Les albums

13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2003 | DFA Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
En mettant dans le même shaker, du post-punk, du punk-funk, de la new wave et de l’electro-rock, The Rapture plastique le New York du début des années 2000. Paru sur le label DFA, ce premier album de ceux que certains baptiseront les « Strokes disco » est sans doute le plus abouti de la scène dance-punk d’alors. Surtout, le single House Of Jealous Lovers (l’un des plus puissants de cette décennie qui vaut à lui seul l’achat de l’album) porte Echoes à bout de bras. On sent le groove des Talking Heads, l’élasticité de Gang Of Four et une certaine noirceur piquée à Cure dans cette comète de rock électrique tendu comme un string et de groove anguleux. Et ce House Of Jealous Lovers, quelle claque… © MD/Qobuz
15,49 €

Pop - Paru le 15 septembre 2003 | Virgin EMI

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
En mettant dans le même shaker, du post-punk, du punk-funk, de la new wave et de l’electro-rock, The Rapture plastique le New York du début des années 2000. Paru sur le label DFA, ce premier album de ceux que certains baptiseront les « Strokes disco » est sans doute le plus abouti de la scène dance-punk d’alors. Surtout, le single House Of Jealous Lovers (l’un des plus puissants de cette décennie qui vaut à lui seul l’achat de l’album) porte Echoes à bout de bras. On sent le groove des Talking Heads, l’élasticité de Gang Of Four et une certaine noirceur piquée à Cure dans cette comète de rock électrique tendu comme un string et de groove anguleux. Et ce House Of Jealous Lovers, quelle claque… © MD/Qobuz
14,99 €

Electro - Paru le 24 janvier 2005 | Parlophone UK

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 février 2005 | Rough Trade

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Lauréat du Mercury Prize
Il y a d'abord et surtout cette voix androgyne, organe exceptionnel qu'on croirait cloné de celui de Boy George. Mais Antony Hagarty ne fait pas dans la pop à paillettes. Mais plutôt religieuse. Comme du rock chambriste et beau. Paru en 2005, ce second album transpire le gospel, la soul onirique et le folk mystique. Un piano somnambule vient caresser son vibrato sur cet opus auquel participent Rufus Wainwright, Devendra Banhart, Lou Reed et, surprise, Boy George ! © CM/Qobuz
14,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Def Jam Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Même s’il est livré en février 2004, le premier album de Kanye West a commencé à prendre forme dès 1999. Cinq années auront été nécessaires au rappeur d’Atlanta pour enfanter ce College Dropout, véritable secousse sismique sur une planète rap qui, à sa sortie, ronronne ou ne pense qu’à Eminem et ses clones… Kanye West n’est pourtant pas un bleu lorsqu’il débarque avec ce disque protéiforme et dense. Depuis le milieu des années 90, le bonhomme s’est fait un nom comme beatmaker et producteur, notamment aux côtés de Jay-Z et des poulains de son label Roc-A-Fella. Mais son envie démesurée de réussir et surtout de voir (très) grand l’a incité à prendre son temps. Le résultat est flamboyant et mêle aussi bien rap pour puristes que tradition soul, funk et gospel. Seul le tandem OutKast peut alors rivaliser avec Kanye dans cette vision à 360° d’une great black music contemporaine. Un départ sur les chapeaux de roue. © MZ/Qobuz
19,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2006 | Capitol Records

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 janvier 2008 | XL Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Vampire Weekend a introduit ce qu’il appelle l’"Upper West Side Soweto" (quartier du nord ouest de Soweto), une collision de rock indé, de musique de chambre et d’afro-pop. L’album ressemble parfois à une tentative de traduire un film de Wes Anderson en musique : il est lui aussi à la fois précieux et aventurier et profondément sensible au détail. La grammaire érudite ("Oxford Comma") et l’architecture ("Mansard Roof") sont autant de tremplins pour leurs chansons qui concilient mélodies irrésistibles, rythmes épineux et lignes de basse syncopées. Les Vampire Weekend en arrivent à citer Peter Gabriel (même s’ils ont manifestement passé plus de temps auprès de l'album Graceland de Paul Simon) sur "Cape Cod Kwassa Kwassa" sans que cela ne semble nullement tiré par les cheveux. Ce groupe est malin, mais pas trop malin, et cela ne peut que lui réussir. ~ Heather Phares
11,49 €

Dance - Paru le 10 mars 2008 | Parlophone UK

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2008 | Co-operative Music

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Harmony 1 (Mellotron) - Sweet Talk - Death Take Your Fiddle - I Gotta Fire - Soul On Fire - Harmony 2 (Piano) - Sitting On Fire - Yeah Yeah - You Lie You Cheat - Harmony 3 (Voice) - Baby I'm Just a Fool - Don't Hold Me Close - Harmony 4 (The Old Man) - The Waves Crash In - Harmony 5 (Accordion) - Borrowed Your Gun - Harmony 6 (Glockenspiel) - Good Night Goodnight/Spiritualized
14,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | CM - Republic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 mai 2009 | 4AD

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €
xx

Pop/Rock - Paru le 16 août 2009 | Young Turks

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Lauréat du Mercury Prize
Les premiers albums aussi pleinement formés et assurés que XX sont rares, et le cas échéant, la musique ou le groupe ne présente pas beaucoup d'éléments bien à lui. Les influences de XX sont vastes (des traces de post-punk, de dream pop, de dubstep, de rock indé et de R&B surgissent à tout moment), mais au service de chansons aussi simples qu’uniques et mystérieuses. Les beats pulsent plutôt qu’ils ne s’écrasent, les guitares sont savamment pincées et grattées et les chants s'élèvent rarement plus haut qu'un soupir mélancolique. "Crystalised" est peut-être l’une des chansons les plus intenses ici, mais on la perçoit toujours comme une conversation entre amants dans laquelle l’expression "cœur à cœur" prend tout son sens. XX est un premier album remarquable qui se prête particulièrement bien aux écoutes répétées. L’auditeur en redemande. ~ Heather Phares
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 octobre 2009 | 4AD

