Catégories :

Artistes similaires

Les albums

1239 albums triés par Meilleures ventes
CD34,99 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | Australian Broadcasting Corp (ABC)

CD9,99 €

Opéra - Paru le 9 août 2019 | SWR Classic

Livret
HI-RES37,48 €
CD24,98 €

Opéra - Paru le 7 juin 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
CD19,49 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Classique - À paraître le 30 août 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
CD10,79 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 mars 2014 | mpLive

CD9,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Editions Audiovisuel Beulah

HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Opéra - Paru le 31 mai 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res
HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Opéra - Paru le 24 mai 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res
HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Opéra - Paru le 17 mai 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Jube Classic

Hi-Res
CD19,98 €

Classique - Paru le 18 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 3 novembre 1971 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Enregistrée à Vienne en 1970 dans une prise de son superlative, c’est la première version vraiment complète de la version parisienne de Tannhäuser. Si elle n’est pas parfaite (aucun enregistrement d’opéra de l’est vraiment) elle est néanmoins indispensable grâce à sa beauté orchestrale aussi entêtante qu’un parfum capiteux et à la présence de chanteurs wagnériens exceptionnels. Christa Ludwig est l’incarnation même de Vénus avec sa voix crémeuse alors captée au sommet de ses moyens. René Kollo campe un Tannhäuser impétueux et jeune, il est alors au sommet de ses capacités vocales. Elisabeth quasi idéale, Helga Dernesch donne tous les raisons par son timbre si singulier de faire tourner la tête au héros. C’est un vrai garçon (provenant des Petits Chanteurs de Vienne) qui incarne le jeune pâtre d’une manière très touchante. Hans Sotin, au début de sa carrière, est un Landgrave à la voix d’airain. Avec ses solistes de grande classe et un Philharmonique de Vienne somptueux dirigé par un grand chef wagnérien, c’est une des meilleures réalisations de la version parisienne et un classique révéré depuis longtemps par les wagnériens. © François Hudry/Qobuz
HI-RES38,99 €
CD27,99 €

Classique - Paru le 1 avril 1973 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Lorsqu’il enregistre Parsifal en studio, en 1972 – trois années après Pierre Boulez – Sir Georg Solti dispose encore de toutes les gloires vocales de l’époque. Après son enregistrement magistral du Ring, voilà que Decca réunit autour de lui un aréopage exceptionnel : Dietrich Fischer-Dieskau, Hans Hotter, Gottlob Frick, René Kollo, Zoltán Kelemen, Christia Ludwig, Robert Tear et, excusez du peu, les meilleurs filles-fleurs possibles qui ont pour noms Popp, Te Kanawa, Howells et Knight. C’est aussi l’époque des mythiques prises de son du label anglais, où l’équilibre entre les voix et l’orchestre est quasi idéal, avec une spatialité particulièrement réussie et une somptuosité sonore envoûtante grâce à un Orchestre Philharmonique de Vienne d’une sensualité sans égale. En studio, tout est pensé, calculé, idéalisé, loin de la scène et de ses prises de risques mais le résultat est une réussite absolue. On ne sait qu’admirer le plus entre la Kundry incroyable, monstrueuse, éperdue de Christa Ludwig ou le Parsifal empli d’une douceur encore adolescente de René Kollo, sans parler de la direction ciselée et particulièrement chatoyante de Solti. Une référence à (ré)écouter d’urgence, surtout dans la magistrale remastérisation en haute-définition que nous offre aujourd’hui l’éditeur. © François Hudry/Qobuz
HI-RES68,49 €136,99 €(50%)
CD48,99 €97,99 €(50%)

