Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

1546 albums triés par Meilleures ventes
A partir de :
CD11,49 €

Classique - Paru le 8 avril 2013 | harmonia mundi

Élève de Lucienne Descaves, Jacques Février et Geneviève Joy, Georges Pludermacher est un pianiste discret à la musicalité acérée et au style racé. En 1994, il enregistrait un bel album Debussy pour harmonia mundi avec un programme particulièrement rare. On y trouvait la suite pour enfants Children’s Corner à laquelle il donnait une vision toute emplie de mélancolie. Ce couplage original présentant des œuvres du début et de la fin de la carrière du compositeur est à nouveau disponible. On y trouve la Suite bergamasque composée vers 1890 et révisée par son auteur car l’imprimer dans sa version originale « serait fou et inutile » selon Debussy. La proximité de Verlaine, en particulier dans le célèbre Clair de lune, est aisément perceptible dans l’interprétation diaphane et délicate de Pludermacher. Pensées tout d’abord comme une suite pour orchestre (elles le deviendront plus tard grâce à la belle orchestration d’Ernest Ansermet), les Six Épigraphes antiques de 1914 flirtent avec une abstraction tonale exprimée avec une rare poésie par le pianiste français qui referme ce disque si attachant avec la suite Pour le piano, une des premières compositions de Debussy qui commence à trouver son harmonie particulière à travers les maîtres auxquels il rend inconsciemment hommage. Soulignons la belle qualité de la matière sonore due au toucher particulier, fluide et liquide, de Georges Pludermacher que les techniciens ont su parfaitement restituer. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD19,59 €27,99 €(30%)

Classique - Paru le 7 février 2012 | Naxos

Livret
A l’occasion du 150è anniversaire de la naissance de Claude Debussy, Naxospropose un coffret réunissant la collection enregistrée par Jun Märkl à la tête del’Orchestre National de Lyon. Ce coffret spécial contient toute la musique orchestrale de Debussy, ainsique plusieurs arrangements pour orchestre de sa musique pour piano réaliséspar Ravel, Caplet. Un formidable panorama qui montre que Debussy a ouvert la voie pour tout ledéveloppement musical du vingtième siècle. Indispensable !
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 4 juin 2021 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Daniel Barenboim has sometimes performed the music of Debussy, especially during the later part of his career, but Debussy interpretations are not something for which he is particularly known. Thus this release of Debussy works, on the rare side except for La Mer at the end, is commendable; it shows Barenboim, approaching his 80th year, continuing to take chances and explore new repertory. The show opens with the Fantaisie for piano and orchestra, L 73, not commonly heard, although it is really Debussy's only piano concerto. It's an early work, but more than most other Debussy pieces from the period, it shows the composer injecting his own style at every turn into a framework of Massenet and, especially, Franck. Barenboim teams with pianist Martha Argerich, and the pair offers a relaxed performance that brings out the proto-Impressionist touches. In the terse, dark Violin Sonata, L 140, and Cello Sonata, L. 135, Barenboim at the keyboard is joined by son Michael Barenboim and Kian Soltani, respectively, with impressively spare results. La Mer, with Barenboim leading the Staatskapelle Dresden, is clean and effective if not revelatory. Recorded in 2018 and released in 2021, this is a worthy entry in Barenboim's remarkable late-life catalog. © TiVo
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 23 octobre 2020 | LSO Live

