Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD11,49 €

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Sony Music Entertainment

A partir de :
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 novembre 2020 | ATMA Classique

Livret
A partir de :
CD11,49 €

Classique - Paru le 7 août 2020 | Sony Classical

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2020 | BIS

Hi-Res Livret
La Passion selon saint Luc (« Passio et mors Domini nostri Iesu Christi secundum Lucam »), composée en 1966, date de la première manière de Krzysztof Penderecki, qui avait alors 32 ans. Anonymement connu par des millions de spectateurs grâce à sa musique largement utilisée par le cinéma, dans des films tels que L’Exorciste (William Friedkin, 1980), Shining (1980, Stanley Kubrick), État second (Peter Weir, 1993), Shutter Island (Martin Scorsese, 2010) et Twin Peaks (2017), Penderecki est un des compositeurs contemporains les plus couramment joués. Il est trop tôt pour faire le bilan de ce géant de la musique du XXe siècle disparu en 2020, mais certaines œuvres fortes comme cette Passion ou son opéra Les Diables de Loudun ont marqué les esprits et demeurent au répertoire. Atonale de bout en bout et utilisant tous les moyens de l’avant-garde de l’époque, La Passion selon saint Luc conserve aujourd’hui toute sa force d’expression et son grand impact émotionnel. Loin des querelles esthétiques et des commentaires qui l’ont accompagné durant toute sa vie, le compositeur affirmait que son œuvre était authentique, clouant ainsi le bec à ceux qui voulaient le placer dans le clan des avant-gardistes ou dans celui des réactionnaires. Enregistrée en ouverture du Festival de Salzbourg 2018, cette version a d’abord été présentée à Cracovie en présence du compositeur sous la baguette de Kent Nagano à la tête de l’Orchestre symphonique de Montréal et de deux splendides chœurs polonais. Si le compositeur, par ailleurs excellent chef d’orchestre, a dirigé son œuvre plus de 60 fois, il s’est trouvé en complète adéquation avec la présente version, affirmant même qu’elle lui avait fait ressentir « pour la première fois le mystère de la spiritualité et de la foi ». © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2020 | DUX

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2020 | DUX

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | CD Accord

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Universal Music Polska Sp. z o.o.

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Universal Music Polska Sp. z o.o.

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | DUX

Livret
Quel singulier parcours que celui du compositeur polonais Krzysztof Penderecki, né en 1933, qui est exactement l’inverse de celui de Stravinski, parti de la rutilance de Tchaïkovski et de Rimski-Korsakov pour aboutir au Sacre du printemps et finir sa vie en composant de la musique sérielle. C’est de cette dernière que Penderecki s’empare dès sa jeunesse avec des œuvres strictement dodécaphoniques. Il devient même un des chefs de file de l’avant-garde musicale européenne avant de se vouer, au tournant des années 1960, à la musique religieuse (Passion selon Saint-Luc), puis en composant une musique de plus en plus classique jusqu’à devenir le post-romantique que l’on connait aujourd’hui. C’est à cette mouvance qu’appartient le Double Concerto pour violon et alto, composé en 2013 à l’occasion du bicentenaire du Musikverein de Vienne. Il s’agit de l’œuvre la plus récente de cette parution. Datant de 1983, le Concerto pour alto est à mi-chemin entre le concerto et la symphonie concertante. Écrit à la suite d’une commande du gouvernement du Venezuela, ce concerto a séduit plusieurs solistes qui l’ont transcrit pour divers instruments : violoncelle, clarinette, saxophone et guitare. C’est cette dernière version qui est présentée ici. Le Concerto grosso n° 2 (revu en 2003) convoque trois clarinettes et deux cors de basset (un des instruments favoris de Mozart). Écrit en un seul mouvement, il est inspiré à la fois par la musique baroque et par l’expressionisme du XXe siècle ; une dualité qui fait s’affronter des expressions émotionnelles très différentes, du drame à une légèreté de ton primesautière dans le style d’un scherzo à l’écriture fuguée. Fondé en 2007 par le grand chef polonais Jerzy Semkov, disparu en 2014, le Sinfonia Iuventus est constitué de jeunes musiciens de moins de trente ans, tous issus des conservatoires polonais, qui trouvent ici la possibilité de se perfectionner dans le travail d’orchestre avant d’essaimer dans les principaux orchestres du pays et du monde. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Polskie Radio

