Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Tracy Chapman|Tracy Chapman

Tracy Chapman

Tracy Chapman

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Tracy Chapman, chanteuse éponyme de ce premier album, voit sa notoriété s’étendre internationalement grâce à sa prestation lors du médiatique Nelson Mandela’s 70th Birthday Tribute Concert au Stade Wembley. Sa surprenante interprétation touche le public et enflamme les ventes de cet enregistrement qui sera récompensé trois fois lors des 31èmes Grammy Awards.

« Talkin’ Bout A Revolution » introduit le disque et augure l’âme de cette artiste fervente qui fera retentir ce titre comme un hymne lors de chacun de ses concerts. L’obsédante, sobre et émouvante mélodie de « Fast Car », où elle invite à prendre son destin en main, lui vaudra le Grammy de la meilleure interprétation féminine. Tracy Chapman aborde ensuite tour à tour les thèmes qui lui sont chers : les tensions raciales dans « Across the Lines », la violence conjugale dans « Behind the Wall », le romantisme passionné dans « For My Lover », tandis que « Baby Can I Hold You » est une déclaration d’amour poignante et douce.

Sobriété de l’instrumentation (Tracy, à la guitare, est généralement accompagnée seulement d’une basse et d’une batterie), simplicité de l’harmonie, le style folk tirant parfois sur le rock captive grâce à un swing efficace et au pouvoir évocateur qui se dégage, ou par l’extrême dépouillement, à l’image de « For You ». Seul « Mountains O’Thing » se distingue par l’utilisation de discrètes touches de vibraphone, de flûte de pan et de percussions, ou « She’s Got Her Ticket » par un style aux assonances reggaes.

Sincère, Tracy Chapman n’hésite pas à se mettre à nu comme dans l’étrange titre a capella « Behind the Wall ». Androgyne et singulière, sa voix, au timbre entre raucité et chaleur, dégage une ferveur et une force de caractère. Une certaine fragilité transparaît néanmoins dans ce vibrato nerveux si personnel et caractéristique.

L’ambivalence entre force, espoir, pessimisme ou mélancolie révèle une personnalité complexe. Grammy Awards du meilleur album folk en 1989, Tracy Chapman, avec le recul d’une vingtaine d’année, mériterait bien de se classer parmi ces fameux « albums de légende ».
©Copyright Music Story 2016

Plus d'informations

Tracy Chapman

Tracy Chapman

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 100 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 100 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Talkin' Bout a Revolution (LP Version)
00:02:41

Jack Holder, Electric Guitar, Organ - Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Electric Guitar, Percussion, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass Guitar - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums, Percussion - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

2
Fast Car (LP Version)
00:04:56

Ed Black, Guitar - Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Electric Guitar, Percussion, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

3
Across the Lines (LP Version)
00:03:24

Jack Holder, Dulcimer - Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer - Don Rubin, ExecutiveProducer - Brian Koppelman, ExecutiveProducer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

4
Behind the Wall (LP Version)
00:01:48

Tracy Chapman, Vocals, Writer, MainArtist - David Kershenbaum, Producer - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

5
Baby Can I Hold You (LP Version)
00:03:12

Jack Holder, Organ, Sitar - Tracy Chapman, Vocals, Writer, Rhythm Guitar, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - Bob Marlette, Keyboards - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums, Percussion - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer - David Laflamme, Electric Violin

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

6
Mountains O' Things (LP Version)
00:04:39

Paulinho Da Costa, Percussion - Tracy Chapman, Electric Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - STEVE Kaplan, Keyboards - Bob Marlette, Keyboards - David Kershenbaum, Producer - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

7
She's Got Her Ticket (LP Version)
00:03:54

Jack Holder, Electric Guitar, Organ - Paulinho Da Costa, Percussion - Tracy Chapman, Electric Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - STEVE Kaplan, Keyboards - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

8
Why? (LP Version)
00:02:05

Jack Holder, Electric Guitar, Organ - Paulinho Da Costa, Percussion - Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums, Percussion - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

9
For My Lover (LP Version)
00:03:10

Jack Holder, Dobro - Ed Black, Guitar - Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - STEVE Kaplan, Harmonica - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

10
If Not Now... (LP Version)
00:03:01

Jack Holder, Piano - Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Percussion, Vocals, Writer, MainArtist - LARRY KLEIN, Bass - David Kershenbaum, Producer - Denny Fongheiser, Drums, Percussion - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

11
For You (LP Version)
00:03:09

Tracy Chapman, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - David Kershenbaum, Producer - Kevin W. Smith, Mixer, Engineer

© 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States. ℗ 1988 Elektra/Asylum Records for the United States and WEA International for the world outside of the United States.

