Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

2073 albums triés par Meilleures ventes
HI-RES11,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1964 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 12 juin 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Il y a bien longtemps que les majors ont abandonné les enregistrements d’opéra en studio faute d’investissements et de rentabilité. Mais la réputation mondiale de Jonas Kaufmann a incité Sony Classical à enregistrer et produire cette nouvelle version d’Otello de Verdi « à l’ancienne », c'est-à-dire en studio, réalisée confortablement durant douze jours de session d’enregistrement dans l’acoustique généreuse du splendide Parco della Musica construit à Rome par l’architecte Renzo Piano. N’ayons pas peur des superlatifs en disant que nous tenons là une très grande version du chef-d’œuvre de Verdi aux côtés de celles légendaires du flamboyant Toscanini (1947), du trio gagnant Vickers-Rysanek-Gobbi de Serafin (1960) ou encore du live électrisant de Carlos Kleiber (1976). Il y en a bien sûr beaucoup d’autres aux mérites divers mais jamais entièrement satisfaisantes. Jonas Kaufmann a patiemment attendu avant d’aborder l’écrasant rôle-titre, chantant d’abord Cassio à Chicago avant d’aborder Otello à Londres en 2017 sous la direction brûlante d’Antonio Pappano (interprétation disponible en DVD). C’est ce même chef qui dirige ici l’entreprise à la tête d’un Orchestre de l’Académie Sainte-Cécile de Rome en grande forme et complètement survolté. Autour de l’Otello puissant, émouvant, impulsif et finalement si fragile de Jonas Kaufmann sont réunis la sublime Desdemona de Federica Lombardi et le Iago suprêmement solide, sordide, perfide et complice de Carlos Álvarez. Liparit Avetisyan et Carlo Bossi, respectivement Cassio et Rodrigo, viennent compléter la parfaite harmonie de l’ensemble. Ajoutons à ce bonheur vocal et instrumental celui d’une prise de son d’une grande présence rendant parfaitement justice aux attaques mordantes et aux couleurs violentes du dernier drame d’un Verdi plus que jamais en adéquation avec Shakespeare. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD12,49 €

Opéra - Paru le 1 novembre 2019 | Prima Classic

Hi-Res Livret
Comme pour nous prouver que le centre de gravité de l’opéra a changé, cette nouvelle Traviata nous vient de Lettonie. Réalisé à Riga entre le 24 mars et le 3 avril 2019, c’est le premier enregistrement de studio du célèbre opéra de Verdi depuis… vingt-six ans. Cette production fait la part belle aux grandes voix d’aujourd’hui avec l’émouvante Violetta de la soprano lettone Marina Rebeka, qui chante ce rôle avec un succès constant sur les grandes scènes du monde depuis 2007 (Naxos avait déjà publié avec elle un DVD d’une Traviata live à Hanovre dans une version semi-scénique). À ses côtés, Alfredo est incarné par Charles Castronovo, un des ténors lyriques les plus demandés de la planète. Il avait chanté ce rôle (paru également en DVD) aux côtés de Natalie Dessay à Aix-en- Provence.Quant au baryton verdien George Petean, il est lui aussi présent à Vienne, comme à Covent Garden, au Metropolitan, à Dresde ou à Zurich. Au pupitre, le jeune chef d’orchestre lyrique allemand Michael Balke est en pleine ascension. Après avoir dirigé l’opéra de Magdeburg, il est actuellement le directeur musical de celui de Saint-Gall, en Suisse alémanique, et est peu à peu demandé à Tokyo comme sur les scènes européennes. Enregistrer un disque est souvent le parcours du combattant pour les musiciens. Forte de son succès international, Marina Rebeka, comme de très nombreux artistes d’aujourd’hui, a inversé le scénario habituel en créant Prima Classic, son propre label indépendant, tout en maintenant ses droits de propriété intellectuelle et son indépendance artistique, juste pour le plaisir d’une totale liberté dans ses choix artistiques. Cette Traviata, très soignée sur le plan vocal comme sur le plan instrumental, est un des premiers jalons de cette nouvelle étiquette. © François Hudry/Qobuz
HI-RES28,49 €
CD24,49 €

