Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Marvin Gaye - Trouble Man

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Trouble Man

Marvin Gaye

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Entre ces deux énormes chefs d’œuvres que sont What’s Going On (1971) et Let’s Get It On (1973), il existe une autre petite perle qui n’a sûrement jamais été appréciée à sa juste valeur. Et pourtant, quelle merveille que ce disque. Marvin Gaye touche ici à la perfection, non seulement dans l’écriture des morceaux à proprement parler, mais aussi dans sa performance vocale.

Nous sommes en 1972 et alors que Marvin Gaye refuse de monter sur scène afin de défendre son What’s Going On, apeuré par la simple idée de devoir repartir en tournée, il pense un temps poser ses valises à Hollywood et y faire carrière. La mode est aux blaxploitation movies, (polars afro-américains mélangeant violence et érotisme, où le blanc a souvent le mauvais rôle) et Marvin Gaye se retrouve à composer la bande originale du film Trouble Man, espérant par la suite décrocher un rôle dans une autre production. Il parviendra en effet à obtenir quelques seconds rôles dans des films tels que The Ballad Of Andy Crocker ou Chrome And Hot Leather au moment où il s’installera à Los Angeles, mais ce subit intérêt pour le cinéma disparaîtra aussi vite qu’il était apparu.  

Il est vrai qu’après une bombe telle que What’s Going On, on aurait pu s’attendre à ce que Marvin Gaye s’attaque à l’écriture d’un nouvel album et non d’une simple bande originale de film d’un obscure metteur en scène nommé Ivan Dixon. Mais c’était sans connaître le caractère imprévisible de Marvin Gaye qui allait réussir là où bon nombre d'artistes soul ont échoué : faire de cette bande originale une véritable pièce maîtresse dans sa collection.

A l’écoute de Trouble Man, c’est avant tout ce mélange détonnant de morceaux jazzy tel que « Main Theme From Trouble Man (2) » ou beaucoup plus funky comme «T Plays It Cool », laissant apparaître des ambiances nouvelles dans la musique de Marvin Gaye, qui donnent à cet album toute sa cohérence. Marvin Gaye passe ici en revue toute les influences qui l’ont amenées à faire cette musique si personnelle désormais. On ressent toujours à l’écoute de ce disque ce sentiment de profonde liberté qui habite désormais sa musique. En composant une bande originale de film, il peut ainsi laisser libre cours à son imagination et incorporer de nouveaux ingrédients à sa cuisine musicale. Il est important de noter que la voix de Marvin Gaye n’arrive que sur le 3ème morceau « Poor Abbey Walsh », étrange morceau qui débute par un long solo de sax, très « soul », suivi par plusieurs ambiances, toutes différentes, passant tour à tour d’une atmosphère feutrée et voluptueuse à une vision plus noire et plus urbaine. La place qu’il réserve pour sa voix est infiniment plus restreinte que dans What’s Going On et le message qu’il voudra faire passer sera ici beaucoup plus implicite. Car c'est avant tout son immense talent d’arrangeur, de producteur mais aussi de musicien qui ressort de l’écoute de ce disque où l’instrumentation prend une dimension encore plus grande. Il laissera d’ailleurs une place très importante au saxophone, joué à la perfection par Trevor Lawrence. Quant à Marvin Gaye, lorsqu’il ne joue pas du Moog et qu’il se met à chanter, alors la fluidité de sa voix fait littéralement des merveilles. On reste subjugué par la finesse de son timbre qui vient se poser comme un voile de velours sur ses compositions imagées. Tout comme Isaac Hayes avec Shaft (1971),  Melvin Van Peebles  avec Sweet Sweetack’s Baadasssss Song (1971) ou bien Curtis Mayfield avec Superfly (1972), Marvin Gaye réussit un véritable coup de maître, malheureusement éclipsé par les deux chefs d’œuvres qui ont précédés et succédés ce disque. Alors, est-ce pour cela que Trouble Man n’a pas obtenu toute l’attention qu’il méritait auprès du public ?

