzi, Caterina Assendra. De grandes compositrices du Seicento, siècle d'un extraordinaire bouillonnement musical. Des figures féminines au cœur de l'inspiration italienne.
A partir de :
HI-RES25,49 €
CD16,99 €

Judas Maccabaeus

Leonardo García Alarcón

Oratorios sacrés - Paru le 23 mars 2010 | Ambronay

Hi-Res Livret
Dirigée par Leonardo Garcia Alarcon, musicien prodigieux qui nous avait déjà ébloui il y a quelques mois chez Ambronay Editions par un album extraordinaire autour de Barbara Strozzi, cette nouvelle version de Judas Maccabaeus rayonne et séduit par son suprême équilibre. Et des solistes merveilleusement engagés. Éblouissant moment de musique !
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Virtuosissima Compositrice

Leonardo García Alarcón

Musique pour ensembles vocaux - Paru le 22 septembre 2009 | Ambronay

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Prise de Son d'Exception
Œuvres de Barbara Strozzi, Claudio Monteverdi & Sigismondo d'India / Cappella Mediterranea - Leonardo García Alarcón
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

L'art du violon seul dans l'Allemagne baroque

Mira Glodeanu

Musique de chambre - Paru le 19 novembre 2009 | Ambronay

Hi-Res Livret
Mira Glodeanu, violon
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Ténèbres du Premier Jour (François Couperin - Marc-Antoine Charpentier - Michel Lambert)

Emmanuel Mandrin

Musique vocale sacrée - Paru le 9 avril 2009 | Ambronay

Hi-Res Livret
Les Demoiselles de Saint-Cyr - Emmanuel Mandrin, direction
A partir de :
HI-RES25,49 €
CD16,99 €

Clavier Sonaten mit Obligater Violine

Mira Glodeanu

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Ambronay

Hi-Res Livret
Mira Glodeanu, violon - Frédérick Hass, clavecin
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Serpentes ignei in deserto

Jérôme Correas

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Ambronay

Hi-Res Livret
Les Paladins - Jérôme Correas, direction
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Sonates : Una nuova inventione per Maria Barbara

Aline Zylberajch

Classique - Paru le 13 octobre 2005 | Ambronay

Hi-Res Livret
Aline Zylberajch, pianoforte
A partir de :
HI-RES25,49 €
CD16,99 €

Antonio Vivaldi : Vespro a San Marco

Leonardo García Alarcón

Messes, Passions, Requiems - Paru le 28 avril 2010 | Ambronay

Hi-Res Livrets Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Le nouvel opus de Leonardo García Alarcón, qui nous a offert d'extraordinaires voyages musicaux ces dernières années chez Ambronay Editions, et en premier lieu son Strozzi. Cet album Vivaldi reconstitue un office de vêpres à Saint Marc de Venise, et présente des œuvres d'une grande richesse mélodique autant que rythmique, et souvent la manière la plus accomplie du Prêtre Roux. Magnifique.
A partir de :
HI-RES31,09 €
CD25,89 €

J.S. Bach: Clavichord

András Schiff

Piano solo - Paru le 27 janvier 2023 | ECM New Series

Hi-Res Livret
Il aura fallu plus de 40 ans à András Schiff pour acquérir son premier clavicorde. Mais cette longue attente en valait la peine. Son amour pour la "petite sœur" du clavecin est né dès la fin des années 1960, lorsque Schiff a fait la connaissance du pianiste, organiste, compositeur et chef d'orchestre anglais Georg Malcolm : "Il m'a montré comment réaliser la polyphonie de Bach uniquement à l'aide des doigts, sans utiliser la pédale de maintien".Contrairement au clavecin ou au piano, la note (corde) frappée sur le clavicorde résonne aussi longtemps que la touche est enfoncée. Il en résulte un type de jeu différent et unique, dans la mesure où la possibilité d'influencer le son même après l'avoir frappé permet de créer des techniques telles que le vibrato ("tremblement").Historiquement, le clavicorde était plutôt un instrument à usage domestique - pour s'exercer, faire de la musique de chambre, composer ou accompagner - qui n'était écouté qu'en petit comité. Ce qui au demeurant n'enlève rien à son importance et à sa portée, en témoigne son utilisation quotidienne par des compositeurs comme J.S. Bach et ses fils.András Schiff s'empare de cet instrument intime et personnel et nous présente des enregistrements qui - avec ceux de Friedrich Gulda ou de Gustav Leonhardt - constituent l'un des rares enregistrements complets de musique pour clavier de Bach sur clavicorde. Il interprète avec dévouement et précision les Interventions, les Sinfonias, la Chromatic Fantasia and Fugue BWV 903 et quelques autres, n'hésitant pas à apposer sa propre empreinte sur la musique. Schiff, qui est habituellement moins connu pour une pratique d'exécution historique, surprend ici avec un enregistrement impressionnant, dans lequel il reste fidèle à lui-même et à Bach. © Lena Germann/Qobuz
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD13,99 €