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Piano solo - Paru le 6 avril 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Prise de Son d'Exception - 5 étoiles de Classica
Le remarquable pianiste turc Fazıl Say (né en 1970) nous offre ici, enregistré en 2016 dans la Grande Salle du Mozarteum de Salzbourg, un tout aussi remarquable album consacré au Premier Livre de Préludes de Debussy – 1910 – qu’il oppose, en quelque sorte, aux six Gnossiennes de Satie (1890 pour les trois premières, 1897 pour les trois dernières) et aux pièces qui firent sa gloire, les trois immortelles Gymnopédies, de 1888. En écoutant ces œuvres, on s’étonne presque que ce sont celles de Satie qui sont antérieures aux Préludes de Debussy, de quasiment deux décennies, et il n’est pas étonnant que Satie soit désormais considéré comme un véritable avant-gardiste, jusques et y compris par les minimalistes de notre époque. Étant donné que tout oppose ces deux compositeurs, rien de plus normal qu’ils fussent amis de leur vivant, surtout lorsque l’on connaît la tendance de Debussy à la jalousie envers ses contemporains… Mais il est éternellement impossible d’être jaloux d’un être doux et évanescent comme Satie. Say déroule ces deux pôles opposés – tellement opposés qu’ils se rejoignent presque – avec une immense tendresse. © SM/Qobuz« [...] Fazil Say nous donne à "voir" les rafales du Vent dans la plaine et l'angoissante progression du jour blanc dans Les Pas sur la neige. Dynamique sonore et palette de couleurs infinies (silence compris, écoutez La Cathédrale engloutie), puissance aux limites de la violence, et intense poésie [...] De Satie, Fazil Say a eu la bonne idée de placer les Gnossiennes avant les Gymnopédies. [...] Il prend tout son temps et dispense un toucher d'une profondeur hors du commun. C'est, de proche en proche, un monde inconnu qui s'ouvre et se découvre. » (Diapason, novembre 2018 / Martine D. Mergeay)
A partir de :
HI-RES44,99 €
CD35,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2012 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Après s’être investi dans Ravel, le pianiste français nous laisse une intégrale parfaitement homogène de l'œuvre pour piano de Debussy, dont Chandos réunit ici les cinq volumes en un même coffret à l'occasion des 150 ans de la naissance du compositeur. Toute une gamme de couleurs et d’atmosphères certes, mais aussi du nerf et de la force, comme pour nous rappeler que Debussy n’est pas un compositeur évanescent ou invertébré. Largement couronnée par la presse, cette intégrale qui a imposé Jean-Efflam Bavouzet comme l'un des maîtres incontestés de Debussy est à ranger aux côtés des meilleures et la prise de son rend parfaitement justice à la belle matière sonore et au piano imaginatif de Jean-Efflam Bavouzet. FH
A partir de :
HI-RES13,49 €16,49 €(18%)
CD9,49 €11,99 €(21%)

Classique - Paru le 1 janvier 1971 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il y a des enregistrements qui s'imposent avec une telle évidence que toute critique parait inutile pour ne pas dire futile. Que dire encore de neuf à propos de cette rencontre entre un compositeur et son interprète ? Que le piano de Benedetti-Michelangeli est cristallin, pyrotechnique, que son clavier semble paré de toutes les nuances de couleurs les plus infimes ? Point de maniérismes déplacés, points de langueurs "début de siècle", mais une simplicité d'expression qui fait de Debussy un frère occidental des auteurs de haïkus japonais.© François Hudry NDLR: Ces enregistrements ont été réalisés à München (Plenarsaal der Akademie der Wissenschaften), entre le 25 et le 30 juillet 1971.
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Piano solo - Paru le 17 novembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 étoiles de Classica
Dès ses débuts de pianiste, le Sud-Coréen Seong-Jin Cho (1994) professe une attirance évidente pour la musique française en général, Debussy en particulier. Lors de sa toute première apparition en public à l’âge de onze ans, il avait joué Children’s Corner de Debussy. Puis, lorsqu’il a décidé en 2012 de poursuivre sa formation musicale à l’étranger, son choix s’est porté sur Paris, au Conservatoire National Supérieur de Musique où il fréquenta la classe de Michel Béroff, spécialiste incontesté de l’œuvre de Debussy. Cho a donc retravaillé avec son ancien professeur, entre-temps devenu un ami, en vue de son propre album Debussy ; le choix des œuvres se « restreint » à des œuvres de virtuosité moyenne – l’exhibition mécanique n’étant pas son propos, même s’il maîtrise impérialement l’instrument –, mais dont le contenu poétique permet au pianiste de faire montre de son exquise maîtrise des coloris de l’instrument. Hommage à sa propre enfance, Children’s Corner, mais aussi les deux cahiers d’Images et la si fine Suite bergamasque. Pour mémoire, Seong-Jin Cho remporta en 2015 le Prix Chopin de Varsovie, passeport incontestable pour une carrière internationale. © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 mai 2012 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles Classica - La Clef du mois RESMUSICA
Une mise en place phénoménale par Stéphane Denève, chef attentif et amoureux des timbres debussystes. Il s’en dégage une lumière particulière grâce aussi aux excellents instrumentistes de l’Orchestre Royal et National d’Ecosse superbement captés par les ingénieurs de Chandos. On a rarement entendu de tels sortilèges dans Jeux, cette partition ouverte sur la musique du futur et si délicate à équilibrer. Un album qui en dit long sur la qualité des orchestres d’aujourd’hui. © FH/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de l'année du Monde de la Musique - Choc du Monde de la Musique - Hi-Res Audio
Une gentille chose, mais tellement courte, avec des thèmes qui n’aboutissent pas et une forme chiffonnée qui manque d’unité, écrivit Tchaïkovski à Madame Von Meck qui lui avait envoyé la Danse bohémienne de son jeune pianiste-maison, un certain Debussy, 18 ans. Résultat : Debussy n’écrivit plus pour le piano pendant une dizaine d’années, avant les délicieuses Deux Arabesques de 1891, véritable partie de campagne musicale à la Maupassant. Tout au long de ce troisième volume de l’intégrale du piano de Debussy où sont rassemblées des pièces représentant sa création du début, 1880, à la toute fin, 1915, le pianiste Jean-Efflam Bavouzet nous entraîne à travers la vie du compositeur, de ses premiers émois tchaïkovskiens jusqu’aux œuvres les plus abouties que sont la Berceuse héroïque, le Children’s Corner et la si déroutante Elégie de décembre 1915, une pièce errante réellement futuriste, le summum du minimalisme impressionniste. Qu’aurait dit Tchaïkovski ?
A partir de :
HI-RES31,29 €
CD22,29 €