Opéra - Paru le 2 octobre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - Choc de Classica
Trois « prises de rôle » pour trois chanteurs majeurs de cette génération : Jonas Kaufmann son premier Radamès, Anja Harteros sa première Aïda, Ludovic Tézier son premier Amonasro. Et dans quelles conditions de rêve : un véritable enregistrement de studio, non pas expédié à la hâte en quelques sessions générales plus quelques raccords, mais au cours d’un long processus de travail précédant une série de présentations en version de concert. On soulignera aussi l’excellente Amnéris de Ekaterina Semenchuk qui a déjà souvent joué ce rôle sur scène. Pappano offre à ce plateau de stars le moelleux tapis de l’Orchestre de l’Académie Sainte-Cécile de Rome, le tout dans l’acoustique idéale de l’auditorium Parco della Musica de Renzo Piano. Les étoiles sont alignées, en avant la musique : cet Aïda est l’un des plus beaux offerts au répertoire discographique depuis bien longtemps, d’autant plus que les chanteurs évitent soigneusement d’en « faire trop » à l’italienne, sans aucun doute avec la complicité de Pappano qui est connu pour préférer retourner aux sources plutôt que de s’en laisser imposer par la tradizione. La quasi-absence de chanteurs italiens dans les cinq rôles principaux serait-elle une sorte de bénédiction ? © SM/Qobuz« Il n'y a plus de grands chanteurs verdiens : antienne entendue mille fois et que dément avec éclat cette Aida en studio. Le duo Anja Harteros - Jonas Kaufmann atteint les plus hautes cimes, guidé par un Pappano qui fait planer sur le péplum égyptien les noirs nuages de la tragédie. [...] Le mérite en revient, d'abord, à Pappano, qui porte l'Accademia romaine à un niveau de splendeur inespéré, tout en instaurant dès les premières mesures un climat sombre et tragique dont l'étau, jusqu'au dénoument fatal, ne fera que se resserrer. [...] Comble de bonheur, la distribution évolue dans les plus hautes sphères. Les grâces d'une Tebaldi, le tempérament passionné d'une Callas, voilà, en toute simplicité, ce que prodigue l'Aida d'Harteros, hissant jusqu'à des cieux extatiques les voiles de son grand lyrisme. Plasticité des phrasés, variété et précision des nuances, émotion toujours juste [...] Face à cet astre, on ne pouvait rêver Radamès plus idéal que Kaufmann. [...] Musicien toujours aussi cultivé, acteur (pas besoin de le voir, cela s'entend) toujours aussi sensible, Kaufmann n'abuse pas cette fois d'effets de détimbrage (son péché mignon), couronnant au contraire son "Celeste Aida" d'un si bémol pianissimo digne d'un authentique bel cantiste. [...] Au final ? Une somme de qualités [...] Si bien que l'on peut affirmer sans hésiter que [...] c'est une Aida faite pour durer, au même titre que les grandes références du passé. (Diapason, octobre 2015 / Emmanuel Dupuy)« [...] S'il ne fait aucun doute que cette nouvelle intégrale a été pensée autour de Jonas Kaufmann, [...] rappelons qu'un Radamès, si pénétrant, si attentif au texte, si électrique soit-il (et notre héros réunit ses superlatifs), ne fait pas, seul, le prix d'une Aïda. Ici, le geste souverain d'Antonio Pappano pose d'emblée le climat. [...] le voici qui électrise la phrase verdienne, actionne chaque levier du drame avec un souci constant de fluidité et d'équilibre entre tableaux intimes et scènes de triomphe. [...] Le "Celeste Aida" de Kaufmann, perdu dans un soupir final, donne le ton, celui d'un héros tourmenté, plus intérieur qu'à l'accoutumée, héros néanmoins, capitaine de guerre aux aigus d'airain. En face, comme lové dans ce timbre automnal, celui, miel et or, d'Anja Harteros délivre un chant altier, des mots fécondés par un souffle et une hauteur de vue prodigieux. [...] Voici donc, dans la riche discographie verdienne, une Aïda avec laquelle il faudra désormais compter.» (Classica, octobre 2015 / Jérémie Rousseau)
HI-RES29,99 €
CD21,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 4 novembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Les disques de Carlos Kleber sont comme des pépites rares et précieuses. Cet enregistrement de studio de La Traviata est un must absolu. La direction du Maestro est légère, fluide, théâtrale, exaltante, caressante. Autour de lui Ileana Cotrubas est une Violetta fragile et touchante, Placido Domingo d'une vaillance encore juvénile et Sherill Milnes un Père Germont assez convenu. Du très bon studio pour cet opéra si fréquemment enregistré. © François Hudry/Qobuz
CD5,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 29 mars 2019 | Les Indispensables de Diapason