Jéliote, haute-contre de Rameau

Reinoud Van Mechelen

Mélodies - Paru le 3 septembre 2021 | Alpha Classics

Hi-Res Livret
Reinoud van Mechelen et son ensemble A Nocte Temporis poursuivent leur « Trilogie Haute-Contre » avec le favori de Rameau, Pierre de Jéliote, probablement le plus grand haute-contre de l'histoire, voix de ténor aigüe qu’il ne faut pas confondre avec celle de contre-ténor ! Rameau a énormément écrit pour Jéliote, qui n'était pas seulement chanteur mais également guitariste, violoncelliste et même compositeur… Cet album rend hommage à ce Béarnais né en 1713 et mort à l’âge canonique de 84 ans, avec un florilège d’airs de Rameau (Hippolyte et Aricie, Les Fêtes d'Hébé, Platée, Castor et Pollux, Les Boréades), mais aussi de Dauvergne, Colin de Blamont, Mondonville, Rebel et Francoeur… certains très connus, d’autres beaucoup plus rarement joués de nos jours. © Alpha Classics
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,79 €

Lamento

Fretwork

Musique de chambre - Paru le 27 août 2021 | Signum Records

Hi-Res Livret
Il fallait l'excellence de Fretwork, quintette de violes de gambe britannique et fort de trente-cinq années d'existence, accolée à la voix prodigieuse du multirécompensé contre-ténor Iestyn Davies, pour nous faire apprécier ces raretés du baroque précoce allemand. On retrouve ici quelques « chansons » sacrées de Schein, Scheidt et Schütz – ces trois maîtres étant souvent associés pour l’analogie de leurs styles respectifs. Deux suites (n° 7 et 14) extraites du Banchetto musicale (1617) de Schein et d'autres chants encore de Johann Christoph Bach, Franz Tunder ou Christian Geist complètent le programme. Si l'on peine à comprendre la structure du programme – le texte explicatif du livret se contentant de donner de simples détails historiques frôlant parfois l'anecdote –, on sera comblé par la rigueur d'exécution de Fretwork, qui réussit la prouesse de faire croire à un son uni, sorti des profondeurs, tant les violes jouent parfaitement ensemble et suivent les mêmes élans. Les œuvres purement instrumentales en témoignent tout particulièrement. Pour ce qui est du chant, le phrasé délicat de Iestyn Davies vient souligner le raffinement des compositions. Le contre-ténor sait doser avec justesse son vibrato, respectant la tradition d'une certaine épure sans sacrifier à l'émotion portée par les textes. Sur deux pièces (Auf dem Gebirge de Schütz, et Christ unser Herr zum Jordan Kam de Schein), le chanteur est rejoint par un autre contre-ténor, le jeune Hugh Cutting, très récemment sélectionné par l'académie Le Jardin des voix des Arts Florissants. La rencontre de leurs deux timbres, au demeurant assez proches, est à couper le souffle, et constitue sans réserve le point phare de cet album. À tel point qu'on regrette presque que Cutting ne fasse pas partie de la distribution principale. © Pierre Lamy/Qobuz
A partir de :
HI-RES18,99 €
CD15,89 €

Baroque

Nicola Benedetti

Classique - Paru le 16 juillet 2021 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
Lauréate en 2020 d'un Grammy Award pour son enregistrement du Concerto pour violon et de la Suite de danses pour violon (Decca) du compositeur jazz Wynton Marsalis, Nicola Benedetti remonte le temps pour nous livrer ici un nouvel album consacré à une sélection de concertos de Vivaldi et Geminiani, deux compositeurs-violonistes baroques de génie. Nicola Benedetti appartient à cette catégorie de musiciens qui n'ont pas peur de décloisonner les genres et les époques. Son aisance dans le jazz et le répertoire contemporain lui permet d'exceller dans l'exécution de ces concertos, avec un délié et un rubato d'une grande sensualité. Pour cette occasion, elle s'entoure de musiciens jouant exclusivement sur instruments d'époque, dans une formation jusqu'ici inédite : le Benedetti Baroque Orchestra. © Pierre Lamy / Qobuz 
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD13,59 €

