Les albums

21,49 €
14,99 €

Rap - Paru le 23 juin 2017 | Def Jam Recordings

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Avec Hell Can Wait, puissant et poisseux sept titres de hip hop sombre et totalement live from la street paru en 2014, Vince Staples montrait, d’entrée de jeu, qu’il était dans le clan des futures stars narrant à la perfection le quotidien des hors-la-loi. Huit mois plus tard, Summertime '06, son premier album qui confirmera cette impression, comptera parmi les meilleurs disques de rap de 2015. Au cœur de l’été qui suit, Staples enfonce le clou avec le EP Prima Donna, sept nouveaux instantanés ultra-sombres de sa Cité des Anges (mais pas que…) au cœur desquels son flow et sa plume brillaient à chaque instant. Un EP qui montrait surtout que le rappeur savait se renouveler, conviant même le Britannique James Blake sur deux titres... Ces dernières années, la Californie du gangsta rap et de ses dérivés offre un casting joliment renouvelé (de Kendrick Lamar à Schoolboy Q, en passant par YG ou bien encore DJ Mustard, la palette est stylistiquement large) alors que les ingrédients de base restent pourtant les mêmes (dope, flingues, cul, picole, chômage). A sa manière, Vince Staples réinterprète tous ces codes rabâchés, leur donnant une modernité inédite. La rue a beau rester la même, ses acteurs savent se renouveler. Avec ce Big Fish Theory qui irradie l’été 2017, le MC de Long Beach offre tout sauf une resucée de Summertime ‘06. Comme un prolongement voire un développement de Prima Donna plutôt. Ce deuxième album aux sonorités ovni navigue dans des eaux électro assumées. Des sonorités minimalistes lorgnant parfois vers la techno originelle de Detroit. Epaulé par des bidouilleurs bien typés (Zack Sekoff, SOPHIE, Jimmy Edgar, GTA et même Flume !), Vince Staples embarque son story telling bien à lui dans les méandres d’architectures sonores inédites. Sur Alyssa Interlude, il balance une interview de son idole Amy Winehouse qu’il habille d’un sample d’I Wish It Would Rain des Temptations. Plus loin, Damon Albarn vient promener sa voix sur Love Can Be… tandis que Justin Vernon de Bon Iver prête sa plume pour Crabs In A Bucket. Big Fish Theory regorge de ce genre de choses plus ou moins inattendues. Comme lorsque sur Homage, Staples plonge dans le 100% clubbing. Evidemment, le disque comprend d’autres prestigieux featurings moins surprenants : A$AP Rocky sur SAMO, Ray J, Ty Dolla Sign, Kučka, Juicy J sur Big Fish, Kilo Kish, sans oublier l’incontournable Kendrick Lamar sur Yeah Right. Mais on sort stupéfait de cette orgie d’idées que Staples réussit à canaliser et ordonner. En cela, Big Fish Theory n’est pas le joujou d’un enfant gâté mais bien le brillant manifeste d’un artiste qui ne se soucie guère des conventions du genre et crée ses propres règles. © MZ/Qobuz
16,99 €
9,99 €

R&B - Paru le 9 juin 2017 | Top Dawg Entertainment - RCA Records

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Si Kendrick Lamar, Travis Scott, James Fauntleroy et Isaiah Rashad viennent pointer le bout de leur nez sur un premier album, le résultat mérite au minimum une écoute. Surtout quand il sort des fourneaux de chez Top Dawg Entertainment… Ce disque de Solána Rowe alias SZA était assez attendu. Signée sur TDA depuis plusieurs années, la chanteuse R&B de la galaxie rap’n’soul la plus excitante du moment livre un enregistrement studio assez parfait. Alternant entre langueur sensuelle et groove sur coussins d’air, CTRL possède en sus une fraîcheur addictive. Une vraie révélation. © MD/Qobuz
12,49 €