A partir de :
CD21,49 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Toutes ces œuvres de Penderecki ont été commandées par Anne-Sophie Mutter et lui sont dûment dédiées (ainsi qu’au contrebassiste Roman Patkoló dans le cas du Duo concertant pour violon et contrebasse de 2010), c’est donc justice que cet album les rassemble sous un même toit. On va crescendo, de La Follia pour violon solo de 2013, une série de variations, jusqu’au Deuxième Concerto pour violon, « Métamorphoses » de 1995 – ici dirigé par le compositeur en personne –, en passant par le Duo concertant déjà mentionné, et la Sonate pour violon et piano de 1999. Comme tant de compositeurs de son époque – rappelons qu’il est né en 1933 – Penderecki a fait le « chemin à rebours », commençant son parcours de compositeur dans la voie tracée par le sérialisme, avant de s’en détourner pour revenir à un langage autrement mélodique, proche du tonal et parfois même postromantique. Pour une violoniste de la trempe d’Anne-Sophie Mutter, nourrie de beauté et de virtuosité, ces œuvres représentent à la fois un perpétuel renouveau et un défi de chaque instant, tout en lui permettant de développer sa sonorité et son lyrisme passionné. Notez que ces Métamorphoses ont été enregistrées en 1997 déjà, alors que l’encre de la partition avait à peine séché. D’ailleurs, les autres enregistrements suivent tous de près la date d’écriture, soulignant la proximité affective et artistique des deux personnages. © SM/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 septembre 2017 | WM Poland - WMI

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | DUX

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Avec les opéras, les symphonies et les oratorios, les concertos constituent un groupe essentiel dans l'œuvre de Penderecki [...] d'une rare intensité dramatique. [...] Penderecki a renoué avec la tonalité et la grande forme. Chaque partition propose un monde original, fait d'une ironie grinçante qui n'est pas sans rappeler Chostakovitch [...]. Dans cette production, on retiendra le très inventif Concerto pour cor de 2008, aux tonalités ludiques et straussiennes, qui montre la capacité de renouvellemnet du compositeur. [...] Comme dans les autres concertos enregistrés ici, le compositeur tire le meilleur de ses solistes et d'un orchestre de jeunes aux couleurs drues, à l'engagement de chaque instant. Des versions testamentaires de plein droit historiques. » (Classica, mai 2016 / Bertrand Dermoncourt)
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | DUX

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Avec les opéras, les symphonies et les oratorios, les concertos constituent un groupe essentiel dans l'œuvre de Penderecki [...] d'une rare intensité dramatique. [...] Penderecki a renoué avec la tonalité et la grande forme. Chaque partition propose un monde original, fait d'une ironie grinçante qui n'est pas sans rappeler Chostakovitch [...]. Il faut écouter le Largo pour violoncelle et orchestre, la dernière partition contemporaine créée par Mstislav Rostropovich à Vienne, en 2005. Musique délétère, aux climats crépusculaires. [...] Comme dans les autres concertos enregistrés ici, le compositeur tire le meilleur de ses solistes et d'un orchestre de jeunes aux couleurs drues, à l'engagement de chaque instant. Des versions testamentaires de plein droit historiques. » (Classica, mai 2016 / Bertrand Dermoncourt)
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | DUX

A partir de :
CD13,49 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 27 mai 2016 | WM Poland - WMI

Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2016 | Orfeo

Le compositeur

Krzysztof Penderecki dans le magazine
  • Ce soir en direct de Berlin, une passionnante Passion signée Penderecki
    Ce soir en direct de Berlin, une passionnante Passion signée Penderecki En mars 1966, un jeune compositeur polonais de 32 ans, un certain Penderecki, éblouit la planète musicale de sa Passion selon saint Luc. A retrouver ce soir samedi 21 septembre en direct de la Sall...
  • Krzysztof de Dębica
    Krzysztof de Dębica 75 ans aujourd’hui ! Mais malheureusement sans doute pas encore la reconnaissance des grands… Né à Dębica, près de Cracovie, le 23 novembre 1933, le compositeur et chef d'orchestre polonais Krzyszt...