"Générations" Senaillé & Leclair : Sonatas for Violin and Harpsichord

Théotime Langlois de Swarte

Classique - Paru le 16 juillet 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES15,79 €
CD12,49 €

Montigny: Grands Motets

Ensemble Antiphona

Classique - Paru le 25 juin 2021 | Paraty

Hi-Res Livret
"Ce Valette est un des plus excellents génies que nous ayons et sa musique est excellente". C’est en ces termes que le grand Sébastien de Brossard présente son contemporain Joseph Valette de Montigny. Malgré sa qualité reconnue, la musique de ce dernier n’a été jusqu’alors diffusée que de manière extrêmement confidentielle. Elle n’a non plus jamais été enregistrée, sans doute en raison de la rareté voire de l’absence d’édition des partitions. Ce disque proposé par Rolandas Muleika et son ensemble Antiphona vient combler cette lacune en donnant à entendre deux grands motets, pièces majeures du catalogue de Joseph Valette de Montigny. Le musicologue Benoît Michel, trop tôt disparu, a été le principal initiateur de cette belle redécouverte, et nul doute que la sortie de cet enregistrement l’aurait enthousiasmé. Cette présentation est très largement redevable à ses travaux. © 2021 Paraty
A partir de :
HI-RES10,59 €
CD7,99 €

Picchi: Complete Harpsichord Music and Other Venetian Gems

Simone Stella

Divers - Paru le 25 juin 2021 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret

Je m'abandonne à vous

Angélique Mauillon

Mélodies - Paru le 18 juin 2021 | harmonia mundi

Livret
Téléchargement indisponible
Féministe avant la lettre dans ce XVIIe siècle où la femme était victime de la domination masculine et de la misogynie ambiante, Henriette de Coligny (1623-1673) fut une femme libre et audacieuse. Amie de Christine de Suède, elle voua sa vie aux jeux d’esprit et surtout à la poésie qu’elle publia sous son nom véritable comme, en témoigne cet album d’une quarantaine d’airs de cours écrits par de nombreux compositeurs sur des poèmes de cette femme remarquable. Arrière-petite-fille de l’amiral De Coligny, mal remariée, la comtesse de la Suze avouait à Charles Perrault l'« agrément infini » qu’elle éprouvait à la rédaction de ses vers. Connue depuis les années 1950, la poésie d’Henriette de Coligny sort peu à peu de l’oubli à la faveur des recherches à la fois littéraires et musicologiques entreprises de nos jours sur les manuscrits. Cet univers précieux et tendre est défendu ici par la basse-taille Marc Mauillon entouré de sa sœur Angélique à la harpe, de Myriam Rignol à la viole de gambe et d’Alice Piérot au violon avec la participation de Céline Scheen, dessus et Antonin Rondepierre, taille. L’alternance de pièces instrumentales et d’airs restitue à la fois la préciosité et la mélancolie d’une époque empreinte de poésie galante, sous la plume d’une des figures féminines les plus singulières de ce temps, issue d’une famille militante du protestantisme. L’art vocal raffiné de Marc Mauillon excelle à plonger ses auditeurs dans l'un de ces hôtels particuliers du quartier parisien du Marais, emblèmes d’une « sociabilité mondaine dominée par les femmes », ainsi que le souligne Thomas Leconte, chercheur au Centre de musique baroque de Versailles, qui signe un des textes de présentation très érudits présents dans le livret de cet enregistrement réalisé à La Courroie d’Entraigues-sur-la-Sorgues, dans le sud de la France, une ancienne usine… de courroies transformée par des passionnés en une salle de concert atypique. Ce haut lieu culturel du département du Vaucluse sert également de studio d’enregistrement au label Harmonia Mundi pour sa nouvelle collection consacrée à de jeunes interprètes. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD11,19 €