Descriptif de l'album

Tracy Chapman, chanteuse éponyme de ce premier album, voit sa notoriété s’étendre internationalement grâce à sa prestation lors du médiatique Nelson Mandela’s 70th Birthday Tribute Concert au Stade Wembley. Sa surprenante interprétation touche le public et enflamme les ventes de cet enregistrement qui sera récompensé trois fois lors des 31èmes Grammy Awards.

« Talkin’ Bout A Revolution » introduit le disque et augure l’âme de cette artiste fervente qui fera retentir ce titre comme un hymne lors de chacun de ses concerts. L’obsédante, sobre et émouvante mélodie de « Fast Car », où elle invite à prendre son destin en main, lui vaudra le Grammy de la meilleure interprétation féminine. Tracy Chapman aborde ensuite tour à tour les thèmes qui lui sont chers : les tensions raciales dans « Across the Lines », la violence conjugale dans « Behind the Wall », le romantisme passionné dans « For My Lover », tandis que « Baby Can I Hold You » est une déclaration d’amour poignante et douce.

Sobriété de l’instrumentation (Tracy, à la guitare, est généralement accompagnée seulement d’une basse et d’une batterie), simplicité de l’harmonie, le style folk tirant parfois sur le rock captive grâce à un swing efficace et au pouvoir évocateur qui se dégage, ou par l’extrême dépouillement, à l’image de « For You ». Seul « Mountains O’Thing » se distingue par l’utilisation de discrètes touches de vibraphone, de flûte de pan et de percussions, ou « She’s Got Her Ticket » par un style aux assonances reggaes.

Sincère, Tracy Chapman n’hésite pas à se mettre à nu comme dans l’étrange titre a capella « Behind the Wall ». Androgyne et singulière, sa voix, au timbre entre raucité et chaleur, dégage une ferveur et une force de caractère. Une certaine fragilité transparaît néanmoins dans ce vibrato nerveux si personnel et caractéristique.

L’ambivalence entre force, espoir, pessimisme ou mélancolie révèle une personnalité complexe. Grammy Awards du meilleur album folk en 1989, Tracy Chapman, avec le recul d’une vingtaine d’année, mériterait bien de se classer parmi ces fameux « albums de légende ».
©Copyright Music Story 2016

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Five Leaves Left

Nick Drake

Five Leaves Left Nick Drake

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

Wish You Were Here

Pink Floyd

Wish You Were Here Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd
À découvrir également
Par Tracy Chapman

Greatest Hits

Tracy Chapman

Greatest Hits Tracy Chapman

New Beginning

Tracy Chapman

New Beginning Tracy Chapman

Crossroads

Tracy Chapman

Crossroads Tracy Chapman

Where You Live

Tracy Chapman

Where You Live Tracy Chapman

Our Bright Future

Tracy Chapman

Our Bright Future Tracy Chapman

Playlists

Dans la même thématique...

The United States Of The Broken Hearted

Jeb Loy Nichols

YTI⅃AƎЯ

Bill Callahan

YTI⅃AƎЯ Bill Callahan

Sounds Of Silence

Simon & Garfunkel

Sounds Of Silence Simon & Garfunkel

Time On My Hands

Ásgeir

Catch Bull At Four

Cat Stevens

Catch Bull At Four Cat Stevens
In your panoramas...
Blues touareg, l’oasis du rock

Depuis la sortie en 2002 du premier album officiel du groupe touareg Tinariwen, “The Radio Tisdas Sessions”, leur musique électrique dominée par les guitares est devenue une catégorie de rock, reconnue et respectée de Bamako à Los Angeles. Alors que Tinariwen édite, vingt ans plus tard, son tout premier album retrouvé sur une vieille cassette, retour sur la scène des musiciens originaires du Sahara, qui ne cessent d’attirer les rockers occidentaux en quête d’authenticité rebelle.

Woodstock, 50 ans après

Woodstock n’était pas le premier rassemblement dédié à la musique. A l’époque, Newport était déjà un rendez-vous régulier pour les amateurs de ce nouveau rock & folk qui inondait la jeunesse américaine – et d’ailleurs. Et les festivals de Monterey (Californie) ou l’Île de Wight (Royaume-Uni) avaient enflammé les deux étés précédents. Mais Woodstock, avec son côté sauvage et la foule d’artistes mythiques qui y ont défilé, fut bien le plus marquant d’entre tous. Si bien qu’un demi-siècle plus tard, on en parle encore avec les yeux qui brillent.

Americana, l’Amérique par les racines

L’étiquette a beau sentir le coup marketing fumeux, l’americana synthétise pourtant bien depuis une vingtaine d’années cette fusion du rock, de la country, du blues et du rhythm’n’blues. Et comme dans toutes les grandes familles, on y croise à peu près tout le monde : la fille rebelle, l’oncle cultivé, le père agité, la cousine habitée…

In the news...