Distinctions Diapason d'or
« Festival de Salzbourg, 21 août 1958, au Manège des Rochers : Karajan dirige son Requiem de Verdi le plus rapide, visionnaire et transcendant. [...] Comme on eût aimé l'entendre ce Requiem de 1958 ! [...] Le critique Karl Heinz Ruppel s'émerveillait alors de la "maîtrise souveraine avec laquelle Karajan assure la mise en scène sonore de l'œuvre [...] Aussi ne réussit-il pas seulement les effets tutta forza du Dies irae et la double fugue du Sanctus, mais également les accents très doux et très délicats dans les accompagnements, d'une transparence digne de la musique de chambre." L'article de la Süddeutsche Zeitung louait ensuite les solistes triés sur le volet [...] Avec eux, Herbert von Karajan restituait à la fois le cri de souffrance du Dies irae, les gémissements du Lacrimosa, les extases du Lux aeterna, l'éphémère jubilation du Sanctus. [...] » (Diapason, avril 2019 / Didier Van Moere)
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 11 juillet 2014 | Sony Classical

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
" ... ce Falstaff, on en était privé depuis des lustres, alors que c'est tout simplement le plus cher à notre cœur [...] Sous la baguette plus que jamais sorcière de Bernstein, chaque pupitre des Wiener Philharmoniker s'esclaffe avec un sens du timing et une énergie burlesque qui emporte tout sur son passage. [...] Ce n'est plus un orchestre, c'est un immense éclat de rire. Et le plateau est à l'unisson, en particulier le Sir John de Fischer-Dieskau que l'on n'attendait pas dans ce rôle mais qui y réalise une de ses compositions les plus abouties. [...] Alentour, tous s'en donnent à cœur joie, se laissant griser par les extrémités auxquelles les pousse le chef. [...] Ces retrouvailles nous enivrent " (Diapason, janvier 2015 / Emmanuel Dupuy)
HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
CD14,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2010 | Warner Classics