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 janvier 2010 | XL

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Sur Contra, Vampire Weekend fait cohabiter le plus naturellement du monde Auto-Tune, guitares live, boissons mexicaines, riffs jamaïcains et cordes Upper West Side. "Horchata" réunit un beat à quatre temps, de la sanza, une basse-synthé élastique et une accumulation d’harmonies : un peu de tout à l’exception des guitares alertes qui définissaient leur premier album. "Diplomat’s Son" ajoute des samples de M.I.A. et de Toots & the Maytals (exactement ce que l’on s’attend à trouver dans l’iPod d’un jeune globe-trotter) à une pop de chambre nostalgique. Mais Vampire Weekend raconte aussi des histoires telles qu’"Holiday", une protestation contre la guerre en Irak accompagnée de guitares sales, et la joie qui explosait dans Vampire Weekend resurgit dans "White Sky", dont la mélodie est tellement irrésistible que Paul Simon en personne serait bien tenté de l’emprunter. ~ Heather Phares
11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 janvier 2010 | Bella Union

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Beach House n'avait pas beaucoup de marge de manœuvre après la sortie de Devotion, aussi le duo Victoria Legrand et Alex Scally a t'il décidé d'enregistrer son premier album pour Sub Pop, Teen Dream, dans de nouvelles conditions, à savoir une église reconvertie en studio, faisant sonner le groupe plus comme un "manoir" que comme une "maison de plage" (Beach House en anglais, NDT). Le sentiment d'immensité jusqu'à lors suggéré par les paroles de Legrand et la luxuriance des parties vocales prend ici corps, et le mélange d'électro rétro et de guitares légères du duo est plus identifiable et onirique que jamais. Ces chansons sont en outre assez matures et désabusées pour ne plus idéaliser l'amour, mais encore assez romantiques pour y croire, comme illustré par "Zebra". Teen Dream réaffirme Beach House comme le meilleur confectionneur de pop languide depuis Mazzy Star. ~ Heather Phares
13,99 €

R&B - Paru le 8 février 2010 | XL Recordings

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Stereophile: Record To Die For - Sélectionné par Ecoutez Voir
I'm New Here met une claque. L’opus est bourré de grands méchants beats, de tout un éventail d’atmosphères sonores et de plus d’intimité autobiographique (parfois involontairement) que n’en avait jamais livré Gil Scott-Heron. Sa production le pousse vigoureusement dans ses derniers retranchements, et Scott-Heron s’y prête sans une once de nostalgie. Sorti 40 ans après son premier album, I'm New Here contient l’immédiateté qui porte l'art de Scott-Heron à son apogée. La production moderne ajoute à cette qualité une incommensurabilité, souligne sa pertinence actuelle en reflétant le temps écoulé et ouvre son travail à une nouvelle génération d’auditeurs tout en offrant aux moins jeunes une secousse justifiée. ~ Thom Jurek
13,99 €

Electro - Paru le 8 février 2010 | Rough Trade

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
10,99 €

Rock - Paru le 5 mars 2010 | Mute

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks
Cinquième album du trio newyorkais, ce SisterWorld est sans doute l’album le plus accessible du groupe au rock teinté d’expérimentale et d’influences post punk. C’est aussi le plus abouti, explorant titre après titre la beauté sordide et dévastatrice de Los Angeles.
14,99 €

Rap - Paru le 3 mars 2010 | Parlophone UK

Distinctions 4 étoiles Rock and Folk - 5/6 de Magic - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Ce troisième album de Gorillaz se démarque des précédents par sa capacité à brouiller les liens entre genres musicaux. C’est donc l’album le moins accessible du groupe, le plus sombre aussi. Si le terrible Stylo entre dans la tradition du tube immédiat, le reste se bonifie écoutes après écoutes.
14,99 €

Electro - Paru le 17 mai 2010 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks
Faire du neuf avec du vieux, certes… Mais pas seulement. Pour son troisième album sous pavillon LCD Soundsystem, James Murphy continue ses assemblages rock, funk et electro avec une richesse décuplée. Une sublime fête au village urbain pour un nouveau carambolage magique de ses démentes phobies de dance music rigides. Certaines se localisent très clairement dans un axe New York – Berlin : Drunk Girls est une version de White Light/White Heat du Velvet entonnée par Roxy Music, Somebody's Calling Me ressemble étrangement au Nightclubbing d’Iggy, All I Want est un inédit du Bowie berlinois comme Pow Pow est une belle révérence aux Talking Heads… Mais cette célébration classieuse n’est jamais la taxidermie gratuite d’un simple faiseur. Pas vraiment… Derrière ses machines, le cerveau de LCD Soundsystem s’affirme fin mélodiste qui ose (revendique ?) toutes ces citations pour mieux les malaxer, les travestir. En ça, This Is Happening est un grand disque de pop music à la gouaille rock’n’roll. Peu importe qu’un synthé kitsch couine ici ou qu’une batterie 80’s racle là, le bidouilleur new-yorkais conçoit le patchwork d’une fiesta en totale prise avec son temps. © MZ