Piano solo - Paru le 5 octobre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Un siècle après sa disparition le 25 mars 1918, de nombreux artistes de l'écurie harmonia mundi ont voulu rendre hommage à Claude Debussy, magicien de la mélodie et du timbre, grand "coloriste" et père de la musique moderne. Après les Préludes de Rachmaninov, Nikolaï Lugansky tenait à proposer un portrait tout en nuances d'un compositeur tellement porté vers les voyages ! Que ce soit dans le temps (Hommage à Haydn) ou dans les espaces imaginaires les plus ouverts, ce parcours libre est avant tout une affaire de lumière et de couleur dont on ne se lasse pas vraiment. © harmonia mundi« Nikolaï Lugansky [...] se montre d’emblée un interprète de premier plan. Par la souplesse des traits les plus virtuoses, comme dans L’Isle joyeuse, Jardins sous la pluie ou Poissons d’or. Par le dosage des volumes : même dans les moments les plus puissants, jamais le son n’est écrasé et se montre à la fois puissant et léger.Par la gestion du flux musical : du rubato, oui mais discret, comme une respiration. Rarement l’indication Moderato (tempo rubato) du Prélude de la Suite bergamasque n’aura été si justement comprise. Le velouté de la sonorité est souligné par la qualité de l’enregistrement. Debussy, on le sait, voulait faire oublier que le piano avait des marteaux : Lugansky l’a écouté. Le travail du timbre est également très soigné [...] » (Classica, novembre 2018 / Michel Le Naour)
A partir de :
HI-RES25,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 3 septembre 2021 | Alpha Classics