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Attribuer le label Discothèque idéale de QOBUZ à un opéra, uniquement pour le chef-d'orchestre est-ce bien raisonnable ? En l'occurrence oui et encore oui. Même si les chanteurs ne déméritent pas dans cet enregistrement (Scotto, Ghiaurov), c'est avant tout le Maestro Muti qui retient ici l'attention dans cette œuvre de jeunesse de Verdi, dont seul le Choeur des Hébreux (Va pensiero) est resté populaire. Riccardo Muti rend cette partition sans cesse passionnante en en faisant ressortir toutes les finesses, et il y en a, aussi bien qu'une indomptable énergie. Tout est théâtral à souhait sous cette baguette ardente et l'œuvre prend son envol. FH
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD15,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
A lui seul, l'air d'entrée de Lady Macbeth, Vieni t'affretta, chanté par l'immense Shirley Verrett, rend ce disque immortel ! Mais tout le reste est à l'avenant. Enregistré dans la foulée du spectacle d'anthologie superbement mis en scène par Giorgio Strehler, en 1975 à la Scala de Milan, cet album possède une théâtralité difficile à obtenir en studio. Claudio Abbado dirige avec une souplesse et une éloquence qui donne le vertige. Domingo, Cappuccilli, Ghiaurov sont à leur meilleur. Rarement l'adéquation Shakespeare/Verdi a été captée avec un dramatisme frôlant de si près la perfection. Un enregistrement à emporter sur votre île déserte ou tout au moins dans votre jardin secret. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD21,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 avril 1962 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 27 mars 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Il est presque amusant que ce soit Lorin Maazel qui ait repris le Philharmonique de Munich quelques années après la disparition de Celibidache, ce même Celibidache qui professait pour Maazel un mépris empli d’admiration (« une tête phénoménale », mais selon Celibidache dénuée du moindre sens musical). Et voilà que ce même orchestre décide de nommer à sa tête le vieux, très vieux, le vénérable Maazel alors âgé de 82 ans. C’est dans cette fonction que le maestro acheva d’ailleurs sa carrière, puisqu’il devait disparaître deux saisons plus tard, en juillet 2014. Selon les observateurs, ce Requiem de Verdi est en quelque sorte son propre requiem musical puisqu’il semblerait que c’est, à ce jour, son tout dernier concert enregistré et publié. On est en février 2014, le Requiem est donné trois soirs de suite, et c’est à partir de ces trois prises que Sony a assemblé un enregistrement aussi parfait que possible. Les quelques rares couacs vocaux pâlissent devant la spontanéité du geste, mais surtout devant l’étonnante profondeur de la lecture de Maazel qui n’a ici plus rien à prouver, et qui s’est délié de certains aspects parfois un peu plus « flashy » de ses enregistrements (discographiques ou vidéo) antérieurs. Un beau testament. © SM/Qobuz« Cinq mois avant de mourir, en février 2014, le grand chef d'orchestre Lorin Maazel enregistre avec une ferveur peu commune le Requiem de Verdi. [...] Le chœur rayonne comme jamais, fondu dans un tissu orchestral qui vaudrait à soi seul le détour. Les solistes, pris dans cette immense respiration, oublient soudain les vanités vocales et s'abandonnent au flux vital de l'œuvre. Dès lors, les plus beaux moments ne sont pas les solos, mais les duos ou quatuors, où rarement on aura à ce point entendu les voix dialoguer, s'étager, se répondre, en de vivants tableaux. [...] Anja Harteros offre un Libera Me tout d'humilité. Elle paraît tournée non vers le public mais vers le chœur — peuple de ses semblables — et vers le Ciel. C'est d'une évidence et d'une beauté subjugantes. Lorin Maazel devait nous quitter cinq mois après ces concerts miraculeux. [...] Le pressentiment de la mort ici se manifeste par une célébration de la vie.» (Classica, juin 2015 / Sylvain Fort)
HI-RES29,99 €
CD21,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 2 septembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 septembre 1972 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Opéra - Paru le 17 novembre 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
Ce nouvel enregistrement d’Otello de Verdi possède bien des atouts : la Desdémone de Melody Moore, l’Otello de Nikolai Schukoff, et un orchestre Gulbenkian très inspiré doublé d’un chœur lui aussi Gulbenkian, admirablement au point et extrêmement précis y compris dans les nombreux passages ultra-virtuoses. Il faut dire que l’ultime drame de Verdi – le compositeur refermerait sa carrière avec le drolatique Falstaff –, achevé en 1887 après seize ans de silence lyrique (le précédent ouvrage étant Aida de 1871), présente une rupture tout à fait spectaculaire avec le langage antérieur ; on y trouve peu d’airs « séparés » et de récitatifs, à la faveur d’une fluidité du discours bien plus moderne et proche du drame de Shakespeare, et une trame serrée autour des personnages et des actions immédiates des uns et des autres. La lecture de Lawrence Foster met en avant cette continuité. Pour la petite histoire, l’un des violoncellistes du rang lors de la création le 5 février 1887 à la Scala de Milan était un certain Arturo Toscanini. © SM/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1963 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES26,99 €
CD17,99 €

