Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES13,49 €18,49 €(27%)
CD9,49 €13,49 €(30%)

Bandes originales de films - Paru le 18 décembre 2019 | Walt Disney Records

Hi-Res
On connaît tous des couples mariés depuis des décennies et qui sont toujours aussi bien assortis, malgré les épreuves du temps. C’est le cas de John Williams et de la saga Star Wars, en ménage depuis 42 ans. Sur les 12 films de la série, seuls 2 ne sont pas signés du compositeur attitré de Steven Spielberg (remplacé par Kevin Kiner dans The Clone Wars en 2008 et Michael Giacchino dans A Star Wars Story en 2016). Cette intimité hors du commun entre un compositeur et un sujet permet d’aller au fond d’une technique particulièrement usitée dans Star Wars : celle du leitmotiv. Après tant d’années passées à les travailler encore et encore, les phrases mélodiques qui caractérisent tel personnage ou tel décor atteignent nécessairement un degré inégalé de complexité et de subtilité. C’est le cas du Rey’s Theme, que les aficionados reconnaitront (ou pas) dans certaines scènes du film. Pour ce que John Williams annonce comme son « ultime contribution » à la franchise Star Wars, celui-ci a réuni dans cette BO – de manière plus ou moins cachée – tous les thèmes associés aux grandes figures de la saga, de Leia à Yoda, en passant Darth.Dans certains scènes, l’attitude de John Williams est ni plus ni moins celle d’un vieil ami se réjouissant à l’idée de retrouver un personnage qu’on avait un peu perdu de vue au fil des années. C’est le cas de Lando Calrissian (interprété par Billy Dee Williams et qui est apparu pour la première fois dans Star Wars, Episode V en 1980), qui fait ici son retour, et dont l’apparition est associée à une musique particulièrement joyeuse. Ce type de clin d’œil amical permet d’humaniser un film que d’aucuns considèrent comme un pur produit de consommation. Et on retrouvera bien entendu l’atmosphère majestueuse (Destiny of a Jedi), épique (Battle of the Resistance) et lyrique (The Force is With You) de ce qui fait la substantifique moelle de la musique de ce mythe de notre temps. Ce 9e film est donc pour John Williams un clap de fin, mais c’est aussi pour lui un début inattendu : à 87 ans, il fait avec The Rise of Skywalker ses premiers pas comme comédien en « interprétant » (même s’il ne s’agit que d’un caméo) Oma Tres, le gérant du bar de la planète Kijimi ! © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 30 août 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
C’est au fin fond de sa Forêt-Noire natale qu’Anne-Sophie Mutter a croisé pour la première fois la musique de John Williams. La violoniste se souvient qu’il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire dans ce décor féérique que de jouer du violon, se promener, jouer au foot et aller au cinéma. C’est donc en 1978, au moment de la sortie de Star Wars, que la jeune fille découvre l’existence de celui qui était déjà une légende de la musique de film hollywoodienne, grâce notamment aux Dents de la mer de Steven Spielberg. Dans cet album comprenant de nouveaux arrangements de certaines musiques de film iconiques de John Williams, elle rejoue naturellement des extraits de la saga de Georges Lucas, tel que le très lyrique Rey’s Theme tiré de l’épisode VII, ainsi que le crépusculaire Yoda’s Theme, mais aussi Across the Stars, un morceau au romantisme mélancolique tiré de Star Wars : Attack of The Clones. D’autres grands classiques de John Williams figurent au programme, comme Hedwig’s Theme (que Mutter décrit comme « la rencontre improbable entre Harry Potter et Paganini »), et La Liste de Schindler (dont le violon solo était tenu à l’origine par le grand Itzhak Perlman). À côté de ces morceaux incontournables, l’album surprend par des choix plus originaux, comme cet extrait d’un morceau figurant dans la BO de Tintin et le secret de la Licorne (le très enlevé The Duel), mais aussi la valse si glamoureusement désuète de Sabrina (remake du célèbre film de Billy Wilder par Sydney Pollack). Across the Stars fut enregistré au mythique Sony Pictures Scoring Stage à Hollywood, où naquirent tant de partitions légendaires, du Magicien d’Oz à Lawrence d’Arabie, en passant par Chantons sous la pluie et… E.T.– ce dernier faisant malheureusement défaut à ce disque néanmoins vibrant et revigorant. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 15 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Ce qu’il y a de plus émouvant dans cette relecture des grands thèmes de John Williams par le jeune chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel, c’est de savoir que ce dernier a été biberonné par ces musiques lorsqu’il était enfant, qu’elles soient tirées des films de Steven Spielberg ou de George Lucas. Cette madeleine de Proust « grand format » constitue un panorama complet de l’œuvre symphonique du compositeur, du moins celle concernant ses BO de blockbusters (grosso modo des années 1980 à nos jours). Enregistré au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles en janvier 2019, ce live met en lumière tout le lyrisme de Dudamel, ainsi qu’une densité qui contraste avec la direction parfois rigoureusement froide de Williams dans les enregistrements où c’est le compositeur lui-même qui dirige ses œuvres. On notera aussi l’aspect étincelant de certains timbres – en particulier dans les passages où les cuivres se manifestent pour marquer l’héroïsme de la mythologie hollywoodienne à laquelle est profondément associé John Williams. La playlist n’offre pas vraiment de surprises : De Star Wars à Superman en passant par Harry Potter, ce sont les incontournables du compositeur à la barbe blanche qui sont proposés ici. La star « invisible » du concert, c’est évidemment Steven Spielberg, dont la filmographie est particulièrement bien représentée. On pourrait presque qualifier cet album de « Tribute à Spielberg » ! On retiendra l’ardeur absolue des thèmes de Marion (Les Aventuriers de l’arche perdue) et de Jurassic Park, ou encore la magie tonique de l’extrait de la BO d'E.T., l’extraterrestre. Signalons enfin le solo émouvant de la violoniste Simone Porter pour La Liste de Schindler. A l’image de ces quelques exemples, ce sont avant tout la fougue et le lyrisme de John Williams qui sont célébrés dans cet album. ©Nicolas Magenham/Qobuz
CD1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 3 mai 2019 | Walt Disney Records

