Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 9 mars 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica - Prise de Son d'Exception
En imaginant qu’il existe un « bel canto » français, il ne procéderait en rien de l’art lyrique, ni n’appartiendrait au XIXe siècle : il serait religieux et né du Grand siècle, sous la plume de compositeurs tels que Michel Lambert, Marc-Antoine Charpentier, François Couperin, Michel Corrette, Nicolas Bernier ou Michel-Richard de Lalande, tous d’immenses créateurs de « beau chant », tout particulièrement dans leurs Leçons des ténèbres. Et pourquoi, demanderez-vous, tant de musiciens se sont-ils penchés sur le genre ? C’est tout simplement que dès le début du Crème et jusqu’à la Semaine sainte, les spectacles d’opéra étaient interdits, de sorte que les chanteurs se seraient trouvés sans emploi pendant quarante jours. Or, il était encore permis de donner de la musique sacrée, et quel meilleur argument musical que les Lamentations de Jérémie pour donner libre cours à l’imagination mélodique sans fin de tous ces grands bonshommes ? Certes, l’accompagnement se limite à la basse continue, mais le contenu vocal des Leçons sont du plus grand « opéra » monodique qui se puisse imaginer. Personne ne devait être dupe, d’ailleurs, car rien de plus éloigné de l’austère Grégorien (qui serait toujours utilisé lors de certains services divins) et des riches enluminures mélismatiques des Leçons. Sophie Karthäuser nous donne celles de Lalande, entrecoupées précisément de quelques passages grégoriens qui permettent de les remettre en perspective historique et musicale. Une superbe réalisation, sous tous les plans : prise de son, qualité vocale, accompagnement, et architecture du CD. © SM/Qobuz "Le chef-d'œuvre de Sophie Karthäuser et Sébastien Daucé fera-t-il sortir Lalande de son purgatoire ? [...] Karthäuser abordait ce répertoire en novice et c'est une chance, car elle se l'est approprié sans préjugé, par un travail profond, quand bien des spécialistes trop sûrs de leur fait se contentent de saupoudrer trois ornements sur un déchiffrage. Subtilement guidée par Daucé, elle donne un sens, un élan, un poids à chaque mot comme les plus grands évangélistes aux Passions de Bach. À la palette de sa voix répond l'accompagnement très ouvragé." (Diapason, avril 2015 / Gaëtan Naulleau) " C'est avec l'intensité et l'intelligence dramatiques qu'on lui connaît que Sophie Karthäuser appréhende cette musique [...] À chaque instant les artifices du chant soutiennent l'éloquence d'une oratrice convaincue qui n'aurait pu rêver tribune plus idoine que les voix féminines et les instrumentistes de l'Ensemble Correspondances. Une telle réussite devrait maintenir pour longtemps ces pages de Lalande hors des ténèbres de l'indifférence." (Classica, mai 2015 / Philippe Venturini)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 avril 2018 | Alpha

Hi-Res Livret
En 1682, Versailles devenue résidence principale de Louis XIV souhaite recruter de nouveaux sous- maîtres de Chapelle ; le monarque imposera finalement le sien : ce sera Lalande, favori du Roi, un jeune homme de vingt-six ans qui va ainsi devenir le grand compositeur de la musique sacrée à Versailles. Livrant une vision nouvelle de l’orchestre après l’inflexible Lully, il y ose des architectures sonores inédites en cherchant de nouvelles combinaisons de parties orchestrales que n’avaient pas osées ses prédécesseurs, en mettant en valeur certains instruments solistes plus rares. De la sorte, il représente le chaînon manquant entre Lully et Rameau, dernier héritier de la tradition orchestrale baroque à la française. Pour ce disque, infime pierre dans l’édifice des soixante-dix-sept grands motets de Lalande, Vincent Dumestre et son Poème harmonique ont choisi de représenter les premiers pas de son écriture pour la Chapelle Royale avec l’Ecce nunc de 1683 et surtout le grandiose Deitatis majestatem de 1681, jusqu’aux dernières corrections – Lalande remaniait volontiers – de son Te Deum. C’est en effet au travers de cet ouvrage que s’exprime de la manière la plus éclatante l’image sonore de la majesté ; le Te Deum, certes composé dès 1684, a été réécrit maintes fois jusque dans les années 1720, date de l’ultime version autographe. Cette version, qui illustre l’évolution la plus tardive de son écriture, est une rareté également par le fait que le compositeur y note la durée exacte de chaque verset ! Ce qui nous donne une idée très précise des tempi métronomiques qu’il a pu utiliser – outil de travail ô combien précieux pour les musiciens d’aujourd’hui. Cet album, enregistré en public à la Chapelle Royale de Versailles, respecte, à quelques dizaines de secondes près, ce paramètre exigeant et incontournable. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice
L’un des plus grands compositeurs du Baroque français, Michel-Richard de Lalande, brillait par son absence dans la discographie et ce n’est que récemment qu’il y trouve sa juste place. Glossa se réjouit de participer à cette renaissance avec cet enregistrement de trois grands motets somptueux où Olivier Schneebeli dirige Les Pages et les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles. Très influent durant le règne de Louis XIV, Lalande accapara à partir de 1680 les fonctions musicales les plus importantes de la cour. L’une d’elles consistait à composer de la musique sacrée pour la Chapelle Royale du château de Versailles. Bien que la consécration de la chapelle « définitive » n’ait eu lieu qu’en 1710, ce trio de grands motets (pièces vocales et chorales de grande dimension, avec accompagnement instrumental, se fondant généralement sur les textes des psaumes) fut conçu en pensant aux caractéristiques architecturales et acoustiques de ce nouvel espace. L’essai de Thomas Leconte, du CMBV, inclus dans le livret, situe cette musique dans son contexte historique. Nous disposons d’une information détaillée sur l’interprétation au temps de Lalande – incluant la configuration des effectifs instrumentaux ainsi que les révisions successives réalisées par le compositeur – qui a permis aux experts du CMBV de préparer méticuleusement l’enregistrement, dans la Chapelle Royale, de ces trois motets, Venite, exultemus Domino, De profundis et Dominus regnavit. À la qualité vocale de la maîtrise de cette institution s’ajoute l’art de quatre solistes experts en la matière, Chantal Santon-Jeffery, Reinoud Van Mechelen, François Joron et Lisandro Abadie, ainsi que l’environnement instrumental idéal du Collegium Marianum. © Glossa
CD6,49 €

Classique - Paru le 18 mars 1991 | harmonia mundi

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2007 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1962 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 septembre 2011 | Past Classics