Hi-Res Livret
« Il n’arrive peut-être pas d’évènements inutiles », chante le vieil Arkel au premier acte de Pelléas et Mélisande. Ici, c’est plutôt le non-évènement qui, paradoxalement, a rendu possible ce nouvel enregistrement de l’opéra de Debussy, dont les réussites discographiques ne sont pas légion. Contraint d’annuler sa production à cause de la pandémie, l’Opéra de Bordeaux a décidé de garder le souvenir des longues séances de répétitions sous la forme d’un enregistrement de studio dans l’auditorium de sa propre maison. Bien sûr, il existe quelques très bonnes versions de Pelléas et Mélisande depuis l’enregistrement mythique de Roger Désormière, sous l’Occupation en 1941. Citons Inghelbrecht (deux versions de concert), Ansermet (deux versions en studio), Boulez, Karajan, Armin Jordan ou Abbado. Comme en 1941, cette nouvelle interprétation rassemble de jeunes chanteurs en parfaite adéquation avec l’histoire racontée par Maeterlinck, mais c’est d’abord la poésie orchestrale que l’on entend ici grâce à la direction raffinée, souple et diaphane de Pierre Dumoussaud, ce jeune chef qui fut assistant dans ce Grand Théâtre de Bordeaux qu’il connaît bien. C’est lui qui donne tout son mystère, son inquiétude et sa modernité à la partition. Stanislas de Barbeyrac est un Pelléas frivole et insouciant, Chiara Skerath une Mélisande plus maniérée que faussement innocente, Alexandre Duhamel un Golaud encore jeune aux emportements glaçants. Comme pour sa grande sœur des années de guerre qui témoignait du style de son époque, cette nouvelle version est une passionnante photographie du chant de ce début du XXIe siècle en France. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES31,29 €
CD22,29 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Nouvelle livraison de cette splendide collection du label harmonia mundi à l’occasion du centenaire de la mort de Claude Debussy commémoré en 2018. Il s’agit là de ses œuvres ultimes écrites en pleine guerre comme pour affirmer sa spécificité française. C’est l’époque où la France redécouvrait ses clavecinistes des XVIIe et XVIIIe siècles et où l’on commençait à éditer les œuvres de Couperin et de Rameau. Debussy avait projeté d’écrire six sonates pour divers instruments comme on le faisait autrefois jusqu’aux six quatuors de l’Opus 18 de Beethoven. La mort ne lui permit pas de terminer son travail interrompu après les trois œuvres réunies sur cet enregistrement. Curieusement, la même chose arrivera à Camille Saint-Saëns, et plus tard dans le XXe siècle, à Francis Poulenc. Comme pour les autres albums de cette collection, la réunion des meilleurs musiciens de l’écurie harmonia mundi nous vaut des interprétations de très haut niveau. Isabelle Faust et Alexandre Melnikov donnent à la Sonate pour violon et piano une vision mystérieuse, rêveuse où l’angoisse n’est jamais loin. C’est la dernière œuvre écrite par un Debussy aux portes de la mort qui n’avait cependant rien perdu d’une ironie grinçante faisant dire à ses proches que cette œuvre « sera intéressante à un point de vue documentaire de ce qu’un homme malade peut écrire durant une guerre ». La Sonate pour flûte, alto et harpe est diaphane, aérienne et poétique à souhait avec Magali Mosnier, Antoine Tamestit et Xavier de Maistre. Quant à la Sonate pour violoncelle et piano, elle trouve ici, sous les doigts de Jean-Guihen Queyras et Javier Perianes le climat vaporeux et élégant des toiles de Watteau qui inspirèrent Debussy à travers la poésie de Verlaine, un de ses poètes préférés et dont l’atmosphère des Fêtes galantes imprègne plusieurs de ses œuvres. Musique parfois à la limite du silence et dont il faut savoir saisir les non-dits et les allusions à la commedia dell’arte comme à une Espagne rêvée. Des goûts réunis à la manière de Debussy en quelque sorte. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES24,99 €
CD17,49 €

Opéra - Paru le 6 octobre 2017 | LSO Live

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES31,29 €
CD22,29 €

Musique symphonique - Paru le 7 décembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
L’originalité de cet enregistrement, qui présente quand même des œuvres plus qu’archi-présentes au disque, est que l’orchestre Les Siècles joue sur instruments de l’époque, en l’occurrence l’époque à laquelle Debussy écrivit ces chefs-d’œuvre. La remarque est plus particulièrement pertinente pour les bois et les cuivres, dont les mécanismes et les sonorités aux alentours des années 1900 étaient réellement différentes, plus incisives peut-être, plus différentiées en tous les cas, ce qui pour une musique boisée comme celle de Debussy offre un véritable plus dans l’équilibre orchestral. Par ailleurs, le nombre de cordes reste raisonnable, de manière à ne jamais engouffrer les vents comme c’est hélas assez souvent le cas pour de grands orchestres internationaux. L’auditeur pourra ici entendre cette musique comme Debussy l’entendait, ou du moins aurait sans doute souhaité l’entendre car en son temps, les orchestres et les chefs n’avaient pas toujours la compréhension de son langage ou de l’infinie palette de ses couleurs. © SM/Qobuz
A partir de :
CD8,99 €

Classique - Paru le 9 octobre 2015 | naïve classique

Livret
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 avril 2012 | Parlophone (France)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Très belle réédition de cette intégrale inachevée des oeuvres de Debussy par Samson François dont le tempérament fantasque s'accordait si bien avec les atmosphères debussystes. Ne cherchez pas les Etudes du Premier cahier que Samson n'eût pas le temps de graver. La mort l'empêcha de mener ce projet à son terme, mais ce qu'il nous reste ici est vraiment indispensable. On y trouve une inouïe variété de couleurs au service d'un compositeur qui, avec Mozart et Chopin, ainsi qu'il le définissait lui-même, faisait "partie de sa famille". FH
A partir de :
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2020 | Halle Concerts Society