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1980 | Walt Disney Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1977 | Walt Disney Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2013 | Geffen*

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 3 mai 2005 | Walt Disney Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 4 mai 1999 | Walt Disney Records

Hi-Res
HI-RES26,99 €
CD18,99 €

Bandes originales de films - Paru le 18 décembre 2015 | Walt Disney Records

Hi-Res
Avant même d’en entendre la première note, on se doute évidemment ce que la bande originale de ce septième épisode de la saga Star Wars proposera. Certes, certes, mais il serait pourtant dommage de zapper cette partition de John Williams sous prétexte qu’on connait celles qu’il avait concoctées pour les six films précédents. On retrouve ici les valeurs propres au grand compositeur new-yorkais lorsqu’il se retrouve dans le contexte d’une super production (Korngold, Bruckner et Holst en tête) mais des valeurs qui ne l’empêche guère de trouver l’inspiration quand il s’agit de signer des thèmes nouveaux et des mélodies inédites. Comme quoi Williams reste un maître dont l’inspiration n’est toujours pas en berne à 80 ans passés. © CM/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 30 août 2019 | ACT Music

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1983 | Walt Disney Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 23 avril 2002 | Walt Disney Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 27 septembre 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 6 décembre 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 4 mai 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
Le London Symphony Orchestra (LSO) est naturellement célèbre pour ses grands enregistrements de musique classique, mais c’est aussi l’une des formations favorites des compositeurs de musique de film, au premier rang desquels se trouve John Williams. C’est grâce au succès international de Star Wars en 1977 que cette particularité du LSO s’est renforcée. On ne sera donc pas surpris d’entendre les cuivres étincelants du thème principal du film de George Lucas dès l’ouverture de cet album comprenant des enregistrements totalement inédits des grands succès de Williams pour des longs-métrages de Steven Spielberg, Richard Donner et Chris Columbus. Pour mettre à bien cette entreprise ambitieuse, c’est avec vigueur, subtilité et chaleur que le chef d’orchestre Gavin Greenaway dirige les 86 musiciens du LSO dans les fameux Studios Air, fondés par Georges Martin en 1969. A côté des thèmes principaux iconiques des Dents de la mer ou de E.T. l’extraterrestre, ainsi que des suites symphoniques majestueuses d’Indiana Jones ou Jurassic Park, l’auditeur aura l’agréable surprise d’entendre deux nouveautés tirées de deux succès des années 1990 et 2000 : d’une part un arrangement poignant du thème de La Liste de Schindler pour violoncelle, et d’autre part, une relecture envoûtante du Hedwig’s Theme provenant de Harry Potter à l’école des sorciers. ©Nicolas Magenham/Qobuz
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 30 octobre 2001 | Atlantic Records

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD4,99 €

Bandes originales de films - Paru le 2 janvier 2012 | Silva France

HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Bandes originales de films - Paru le 13 juillet 2018 | Warner Classics

Hi-Res

Le compositeur

John Williams dans le magazine