Les albums

16,99 €
12,99 €

Rap - Paru le 11 novembre 2016 | Epic

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Avec la mort de Phife Dawg, le 23 mars 2016, s’éteignait implicitement le groupe A Tribe Called Quest. Avant cette disparition prématurée à seulement 45 ans, le MC avait eu le temps d’enregistrer plusieurs sessions avec ses complices Q-Tip, Ali Shaheed Muhammad et Jarobi. Des prises destinées à un futur album que son décès avait alors mis entre parenthèses. Vendredi 11 novembre de cette même année 2016 sort ce qui restera comme le dernier album d’A Tribe Called Quest. Intitulé We Got It From Here... Thank You 4 Your Service, il a été finalisé avec un impressionnant et assez éclectique casting d’invités comptant André 3000 d’OutKast, Kendrick Lamar, Elton John, Jack White, Anderson Paak, Talib Kweli, Consequence et Busta Rhymes. Un très copieux disque testament de seize titres fleurant bon le pur Tribe et dont les multiples featurings ne sont jamais de l’esbroufe mais plutôt de vraies collaborations. Comme toujours avec cette formation qui chamboula la face du rap à l’aube des années 90, tout est dans l’épure. Celle du sample bien choisi. Et du beat minimaliste allant à l’essentiel. Et son aura est telle qu’elle peut même se permettre des expériences décalées, rock (le final de Lost Somebody) et soul (Movin Backwards) sans que cela fasse tache. Bref, vingt-six ans après la sortie de People's Instinctive Travels And The Paths Of Rhythm, ATCQ tire sa révérence avec classe, groove et conviction et surtout sans renier les valeurs qui les ont fait briller durant les années 90. Fans d'autotune et de trap, passez votre chemin ! © MZ/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Soul - Paru le 1 juillet 2016 | Columbia

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
En 1996, grâce au puissant Urban Hang Suite, Maxwell s’imposait comme l’un des leaders de la scène nu soul aux côtés de D’Angelo et Erykah Badu. Avec ce BlackSUMMERS'night, le New-yorkais signe le second volet d’une trilogie commencée en 2009. Un album sur lequel sa voix de crooner soul atteint des sommets de sensualité. Maxwell a fait évoluer son son sans dénaturer son groove si personnel. De quoi conforter son potentiel statut de Marvin Gaye du troisième millénaire… © MD/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Metal - Paru le 2 octobre 2015 | Anti - Epitaph

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Leur précédent album, Sunbather, sorti en 2013, avait été unanimement salué par la critique et rapidement considéré comme l’un des meilleur disque de cette année… une performance plutôt rare pour un groupe de black metal ! C’est là le talent du groupe originaire de San Francisco : parvenir à attirer un public pas forcément adepte de screamo et à le prendre au piège dans ses murs de distorsion qu’il prend le soin de bâtir minutieusement. Deafheaven, avec ses influences post-metal et shoegaze, continue à travers ce New Bermuda à créer de véritables vagues sonores au milieu desquelles les rugissements de George Clarke émergent inlassablement, créant une atmosphère unique et hypnotique. En seulement cinq chansons, Deafheaven parvient encore à frapper très fort. © LG/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Electro - Paru le 17 mai 2013 | Columbia

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 étoiles Rock and Folk - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Virage à 180° pour Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ! Avec leur quatrième album, les Daft semblent boucler l'ère de la musique électronique faite sur un simple laptop dans une chambre de 10m² pour revenir à la bonne vieille méthode à l'ancienne. Célébration du beau son et hymne grandiose au mythe du studio d'enregistrement perçu comme une Mecque de la musique, ce Random Access Memories semble avoir été conçu à la fin des années 70, avec les moyens et l'hédonisme de cette époque où régnaient notamment le disco et le rock californien. Les influences on ne peut plus éclectiques s'entrecroisent comme par magie sur ce nouveau Daft : Chic, Steely Dan, Alan Parsons Project, Todd Rundgren, Pink Floyd, etc. Pour épauler le tandem francilien dans sa démarche rétro-futuriste, un impressionnant casting de stars, lui aussi éclectique, a fait le déplacement : du pape de l'italo-disco Giorgio Moroder (dont la B.O. du film Midnight Express est entrée dans la légende) à Nile Rodgers (cerveau guitariste du groupe Chic) en passant par Paul Williams (Monsieur Phantom of the Paradise en personne !), Pharrell Williams, Todd Edwards, DJ Falcon, Gonzales, Panda Bear d'Animal Collective et Julian Casablancas des Strokes, difficile de rivaliser. Au final, Random Access Memories ne lorgne pas uniquement dans le rétroviseur car le travail des deux musiciens français les plus populaires à l'étranger est bel et bien ancré dans son temps. Entre disco-futuriste et pop ovni, le résultat est impressionnant. © MD/Qobuz