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Un Debussy un peu inhabituel, davantage lyrique que rythmique. Sir Mark Elder nous livre une version un rien mélancolique des Images pour orchestre, qui dans ses illustres interprétations au disque, comme celles de Monteux (Philips), Martinon (EMI) ou Tilson Thomas (Deutsche Grammophon), éclatent tel un festival de rythmes et de couleurs. Toujours très attentif aux équilibres de textures, comme l'a prouvé avec régularité son intéressante intégrale des symphonies de Sibelius (Hallé Concerts Society), le chef britannique dresse un orchestre léger comme un fil, néanmoins parfaitement respectueux des alliages de timbres (Gigues), et le Hallé Orchestra se délecte dans les nombreux frottements harmoniques – comme si Debussy était réellement le grand cousin précurseur des grands symphonistes anglais. Non, tout simplement, Rondes de printemps demeure l’une des œuvres les plus avancées du compositeur, étude en miniature du futur ballet Jeux : l’immense culture de Sir Mark Elder conduit naturellement à cette anticipation dans l’interprétation. Dommage que la technique d’enregistrement des disques de la société des Concerts de l’Orchestre Hallé soit toujours un rien brumeuse, manquant de définition dans les timbres et de relief, provoquant le risque d’impressions un peu ternes chez l’auditeur, et sans doute pas le reflet des impressions sur le vif du travail d’Elder depuis 1999 (!) avec son orchestre. Interprétation parfaite et subtilement lascive du Prélude à l’après-midi d’un faune. Deux arrangements de pièces pour piano, dont l’un d’Et la lune descend sur le temple qui fut, seconde pièces du Livre II des Images pour piano, habituellement chef-d’œuvre incontesté du maître français. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
CD24,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2020 | La discothèque idéale de Diapason

Distinctions Diapason d'or
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 10 octobre 1996 | Warner Classics

Hi-Res

Le compositeur

Claude Debussy dans le magazine
  • L'Opéra de Dijon à bord de l'Orient Express
    L'Opéra de Dijon à bord de l'Orient Express Depuis huit saisons, l’Opéra de Dijon a entamé son voyage européen, proposant chaque année une programmation permettant au public de découvrir les musiques et les interprètes de diverses régions du...
  • Jeux ou le centenaire oublié
    Jeux ou le centenaire oublié L'extraordinaire tintamarre médiatique autour des cent ans du Sacre du printemps d'Igor Stravinsky a complètement éclipsé un autre anniversaire, celui de Jeux, poème dansé que Claude Debussy écrivit également pour Diaghilev, créé le 15 mai 1913, soit 14 jours avant le Sacre. L'idée du scénario c...
  • Jean-Michel Nectoux, une rencontre-podcast
    Jean-Michel Nectoux, une rencontre-podcast Commissaire de l’exposition Debussy, la musique et les arts qui se tient actuellement au Musée de l’Orangerie à Paris et coordinateur d’un coffret d’enregistrements historiques de l’auteur de Prélu...
  • L'univers de Debussy
    L'univers de Debussy Du 17 janvier au 29 mai, la musique de Debussy sera célébrée à l’auditorium du Musée d’Orsay.
  • Ars Terra : à la rencontre des Romantiques français
    Ars Terra : à la rencontre des Romantiques français Pour sa 12e édition, le festival international de musique classique Ars Terrra revient au coeur de la vallée de l'Authie du 22 au 28 juillet 2011 pour mettre le Romantisme français à l'honneur.
  • Aux Champs avec les sœurs Labèque
    Aux Champs avec les sœurs Labèque Le 29 novembre, Katia et Marielle Labèque joueront Albeniz, Debussy et Ravel au Théâtre des Champs-Elysées à Paris.
  • Claude - François
    Claude - François Samson François : le nom à lui seul est porteur d’une (attention gros mot) légende… Légende qui embarqua avec elle la musique de Claude Debussy…
  • Comment j’ai été foudroyé par Debussy…: rencontre avec Jean-Efflam Bavouzet
    Comment j’ai été foudroyé par Debussy…: rencontre avec Jean-Efflam Bavouzet Et dire que l’auteur de Children’s Corner ne l’attirait guère… Jean-Efflam Bavouzet s’est pourtant attaqué à une intégrale du piano de Debussy, des enregistrements salués aux quatre coins du monde....
  • Debussy : la magie Michelangeli
    Debussy : la magie Michelangeli Rien d’extravagant dans cette vidéo du jour, juste la magie Arturo Benedetti Michelangeli !
  • Debussy célébré à Orsay
    Debussy célébré à Orsay Le 21 février à l’Auditorium du Musée d'Orsay, la fine fleur des musiciens français célèbre Debussy.