Ce qui est sûr, c’est que l’implication personnelle de Marvin Gaye dans la composition de ce disque fut totale et reflète à nouveau le questionnement d’un homme sur la place de son peuple dans la société américaine. En composant Trouble Man, il prend part à ce besoin d’indépendance et de liberté prôné par le peuple afro-américain qui, par l’intermédiaire des blaxploitation movies, veut lancer un message fort aux dirigeant de ce pays. Devant l’énorme succès populaire de certains de ces films, Marvin Gaye y a sûrement vu un bon moyen de réaffirmer devant la communauté afro-américaine son attachement et sa fierté d’être noir. Il est vrai que Marvin Gaye était plus souvent réputé par ses discours contre les inégalités, qu’il tenait chez lui dans sa belle maison, que par son action sociale sur le terrain. Mais c’est par le biais de la musique que Marvin Gaye faisait passer ses messages et Trouble Man en est à nouveau la preuve. A la manière d’un Malcolm X de l’ombre, il confirmait son honneur d'appartenir au peuple noir, en posant, tel un roi sur son trône, au beau milieu de la page intérieure du disque.
© ©Copyright Music Story David Loquier 2016

Plus d'informations

Trouble Man

Marvin Gaye

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Main Theme From Trouble Man Part 1
00:02:31

Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

2
"T" Plays It Cool
00:04:26

Marvin Gaye, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

3
Poor Abbey Walsh
00:04:12

Marvin Gaye, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

4
The Break In (Police Shoot Big)
00:01:57

Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

5
Cleo's Apartment
00:02:09

Marvin Gaye, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

6
Trouble Man
00:03:48

Marvin Gaye, Producer, MainArtist, ComposerLyricist - Pat Sullivan, Unknown, Other

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

7
Theme From Trouble Man
00:02:04

Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

8
"T" Stands For Trouble
00:04:49

Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

9
Main Theme From Trouble Man Part 2
00:03:52

Gene Page, String Arranger, AssociatedPerformer - Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist - Dale Oehler, Horn Arranger, AssociatedPerformer

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

10
Life Is A Gamble
00:02:31

Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

11
Deep In It
00:01:24

Marvin Gaye, Composer, Producer, MainArtist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

12
Don't Mess With Mister "T"
00:03:03

Marvin Gaye, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

13
There Goes Mister "T"
00:01:36

Marvin Gaye, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1972 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

Descriptif de l'album

Entre ces deux énormes chefs d’œuvres que sont What’s Going On (1971) et Let’s Get It On (1973), il existe une autre petite perle qui n’a sûrement jamais été appréciée à sa juste valeur. Et pourtant, quelle merveille que ce disque. Marvin Gaye touche ici à la perfection, non seulement dans l’écriture des morceaux à proprement parler, mais aussi dans sa performance vocale.

Nous sommes en 1972 et alors que Marvin Gaye refuse de monter sur scène afin de défendre son What’s Going On, apeuré par la simple idée de devoir repartir en tournée, il pense un temps poser ses valises à Hollywood et y faire carrière. La mode est aux blaxploitation movies, (polars afro-américains mélangeant violence et érotisme, où le blanc a souvent le mauvais rôle) et Marvin Gaye se retrouve à composer la bande originale du film Trouble Man, espérant par la suite décrocher un rôle dans une autre production. Il parviendra en effet à obtenir quelques seconds rôles dans des films tels que The Ballad Of Andy Crocker ou Chrome And Hot Leather au moment où il s’installera à Los Angeles, mais ce subit intérêt pour le cinéma disparaîtra aussi vite qu’il était apparu.  

Il est vrai qu’après une bombe telle que What’s Going On, on aurait pu s’attendre à ce que Marvin Gaye s’attaque à l’écriture d’un nouvel album et non d’une simple bande originale de film d’un obscure metteur en scène nommé Ivan Dixon. Mais c’était sans connaître le caractère imprévisible de Marvin Gaye qui allait réussir là où bon nombre d'artistes soul ont échoué : faire de cette bande originale une véritable pièce maîtresse dans sa collection.