Albero : Sonatas para clavicordio I-XV

Mario Raskin

Classique - Paru le 9 avril 2021 | Pierre Verany

Livret
La figure de Sebastián de Albero est moins connue que celle de ses contemporains José de Nebra, Antonio Soler, le grand Farinelli, et bien sûr Domenico Scarlatti. Néanmoins, ses sonates sont appréciées par nombre de clavecinistes, qui n’hésitent pas à les inclure dans leur répertoire au même titre que celles de Scarlatti, Soler, Seixas. Son œuvre, limitée en raison de son décès survenu prématurément à l’âge de 34 ans, nous laisse cependant entrevoir un musicien débordant d’originalité et de créativité. Sebastián de Albero décède en 1756, laissant un recueil de trente sonates, composé de quatorze paires de sonates dans la même tonalité et de deux fugues, l'une à la place 15 pour marquer la fin de la première partie, qui figure précisément dans cet enregistrement, et l'autre à la toute fin pour clore définitivement le cycle. Les recueils de sonates de Sebastián de Albero ont été retrouvés en Italie, très précisément à la bibliothèque Marciana, sûrement apporté par Farinelli, à qui la Reine Maria Barbara avait légué sa bibliothèque musicale ainsi qu'une partie de ses instruments à clavier. Il est intéressant de s'arrêter un instant sur le cas des deux premières sonates figurant dans cet enregistrement : elles semblent bien se rattacher à deux sources. D'abord chez Sebastián de Albero au début de son recueil (sonates 1 et 2), et également dans la copie d'un recueil de sonates attribuées à Scarlatti (sonates 11 et 12). Ce dernier recueil appartenait à Ignacia Ayerbe (ou Eyerbe), jeune claveciniste, très probablement élève d'Albero. Ce serait bien Alberto lui-même qui aurait alors introduit ses propres sonates parmi celles du maître napolitain, en guise d'hommage à son collègue. Ceci nous prouverait que les deux musiciens se connaissaient, et qu'une collaboration a pu s'établir entre eux. Certaines sources avancent l'hypothèse qu'Albero serait l'un des copistes des recueils de sonates de Scarlatti destinés à la Reine Maria Barbara. Cependant une différence notable entre les deux peut se dégager à partir de la thématique utilisée par Albero, celle-ci se rapprochant déjà de l'esthétique de musiciens du nord de l'Europe, notamment de Carl Philipp Emmanuel Bach qui ouvre la voie aux nouveaux goûts dominants dans toute l'Europe à la fin du XVIIIe siècle. (© Maria Raskin / Pierre Vérany - Arion)
A partir de :
HI-RES33,99 €
CD29,49 €

Bach : h-Moll Messe, BWV 232

Stephan MacLeod

Classique - Paru le 26 mars 2021 | Claves Records

Hi-Res Livret
La Messe en si avec un ensemble de dix chanteurs par souci d’authenticité, ni pour affirmer notre point de vue sur la manière dont les choses devraient être faites ou pas. On oublie parfois dans la quête de l’authenticité que les musiciens, autrefois comme aujourd’hui, ont toujours été pragmatiques et ont toujours accepté de s’adapter à des contraintes : budgets, diapasons, effectifs, instruments à disposition, etc. La seule réalité historique n’est donc pas systématiquement une notion aussi pertinente que cela et nous n’avons pas l’ambition de nous inscrire dans les débats souvent passionnants que suscitent ces recherches. [...] Un musicien peut être conforté dans son besoin de légitimer ses choix esthétiques par ses connaissances de l’histoire, mais si la recherche de l’authenticité devient le seul moteur de son travail, il peut s’égarer. C’est donc un autre phénomène qui nous attire et nous motive. À l’époque de Bach, les chanteurs à Leipzig, quels qu’aient été leurs effectifs précis, chantaient devant les instrumentistes et non derrière. La musique religieuse existait en fonction du verbe qu’elle magnifiait, les instrumentistes et chanteurs partageant à l’époque une même langue et une même culture. Mettre la voix devant les instruments aujourd’hui comme nous le faisons avec Gli Angeli Genève, c’est redonner à la parole la place qui doit être la sienne : la première, celle qui fonde et suscite cette musique vocale. Et si le chœur chante devant les instruments, il n’a pas besoin d’être nombreux tant l’équilibre entre voix et orchestre est facilité. [...] » Stephan MacLeod (extr. du texte du livret) Que penser de ce cercle intimiste sous la direction du chef et chanteur genevoix Stéphan MacLeod dont la conception homogène de l'œuvre est le fil conducteur, sinon qu'il nous étonne en réussissant à préserver, grâce au relief et à la parfaite cohésion de son mince effectif, l'esprit de la Messe en si* et son imposante puissance — la prise de son y aidant un peu. Cependant, on se prend à ressentir de la frustration d'être privé de la douceur et de la somptuosité vocales irremplaçables d'un grand chœur. Ce sont néanmoins dans les parties chorales, d'une belle tenue vocale et instrumentale, que se libère la ferveur souveraine du chef et de l'ensemble — la splendeur magistrale de la Messe ne peut que la susciter. (Qobuz / GG)  * C'est sans doute la tonalité du premier Kyrie qui a conduit au XIXe siècle à donner à la messe de Bach le titre de Messe en si mineur, bien que la majorité des morceaux soit en ré majeur, tonalité dans laquelle elle se termine.