Opéra - Paru le 1 janvier 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Les légendes ne meurent jamais. Le directeur artistique de Decca, John Culshaw, a bien conscience d'en construire une lorsqu'en 1958 il parie sur Georg Solti, armé de l'élite des chanteurs wagnériens des années 50 et 60. Alliant prouesses techniques à un style inimitable ayant formé sans partage, quoi qu'on en pense, plusieurs générations de wagnériens, ce Ring — le tout premier enregistré en studio — n'a aujourd'hui pas pris une ride.
HI-RES87,99 €
CD62,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 5 août 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Il est de bon ton d’affirmer que le Philharmonique de Berlin « n’est pas un orchestre d’opéra », et de préférer mordicus les orchestres « de fosse » pour le répertoire lyrique. Oubliant au passage que bien des orchestres symphoniques ou philharmoniques, dans tant et tant de grandes villes (dont Vienne…) de la sphère germanique – et d’autres – sont exactement les mêmes que ceux qui officient en fosse. Quant à Herbert von Karajan, que l’on aime ou pas, ses capacités de meneur d’un plateau de chanteurs sont parfaitement évidentes. Pour cette Tétralogie enregistrée entre 1966 et 1970 à la Jesus-Christus-Kirche de Berlin, Karajan, l’orchestre et les solistes sont affranchis des contraintes de la scène et des équilibres parfois difficiles à réaliser entre plateau et fosse : une sorte d’idéal, sans doute, même s’il peut en exister d’autres tout aussi défendables. Du côté du plateau, on y entend le Wotan de Fischer-Dieskau pour L’Or du Rhin, celui – plus mâle – de Thomas Stewart donnant la réplique à la Brünnhilde de Régine Crespin pour La Walkyrie, relayée par Helga Dernesch dans Siegfried¬ – le héros étant chanté par Jess Thomas, lui-même relayé par Helge Brilioth dans Le Crépuscule des dieux. La liste des chanteurs est un véritable Gotha de ce qu’il y a de meilleur au monde à ce moment-là, y compris pour les rôles secondaires. L’acoustique de l’unique lieu berlinois, choisi année après année, compense donc les différences vocales que l’on peut imaginer entre les divers chanteurs tenant les mêmes rôles d’un volet à l’autre de la Tétralogie. Quinze heures de musique, dans un enregistrement somptueux et tiré à quatre épingles qui n’a pas pris une ride, qui dit mieux… © SM/Qobuz
CD125,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 2006 | Philips

Lorsque trois mythes s’entrechoquent : le mythe des Niebelungen, le mythe du Gesamtkunstwerk wagnérien, le mythe du « Ring du siècle » qui, à l’occasion du centenaire de la création de l’ouvrage à Bayreuth, fit à la fois scandale et tache d’huile dans le monde wagnéro-bayreuthien, on obtient cette intégrale parfaitement déroutante. Déroutante fut la mise en scène du regretté Patrice Chéreau, puisqu’il transféra les Dieux, les hommes, les nains et les héros dans un XIXe siècle évidemment inspiré des écrits de George Bernard Shaw (The Perfect Wagnerite, où le dramaturge replaça tout le drame dans son contexte social et politique d’une puissante et terrible modernité) ; déroutante fut également la direction musicale de Pierre Boulez, dont les tempi allants, ultra-allants, représentèrent une radicale rupture avec les amples lenteurs germaniques habituelles. Ajoutez à cela une conception hyper-analytique de l’orchestre, avec un brin d’irrespect pour les chanteurs qu’il traita plus comme des instrumentistes que comme des divas (il faut avouer que parfois, il est tentant pour un chef de remettre ces stars du gosier animaux à leur place…), et vous avez matière à un Ring d’exception, dans tous les sens du terme. L’enregistrement fut réalisé la dernière année de ce cycle, qui avait commencé en 1976 et s’était achevé en 1980. Superbissime prise de son, considérant que c’est du vrai direct pris sur scène. Et l’audition partition en main vous fera découvrir bien des détails d’orchestration que les lectures germanisantes ont tendance à noyer dans un surcroît de pâte sonore. On aime, on n’aime pas, on ne restera jamais indifférent. © SM/Qobuz
HI-RES13,49 €48,99 €(72%)
CD9,99 €34,99 €(71%)

Opéra - Paru le 1 janvier 1966 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
On parle volontiers d'une "tension ahurissante et quasi expressionniste" en décrivant la direction musicale de Karl Böhm dans son interprétation de Tristan et Isolde. Dans cet enregistrement de légende, réalisé à Bayreuth en 1966, il faut y ajouter la voix et l'incarnation de Birgit Nilsson qui fut une des plus grandes Isolde du siècle dernier et le Tristan héroïque de Wolfgang Windgassen pour mesurer ce que cet enregistrement a d'exceptionnel. Quant à Christa Ludwig, c'est probablement la meilleure Brangäne de la discographie du chef-d'oeuvre de Wagner. Arrêtons les superlatifs et écoutons... © François Hudry/Qobuz

Le compositeur

Richard Wagner dans le magazine