Opéra - Paru le 1 mai 2020 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Datant des « années de galère » de Verdi, Attila fait partie de ses ouvrages flattant le patriotisme italien auquel le compositeur adhérait avec passion. Drame à l’invention mélodique particulièrement inventive, il met aux prises avec justesse le barbare Attila, non dépourvu de grandeur et d’humanité, le général romain Ezio au caractère ambigu (« Tu auras l’univers ; que l’Italie me reste ») et la figure allégorique d’Odabella emblème des femmes italiennes combattantes. Attila contient quelques pages majeures annonçant les grandes œuvres de la maturité, en particulier dans la scène et le grand air d’Attila et le grandiose finale du premier acte. Dans cet ouvrage et comme tant d’autres, Verdi fait passer ses idées politiques à travers un drame épique et national. Enregistré lors d’un concert donné au Théâtre du Prince-Régent de Munich le 13 octobre 2019, cette production met en valeur la voix de métal noir de la basse italienne Ildebrando d’Archangelo, face à la puissante soprano ukrainienne Liudmyla Monastyrska dont le style tranchant et les capacités vocales impressionnantes transfigurent les mélodies verdiennes. Le ténor sicilien Stefano La Colla en Foresto et le baryton roumain George Petean viennent compléter une distribution hétéroclite mais qui fonctionne parfaitement. Une mention particulière pour le Chœur de la Radio bavaroise qui apporte une note luxueuse au drame verdien dirigé ici par le chef croate Ivan Repušić dont c’était le concert d’intronisation à ses nouvelles fonctions de directeur musical de l’Orchestre de la Radio de Munich. © François Hudry/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
En cette année anniversaire, Anna Netrebko propose à son tour son Verdi. Superbe de maîtrise, elle enchaîne des extraits d'airs et scènes de Macbeth, Giovanna d'Arco, I vespri siciliani, Il trovatore, et Don Carlo. Son tempérament et sa voix (qui de son aveu a changé) font des merveilles. Il suffit d'écouter le "Arrigo ! Ah, parli a un core" pour s'en convaincre...

Le compositeur

Giuseppe Verdi dans le magazine
  • Verdi s'invite à l'Opéra de Marseille !
    Verdi s'invite à l'Opéra de Marseille ! Falstaff est le tout dernier opéra écrit par Verdi. Le célèbre compositeur italien créa cette œuvre à l’âge de 80 ans à la Scala de Milan en 1893. Plus d’un siècle plus tard, c’est à l'Opéra de Mar...
  • Simon Boccanegra s'installe à l'Opéra National du Rhin
    Simon Boccanegra s'installe à l'Opéra National du Rhin Dans le cadre d’une saison riche, l'Opéra National du Rhin présente Simon Boccanegra de Verdi mis en scène par Keith Warner, à compter du 24 octobre. Entre Venise, où l'oeuvre est créée en 1857, et...
  • Falstaff s’installe aux Champs
    Falstaff s’installe aux Champs Alain Altinoglu à la baguette et Alessandro Corbelli et Anna Caterina Antonacci sur scène, pour un nouveau Falstaff aux Théâtre des Champs Elysées à partir du 19 juin.
  • Muti et Verdi : avaaaaanti !
    Muti et Verdi : avaaaaanti ! Sans énorme surprise le chef transalpin a été nommé à la tête du Chicago Symphony Orchestra à compter de la saison 2010-2011. Il succédera ainsi à Daniel Barenboim qui s’était retiré en 2006. Ricca...
  • A poil Verdi !
    A poil Verdi ! L’Autrichien Johann Kresnik vient de monter Un bal masqué de Verdi avec trente-cinq figurants âgés de plus de 50 ans, vêtus du plus simple appareil. Première samedi soir.
  • Redécouvrir «Luisa Miller» de Verdi…
    Redécouvrir «Luisa Miller» de Verdi… Cette œuvre de Verdi, créée en 1849, s’installe à l’Opéra Bastille jusqu’au 12 mars, dans une mise en scène de Gilbert Deflo.
  • Luisa embastillée
     Luisa embastillée Deux dates à l'Opéra Bastille pour entendre Luisa Miller de Verdi, avec le ténor Ramon Vargas et Ana Maria Martinez.