Rap - Paru le 14 avril 2017 | Aftermath

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
DAMN est l’album de rap le plus attendu de l’année 2018. L’unanimité autour de Kendrick Lamar est telle que quelques heures après sa sortie, la moitié de la raposphère l’avait déjà décortiqué, autopsié et sacré « chef d’œuvre » sans prendre le temps de plusieurs écoutes, voire de le digérer sur quelques jours. Oui, le kid de Compton est doué. Très doué même. Et se positionne bien au-dessus d’une mêlée certes polluée par beaucoup de suiveurs et finalement assez peu de créateurs. En 2015, To Pimp A Butterfly avait bluffé son monde par son côté osé prenant le contrepied de good kid, m.A.A.d city paru trois ans plus tôt. La densité tant musicale que verbale de ce troisième album à la saveur afrocentrique prouva que Kendrick était là pour son art et sa communauté, pas simplement pour remplir ses caisses face à un public déjà plus qu’acquis à sa cause. Musicalement, DAMN marche davantage dans les clous. Le Californien signe un quatrième album moins monolithique que ses prédécesseurs. Le tubesque côtoie le plus avant-gardiste, le sensuel se frotte au plus hardcore, les effluves de soul psychédéliques seventies (Lust) fricotent avec le minimalisme électro (Humble), etc. A l’arrivée, Kendrick retombe toujours sur ses Reebok. Surtout que sa plume engagée reste aiguisée comme jamais, entre prêches et introspections plus personnelles ponctués de belles allégories de l’Amérique de Trump. Ainsi, quand Geraldo Rivera de Fox News accuse « le hip hop de faire plus de mal aux jeunes Afro-Américains que le racisme lui-même », Kendrick lui répond brillamment sur DNA, analyse complète de son ADN personnelle. Plus loin, sur Duckworth, il se fait le conteur des galères passées de son père. Du plus grand au plus petit dénominateur commun, Kendrick Lamar rappe à 360°. La liste des invités conviés à la fête est elle aussi éclectique au possible : Rihanna (Loyalty), U2 (XXX), James Blake (Element), Kaytranada (Lust), Kamasi Washington (Lust), Steve Lacy de The Internet (Pride), le bassiste fou Thundercat (Feel), les Canadiens de BadBadNotGood (Lust), sans oublier Kid Capri (Element, XXX, Duckworth et Love), cultissime DJ et MC du Bronx qui sévit à l’aube des années 90 en plein âge d’or du rap, tous apportent non seulement leur touche personnelle mais montrent aussi l’ouverture d’esprit et la gourmandise d’un artiste dépassant les frontières du hip hop. Une fois de plus, on sort sonné de ce disque surpuissant qui lustre un peu plus la couronne de son auteur. © MZ/Qobuz
8,49 €

Rap - Paru le 4 mars 2016 | Aftermath III JV

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Son aura est si impressionnante et son influence a atteint un tel niveau que Kendrick Lamar pourrait se contenter de réciter la liste des promotions de la semaine de votre supermarché favori que toute la raposphère crierait au génie… Pourtant, le kid de Compton est sans doute la chose la plus incroyable qui soit arrivée au hip-hop ces dix dernières années. Autant de créativité musicale et lexicale se faisant assez rare, on déguste chacune de ses productions, on les dissèque, les analyse voire même les autopsie. En mars 2015, Kendrick Lamar publiait To Pimp A Buterfly, grand disque fou, cérébral pour ne pas dire avant-gardiste, prenant ainsi le contrepied de Good Kid, M.A.A.D City, l’album de 2012 qui l’avait révélé au grand public. Un an après To Pimp A Buterfly, et sans prévenir, il livre le 3 mars 2016, ces huit titres regroupés sur un album orphelin d’un quelconque véritable état-civil. Juste ornée d’un simple untitled unmastered., la pochette – vert olive – joue aussi la carte du mystère. Pourtant, le contenu saute à la gueule ! Rien d’anecdotique donc dans cette publication inattendue de 34 minutes. Au contraire… C’est en fait le complément à To Pimp A Buterfly qui passe entre les oreilles. Des thèmes mis en boite au même moment et dont chacun est intitulé par sa date d’enregistrement. Le résultat qui associe funk et jazz, soul et rap, ressemble finalement à un voyage au centre du cerveau de Kendrick. L’approche avant-gardiste de To Pimp A Buterfly se poursuit ici sans réel fil conducteur. Pourtant, on suit son auteur les yeux fermés. Difficile de ne pas se laisser prendre par la main par ces saynètes tantôt très groovy, tantôt plus déstructurées. Tout ceci donne-t-il un vrai nouvel album ou une simple compilation de chutes de studio ? Un véritable disque ! Cet untitled unmastered. insiste juste sur la porosité entre les styles. Une porosité dont Kendrick est sans doute le plus brillant représentant… © MZ/Qobuz
18,49 €
13,49 €

Rap - Paru le 21 août 2015 | Dr. Dre LP3 PS

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
C’est davantage le businessman que le musicien qui fait finalement parler de lui depuis pas mal d’années. Pourtant, Dr. Dre reste comme un des membres fondateurs de N.W.A et l’auteur de deux albums majeurs de l’histoire du rap : The Chronic en 1992 et 2001 en 1999. Seize années après ce dernier, le Doc se décide à publier son troisième opus. Titillé par le biopic consacré à ses défunts N.W.A, il a mis en boite ce Compton - A Soundtrack By Dr. Dre sur lequel les invités de marque se bousculent au portillon : Kendrick Lamar, Snoop Dogg, Eminem, Ice Cube, DJ Premier, Jill Scott, The Game… Premier constat, le G-funk d’antan, indissociable de son nom, a disparu. Dre propose ici des sons plus contemporains, histoire sans doute de ne pas s’aliéner les fans de rap en culottes courtes… Il montre aussi que son oreille comme ses doigts de fée de producteur sont tout sauf encrassés par les années qui défilent. Même son flow hypnotise toujours autant. On slalome donc dans ce Compton – A Soundtrack By Dr. Dre d’une grande diversité avec un plaisir non dissimulé. Pas sûr pour autant que Dre ait ici signé un disque aussi magistral, essentiel et révolutionnaire que The Chronic. N’empêche, cette cuvée 2015 reste bien au-dessus de la production actuelle… © MD/Qobuz
18,49 €
13,49 €

