Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Karine Deshayes - Une amoureuse flamme

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Une amoureuse flamme

Karine Deshayes, Jean-François Verdier and Orchestre Victor Hugo

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoute disponible dans 25 jours

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Une amoureuse flamme

Karine Deshayes

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Téléchargez cet album pour l'écouter en illimité

1
Cendrillon, Acte III: « Enfin je suis ici... » (Cendrillon) 00:04:35
2
Henry VIII, Acte IV: « Ô cruel souvenir » (Catherine d'Aragon) 00:05:52
3
Le Cid, Acte III, Scène 1: « De cet affreux combat... » (Chimène) 00:05:24
4
La Damnation de Faust, H 111, Partie IV, Scène 5: Romance « D'amour l'ardente flamme » (Marguerite) 00:07:13
5
Sapho, CG 1, Acte III: « Où suis-je ?... » (Sapho) 00:06:29
6
Werther: Prélude 00:04:07
7
Werther, Acte III: Air des lettres « Werther... Werther... qui m'aurait dit la place » (Charlotte) 00:09:30
8
Werther, Acte III: « Va, laisse couler mes larmes... » (Charlotte) 00:02:12
9
La Juive, Acte II: « Il va venir et d'effroi... » (Rachel) 00:05:06
10
Carmen, GB 9: « L'amour est enfant de Bohème » (Carmen) 00:03:01
11
La reine de saba, Acte III: « Me voilà seule enfin... » (Balkis) 00:05:55

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Karine Deshayes

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
La grande aventure du Fidelio de Beethoven

Basé sur un fait divers survenu en France pendant la Terreur révolutionnaire (l’histoire d’une jeune femme intrépide se déguisant en homme pour tenter de sauver son mari emprisonné au fond d’un cachot), l’unique opéra de Beethoven a connu une destinée mouvementée, remanié de part et d’autre au fil des années. Nouvelle preuve du génie musical du compositeur allemand, “Fidelio” lui a aussi permis de mettre en musique un livret répondant à ses opinions politiques.

British blues boom, chronique d’une révolution

Si Joe Bonamassa revient avec “British Blues Explosion”, un an après le “Blue & Lonesome” des Rolling Stones, c’est que le « British blues boom » a été plus qu’un simple courant. L’intérêt des Anglais pour les icônes américaines du genre a engendré une véritable révolution, avec en tête la sainte Trinité de la guitare, formée par Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. À l’aube des années 1960, une fabuleuse déferlante atteint les côtes de la Grande-Bretagne. Et ouvre la voie à de nouvelles dimensions musicales.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...