Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Morrissey|Viva Hate (2011 - Remaster) (2011 Remaster)

Viva Hate (2011 - Remaster) (2011 Remaster)

Morrissey

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

« Viva Hate est un album traumatisant. En l’écoutant, des gens ont dû penser que j’avais sombré dans une folie complète »  (Morrissey, 1991). De la folie, il y en a assurément dans Viva Hate. Le fait de sortir un premier album solo six mois seulement après la séparation d’un groupe aussi adulé que les Smiths, la volonté d’afficher des choix artistiques et sonores aussi typés que différents de ceux du groupe défunt (son compact et léché, omniprésence du quatuor à cordes, interventions intempestives – et parfois proches de la dissonnance – de la guitare de Viny Reilly) : une telle fuite en avant pourrait facilement être assimilée à un suicide artistique en bonne et dûe forme.

Pourtant, Viva Hate est bien l’oeuvre d’un artiste en pleine possession de ses moyens ; amer, certes (le titre acrimonieux, la présence de certains morceaux (« I Don’t Mind If You Forget Me », clairement adressés à Johnny Marr), mais également regénéré par les blessures qu’il vient de subir. Capable de passer avec un égal talent d’une courte complainte romantique et suicidaire sur fond de cordes sèches et tranchantes (« Angel, Angel, Down We Go Together »), à un long rêve éveillé énumérant avec délicatesse et humour une série de souvenirs mi-vécus, mi-fantasmés (« Late Night, Maudlin Street »), Morrissey intrigue, enchante, effraie et ravit, à travers des textes toujours aussi imparables, magnifiquement portés par les mélodies et les arrangements de Stephen Street – dont le talent est bien plus évident ici que dans son travail en tant que producteur des Smiths.

Les esprits chagrins se plaindront du fait que la deuxième moitié du disque comprend quelques morceaux assez faibles (« Break Up the Family », « Dial-a-cliché », « The Ordinary Boys ») ; on se contentera de répondre que Viva Hate contient également l’une des plus belles chansons écrites par Morrissey (« Everyday Is Like Sunday ») – chanson qui, à elle seule, justifie l’existence d’un disque qui ne se contente pas de survivre aux Smiths, mais qui lui donne également une descendance tout à fait digne et passionnante.
©Copyright Music Story 2015

Plus d'informations

Viva Hate (2011 - Remaster) (2011 Remaster)

Morrissey

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Alsatian Cousin (2011 Remaster)
00:03:13

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

2
Little Man, What Now? (2011 Remaster)
00:01:47

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

3
Everyday Is Like Sunday (2011 Remaster)
00:03:35

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

4
Bengali in Platforms (2011 Remaster)
00:03:53

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

5
Angel Angel Down We Go Together (2011 Remaster)
00:01:39

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 1988, 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

6
Late Night, Maudlin Street (2011 Remaster)
00:06:54

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

7
Suedehead (2011 Remaster)
00:03:55

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

8
Break up the Family (2011 Remaster)
00:03:55

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

9
Treat Me Like a Human Being (2011 Remaster)
00:02:27

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

10
I Don't Mind If You Forget Me (2011 Remaster)
00:03:17

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

11
Dial-a-Cliché (2011 Remaster)
00:02:28

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

12
Margaret on the Guillotine (2011 Remaster)
00:03:44

Steve Williams, AssistantEngineer - John Davis, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Guitar, Bass Guitar, Writer, Remastering Engineer - MORRISSEY, Vocals, Writer, MainArtist - Vini Reilly, Guitar, Keyboards - Andrew Paresi, Drums

© 2012 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company ℗ 2011 Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

« Viva Hate est un album traumatisant. En l’écoutant, des gens ont dû penser que j’avais sombré dans une folie complète »  (Morrissey, 1991). De la folie, il y en a assurément dans Viva Hate. Le fait de sortir un premier album solo six mois seulement après la séparation d’un groupe aussi adulé que les Smiths, la volonté d’afficher des choix artistiques et sonores aussi typés que différents de ceux du groupe défunt (son compact et léché, omniprésence du quatuor à cordes, interventions intempestives – et parfois proches de la dissonnance – de la guitare de Viny Reilly) : une telle fuite en avant pourrait facilement être assimilée à un suicide artistique en bonne et dûe forme.

Pourtant, Viva Hate est bien l’oeuvre d’un artiste en pleine possession de ses moyens ; amer, certes (le titre acrimonieux, la présence de certains morceaux (« I Don’t Mind If You Forget Me », clairement adressés à Johnny Marr), mais également regénéré par les blessures qu’il vient de subir. Capable de passer avec un égal talent d’une courte complainte romantique et suicidaire sur fond de cordes sèches et tranchantes (« Angel, Angel, Down We Go Together »), à un long rêve éveillé énumérant avec délicatesse et humour une série de souvenirs mi-vécus, mi-fantasmés (« Late Night, Maudlin Street »), Morrissey intrigue, enchante, effraie et ravit, à travers des textes toujours aussi imparables, magnifiquement portés par les mélodies et les arrangements de Stephen Street – dont le talent est bien plus évident ici que dans son travail en tant que producteur des Smiths.

Les esprits chagrins se plaindront du fait que la deuxième moitié du disque comprend quelques morceaux assez faibles (« Break Up the Family », « Dial-a-cliché », « The Ordinary Boys ») ; on se contentera de répondre que Viva Hate contient également l’une des plus belles chansons écrites par Morrissey (« Everyday Is Like Sunday ») – chanson qui, à elle seule, justifie l’existence d’un disque qui ne se contente pas de survivre aux Smiths, mais qui lui donne également une descendance tout à fait digne et passionnante.
©Copyright Music Story 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Morrissey

Hey Sagiye

Morrissey

Hey Sagiye Morrissey

Low In High School

Morrissey

Low In High School Morrissey

California Son

Morrissey

California Son Morrissey

I Am Not a Dog on a Chain

Morrissey

QUADRI

Morrissey

QUADRI Morrissey

Playlists

Dans la même thématique...

Patient Number 9

Ozzy Osbourne

Patient Number 9 Ozzy Osbourne

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd

Let It Be

The Beatles

Let It Be The Beatles

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac
Les Grands Angles...
10 légendes du blues

Depuis plus d’un siècle, le blues continue à irriguer toute la musique pop, et à produire de grands disques. Il est temps de réviser les classiques, en dix portraits de bluesmen historiques, dont une blueswoman.

Les Beatles en 12 albums

Sept années, à peine, passées en studio. Un héritage incommensurable dont l'influence demeure intacte. Les Beatles sont un cas unique dans l'histoire de la musique pop(ulaire). Le miroir musical des 60’s, ère de transition majeure. Avec les Fab Four – aidés par Bob Dylan outre-Atlantique –, le rock quitte son adolescence insouciante pour entrer dans l'âge adulte. Les quatre garçons dans le vent naïfs et pétillants de Liverpool vont se transformer en artistes indépendants. Une vie qui défile en parallèle de leur discographie.

Curtis Mayfield, Black Music Matters

Guitariste esthète adulé par Hendrix, chanteur au falsetto démentiel vénéré par Prince et songwriter de haute volée, Curtis Mayfield sculptait des symphonies mêlant funk, gospel et soul en cinémascope. Vingt ans après sa mort, sa musique engagée colle toujours aussi bien à l’Amérique.

Dans l'actualité...