Qobuzissime ? C’est la distinction décernée par Qobuz pour un premier ou second album.

Pop ou reggae, metal ou classique, jazz ou blues, aucun genre n’est mis de côté.

Artiste découverte, le plus souvent. Confirmé parfois, mais pour un disque ovni, un projet crossover ou décalé dans une discographie.

Seuls comptent la singularité, la sincérité et la qualité. Celle de l’enregistrement, du projet musical et de son identité.





Les albums

15,99 €
13,49 €

Country - Paru le 15 avril 2016 | Third Man Records

Hi-Res Distinctions Qobuzissime
A force d’avoir tiré sur la corde de la pop en toc pendant pas mal d’années, la scène country semble enfin décidée à revenir aux sources de certaines valeurs. Surtout, les nouveaux noms qui font frétiller Nashville de la queue déboulent dans le saloon avec des albums solides et des projets artistiques séduisants. Cette Margo Price est donc à ajouter à la liste des Kacey Musgraves et autres Sturgill Simpson. Originaire d’Aledo, un trou de l’Illinois, la demoiselle a déjà la chance d’avoir été repérée par un certain Jack White qui l’a signée sur son label, Third Man Records. Avoir les faveurs de l’ancien leader des White Stripes lui apportera quelques sunlights supplémentaires qu’elle mérite bien… Ce premier album solo n’est pourtant pas un premier essai pour cette chanteuse âgée de 32 ans. Arrivée à Nashville après le lycée en 2003, elle rencontre son futur mari, la bassiste Jeremy Ivey, avec qui elle forme l’obscur groupe Buffalo Clover. Trois albums autoproduits plus tard et un tsunami de malheurs en pleine poire (la mort de son fils, un séjour en prison et des soucis de bouteille et de dépression, what else), Margo Price avance enfin seule avec ce disque conçu dans la Mecque du rock, les mythiques studios Sun. Un bel album logiquement nourri de la mouise vécue. Dans les oreilles, Midwest Farmer's Daughter – évident clin d’œil au Coal Miner’s Daughter de Loretta Lynn – marche sur les brisées des grandes dames de la country éternelle. Loretta Lynn donc mais aussi Dolly Parton voire Tanya Tucker. Musicalement, l’approche est assez puriste et fleure bon la country des glorieuses seventies, quand Waylon et Willie chahutaient Music City. Un peu de honkytonk, de rockabilly, de twang et de blues et Margo Price entonne ses chansons avec conviction et sincérité. De la belle ouvrage qui donnerait presque envie de s’acheter un cheval… © MZ/Qobuz