A l’écoute de Trouble Man, c’est avant tout ce mélange détonnant de morceaux jazzy tel que « Main Theme From Trouble Man (2) » ou beaucoup plus funky comme «T Plays It Cool », laissant apparaître des ambiances nouvelles dans la musique de Marvin Gaye, qui donnent à cet album toute sa cohérence. Marvin Gaye passe ici en revue toute les influences qui l’ont amenées à faire cette musique si personnelle désormais. On ressent toujours à l’écoute de ce disque ce sentiment de profonde liberté qui habite désormais sa musique. En composant une bande originale de film, il peut ainsi laisser libre cours à son imagination et incorporer de nouveaux ingrédients à sa cuisine musicale. Il est important de noter que la voix de Marvin Gaye n’arrive que sur le 3ème morceau « Poor Abbey Walsh », étrange morceau qui débute par un long solo de sax, très « soul », suivi par plusieurs ambiances, toutes différentes, passant tour à tour d’une atmosphère feutrée et voluptueuse à une vision plus noire et plus urbaine. La place qu’il réserve pour sa voix est infiniment plus restreinte que dans What’s Going On et le message qu’il voudra faire passer sera ici beaucoup plus implicite. Car c'est avant tout son immense talent d’arrangeur, de producteur mais aussi de musicien qui ressort de l’écoute de ce disque où l’instrumentation prend une dimension encore plus grande. Il laissera d’ailleurs une place très importante au saxophone, joué à la perfection par Trevor Lawrence. Quant à Marvin Gaye, lorsqu’il ne joue pas du Moog et qu’il se met à chanter, alors la fluidité de sa voix fait littéralement des merveilles. On reste subjugué par la finesse de son timbre qui vient se poser comme un voile de velours sur ses compositions imagées. Tout comme Isaac Hayes avec Shaft (1971),  Melvin Van Peebles  avec Sweet Sweetack’s Baadasssss Song (1971) ou bien Curtis Mayfield avec Superfly (1972), Marvin Gaye réussit un véritable coup de maître, malheureusement éclipsé par les deux chefs d’œuvres qui ont précédés et succédés ce disque. Alors, est-ce pour cela que Trouble Man n’a pas obtenu toute l’attention qu’il méritait auprès du public ?

Ce qui est sûr, c’est que l’implication personnelle de Marvin Gaye dans la composition de ce disque fut totale et reflète à nouveau le questionnement d’un homme sur la place de son peuple dans la société américaine. En composant Trouble Man, il prend part à ce besoin d’indépendance et de liberté prôné par le peuple afro-américain qui, par l’intermédiaire des blaxploitation movies, veut lancer un message fort aux dirigeant de ce pays. Devant l’énorme succès populaire de certains de ces films, Marvin Gaye y a sûrement vu un bon moyen de réaffirmer devant la communauté afro-américaine son attachement et sa fierté d’être noir. Il est vrai que Marvin Gaye était plus souvent réputé par ses discours contre les inégalités, qu’il tenait chez lui dans sa belle maison, que par son action sociale sur le terrain. Mais c’est par le biais de la musique que Marvin Gaye faisait passer ses messages et Trouble Man en est à nouveau la preuve. A la manière d’un Malcolm X de l’ombre, il confirmait son honneur d'appartenir au peuple noir, en posant, tel un roi sur son trône, au beau milieu de la page intérieure du disque.
© ©Copyright Music Story David Loquier 2016

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
Chopin : Piano Concertos Benjamin Grosvenor
À découvrir également
Par Marvin Gaye
What's Going On Live Marvin Gaye
What's Going On Marvin Gaye
Let's Get It On Marvin Gaye
I Want You Marvin Gaye

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Blaxploitation, l’avant-Black Panther

Plus de quarante-cinq ans avant le succès du film “Black Panther”, Hollywood ciblait la communauté afro-américaine en lui proposant des héros sur mesure. De “Shaft” à “Super Fly” en passant par “Blacula”, la blaxploitation proposait alors des thrillers, des comédies et même des films de vampires dont les musiques renfermeront quelques pépites 70’s bien groovy…

Santana, le lézard de Tijuana

Une place au panthéon du rock assurée dès ses débuts avec sa performance ensorcelante à Woodstock, une dizaine de Grammy Awards sous le bras et des millions de disques écoulés grâce à sa renaissance en star de la latin pop, des featurings plus prestigieux les uns que les autres… Santana fait partie de ces artistes qui ont tout raflé : la reconnaissance du public, de la critique et de ses pairs. Portrait d’un artiste comblé qui enchaîne les mues comme un lézard.

Stax, on dirait le Sud…

Motown au nord. Et Stax au sud. Deux conceptions bien distinctes de la soul music. Dans la moiteur sudiste de Memphis, Isaac Hayes, Otis Redding, Sam & Dave, Booker T. et quelques autres ont inventé un groove unique, biberonné au blues et surtout au gospel.

Dans l'actualité...