Rap - Paru le 19 mars 2015 | Aftermath

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Grammy Awards
Kendrick Lamar n’est pas juste l’auteur du chef d’œuvre good kid, m.A.A.d city paru en 2012. Non, le Californien est simplement le rappeur le plus important de sa génération. Haut la main même ! Rares sont en effet ceux aussi bien vénérés par l’undergound du hip hop que les anciens, les nouveaux mais aussi le grand public. Kendrick est sans doute le seul à réunir tous les suffrages. Tous. Et ce troisième album, To Pimp A Butterfly et son titre clin d’œil au To Kill A Mockingbird de Harper Lee, ne fait que conforter ce roi dans son trône. Un opus d’une densité impressionnante dans le fond comme dans la forme, dans ses productions comme dans ses textes. Un disque à écouter en boucle pour en savourer les centaines de subtilités. Loin d’avoir joué la carte de la facilité en surfant sur le succès de son précédant album, le MC de Compton brasse ici une multitude de styles, parfois même osés. G-funk, jazz, boom bap, nu soul, électro, blaxploitation, funk, P-Funk, dirty South, tout y passe ! Le soul train de Kendrick regarde aussi bien dans le rétroviseur de la Great Black Music que droit devant lui ; dans le turfu comme dirait l’autre… Quant à sa plume, son agilité est elle aussi affolante. Trip introspectif, commentaire sociétal, second degré, parenthèse politique, trait d’humour, prose du bitume ou ego trip, Kendrick Lamar sait et peut tout faire. Côté featurings enfin, c’est là aussi le grand jeu avec des piges du parrain George Clinton, du régional de l’étape Snoop Dogg, de Pharrell ‘Je suis partout’ Williams, de Ronald Isley des Isley Brothers, de Bilal, de la rappeuse Rapsody, du génial saxophoniste Kamasi Washington et même de l’allumé Thundercat ! A se demander si avec cet album, Kendrick Lamar ne livre pas aux années 2010 ce que Nas offrit aux années 90 avec son mythique Illmatic. Ambitieux et déjà historique, To Pimp A Butterfly est déjà… un classique ? © MZ/Qobuz
13,49 €

Rap - Paru le 17 octobre 2013 | Universal Music Division Polydor

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
La quantité est là. La qualité, moins. Du robinet du rap américain coule assez peu d’élixir divin. Assez peu pour s’exciter dès qu’une production originale, maîtrisée ou tout simplement impressionnante coule dans les oreilles des fans de hip hop. good kid, m.A.A.d city de Kendrick Lamar est de ces albums qui ne font guère douter : et ce dès la première écoute. Ceux qui tombèrent sur les diverses mixtapes de ce jeune rappeur originaire de Compton (fief de feu N.W.A.) savaient que son flow comme ses rimes ou ses sons visaient au cœur. La nonchalance propre à certains classiques californiens (Warren G, Snoop Dogg ou les premières productions de Dr Dre…) est bien là. Épurée comme jamais, la production joue la carte du subtil. Quant à l’organe de Lamar, il slalome en douceur, tel un velours vocal. Après la révélation Frank Ocean (sur un registre plus electro), Kendrick Lamar est la seconde bonne nouvelle pour les fans de rap en 2012.
13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2013 | Aftermath

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
La quantité est là. La qualité, moins. Du robinet du rap américain coule assez peu d’élixir divin. Assez peu pour s’exciter dès qu’une production originale, maîtrisée ou tout simplement impressionnante coule dans les oreilles des fans de hip hop. good kid, m.A.A.d city de Kendrick Lamar est de ces albums qui ne font guère douter : et ce dès la première écoute. Ceux qui tombèrent sur les diverses mixtapes de ce jeune rappeur originaire de Compton (fief de feu N.W.A.) savaient que son flow comme ses rimes ou ses sons visaient au cœur. La nonchalance propre à certains classiques californiens (Warren G, Snoop Dogg ou les premières productions de Dr Dre…) est bien là. Épurée comme jamais, la production joue la carte du subtil. Quant à l’organe de Lamar, il slalome en douceur, tel un velours vocal. Après la révélation Frank Ocean (sur un registre plus electro), Kendrick Lamar est la seconde bonne nouvelle pour les fans de rap en 2012. Très très bonne nouvelle même... A noter que cette Deluxe Edition comprend deux titres supplémentaires. © MZ/Qobuz
9,99 €

Rap - Paru le 11 janvier 2013 | A$AP Worldwide - Polo Grounds Music - RCA Records

Distinctions 3F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Attendu comme jamais par la raposphère, ce premier « vrai » album studio d’A$ap Rocky confirme le talent du New-yorkais. Dans sa prose comme son flow, dans les sons produits comme le ton très personnel, et dans le parfait équilibre entre effluves R&B et uppercuts rythmiques, il impressionne par la qualité qu’il appose dans chaque recoin de cet album. Un disque par ailleurs agrémenté de classieux featurings signés notamment Kendrick Lamar, Santigold, Drake, Danny Brown, Action Bronson, Joey Badass et bien d’autres.