Artistes similaires

Les albums

2,29 €

Musique de chambre - Paru le 1 mars 2019 | Warner Classics

19,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | CPO

8,09 €

Musique de chambre - Paru le 25 août 2017 | Brilliant Classics

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« [...] On a réuni ici un florilège de pages plus ou moins connues pour piano, violon, alto et clarinette ; pas forcément des originaux mais s'il s'agit de transcriptions, elles sont dues au compositeur lui-même. [...] Ce programme découverte est interprété par trois instrumentistes italiens de très haut niveau. Les sonorités de la clarinette de Pierluigi Bertrand et du violon et de l'alto de Mauro Tortorelli sont superbes, et le piano d'Angela Meluso est très précis et d'un son particulièrement riche. Près d'une heure de bonheur musical.» (Classica, mars 2018 / Jacques Bonnaure)
14,99 €

Classique - Paru le 30 juillet 1987 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
11,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Sony Classical

2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Universal Music Division Decca Records France

1,99 €

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Decca Music Group Ltd.

20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Universal Music Division Decca Records France

9,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2013 | Sony Classical

13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Decca Records France

7,49 €9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 1992 | Chandos

La Valse, le Boléro de Ravel - La Mer de Debussy - Suite provençale de Milhaud / Orchestre symphonique de Détroit, dir. Neeme Järvi
14,99 €

Classique - Paru le 27 juillet 2001 | Warner Classics

Scaramouche - Paris - Carnaval d'Aix - Suite française - Suite provençale
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1998 | Decca (UMO)

13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Decca Records France

5,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 septembre 2010 | Naxos

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Milhaud composa régulièrement pour la scène et le cinéma. Ce programme regroupe des suites adaptées de partitions écrites dans ce cadre, comme le magnifique Scaramouche (Modéré) ou la Suite pour clarinette, violon et piano op. 157b, d’après Le Voyageur de Jean Anouilh, ou bien encore Le Bœuf sur le toit en version de chambre. Tout le charme goûteux d’un univers à la fois naïf et profondément nostalgique.
5,99 €

Classique - Paru le 3 novembre 1995 | Naxos

Livret
Alexandre Tharaud, piano
15,99 €
11,49 €

Musique symphonique - Paru le 25 mai 2018 | NoMadMusic

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Si, avouons-le, personne n’attend particulièrement un nouvel enregistrement de L’Oiseau de feu de Stravinski – même s’il s’agit de la Suite de 1945, plus rarement donnée que celle de 1919, archi-rebattue –, l’originalité de cet album de l’Orchestre National d’Ile-de-France réside dans un rare ouvrage de Milhaud : La Bien-Aimée, ballet de 1928 qui eut la considérable malchance d’être créé lors du même concert que le Boléro de Ravel – qui, bien sûr, éclipsa tout et tout le monde. Pourtant, cette Bien-Aimée ne manque pas d’attraits ; il s’agit en fait d’une série de pièces orchestrées d’après Liszt et Schubert, avec une partie pour Pianola ! Oui, le Pianola, ce piano pneumatique qui ne joue pas si « tout seul » que ça puisque l’interprète décide entièrement des tempi, des dynamiques, des équilibres. La difficulté étant de synchroniser parfaitement le Pianola et l’orchestre, bien sûr, mais l’exercice est ici parfaitement réussi. On s’amusera des orchestrations de Milhaud de cette musique de Liszt et Schubert, dans lesquelles Milhaud déploie parfois des éclairs de génie, parfois aussi un invraisemblable fatras orchestral sans queue ni tête mais qui, curieusement, ne manque pas de faire son effet, ne serait-ce que dans la cocasserie quasi circassienne. À découvrir ! © SM/Qobuz « La Bien-Aimée – c'est le titre d'une valse de Schubert – a pour cadre un ténébreux château romantique. Un poète repasse au cours d'improvisations au piano sa vie d'autrefois : ses amours avec les villageoises, ses plaisirs avec les grisettes, sa passion pour une femme fatale. Toujours la Muse surgit pour le consoler de ses déceptions douloureuses. Elle revient ce soir une dernière fois pour disparaître encore. M. Darius Milhaud a orchestré, d'une humeur fantasque, les textes de Schubert et de Liszt sur lesquels se joue cet argument à la Musset. Il y a ajouté un piano mécanique qui fait une profonde impression. Les pages d'écriture pianistique, toutes confiées au Pleyela [pianola de la firme Pleyel], servent à donner je ne sais quelle allure surnaturelle aux fantômes dressés devant le héros. » (Henry Malherbe, compte-rendu de la création de La Bien-Aimée, Le Temps, 28 novembre 1928)

Le compositeur

Darius Milhaud dans le magazine