Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Louis Chedid - Tout ce qu'on veut dans la vie

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Tout ce qu'on veut dans la vie

Louis Chedid

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

L’expression a beau être vaine, Tout ce qu’on veut dans la vie est ce qu’on peut appeler un « album de la maturité », dans le sens le plus strict du terme. Car le chanteur septuagénaire prend ici la posture du sage qui dresse un bilan serein de sa vie. La chanson la plus emblématique de cet état d’esprit a pour titre Danser sur les décombres, un morceau dans lequel il « ouvre les bras » à la pénombre que constitue la vieillesse, le tout sur une danse de la mort à la manière de Goran Bregovic. Cet élan vital positif se retrouve également dans Tout ce qu’on veut dans la vie – véritable hymne à l’amour –, ou encore Dis-toi que t’es vivant. Pour Louis Chedid, la clé de cette sagesse joyeuse trouve sa source dans une pulsion régressive, entre autres. Le thème du retour à l’enfance infuse les morceaux Volatile comme… (« Retrouver la candeur, l’innocence, la sensibilité de l’enfance »), la ballade lennonienne Chasseur de papillons (« Retrouver nos cœurs d’enfants et partir chasser les papillons »), et Mon Enfant intérieur, avec son piano à la Satie.

L’humanisme du chanteur éclate au grand jour dans des morceaux en pleine harmonie avec une musique particulièrement solaire : on retiendra la guitare solo et les nappes de cordes de Ne m’oubliez pas (avec ces harmonies qui frottent, mais pas trop), ainsi que le rythme nonchalant de La Fille sur le banc (avec son piano traînant, ses percussions brésiliennes et ses cordes langoureuses). Mais toute cette tendresse n’empêche pas l’esprit critique et certaines touches d’amertume. C’est ainsi que le père de - M - chante la séparation dans la rumba Si j’avais su, et notre monde robotisé dans Redevenir un être humain – même si le vieux sage précise qu’il n’est pas « trop tard » pour retrouver une dose d’humanité. Et c’est à ses semblables qu’il dédie, avec sobriété et émotion, le morceau qui conclut cet album, J’ai toujours aimé aimer : « Moi j’ai un faible pour le genre humain, je l’avoue / C’est une longue histoire entre nous ». © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

Tout ce qu'on veut dans la vie

Louis Chedid

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Si j'avais su
00:02:52

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

2
Danser sur les décombres
00:03:09

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

3
Tout ce qu'on veut dans la vie
00:03:04

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

4
Ne m'oubliez pas
00:02:43

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

5
Volatile comme…
00:03:16

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

6
La fille sur le banc
00:03:01

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

7
Mon enfant intérieur
00:02:49

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

8
Redevenir un être humain
00:03:58

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

9
Dis-toi qu't'es vivant
00:03:20

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

10
Chasseur de papillons
00:03:19

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

11
J'ai toujours aimé aimer
00:02:04

Louis Chedid, Composer, MainArtist

2019 [PIAS] - LE LABEL 2019 [PIAS] - LE LABEL

Descriptif de l'album

L’expression a beau être vaine, Tout ce qu’on veut dans la vie est ce qu’on peut appeler un « album de la maturité », dans le sens le plus strict du terme. Car le chanteur septuagénaire prend ici la posture du sage qui dresse un bilan serein de sa vie. La chanson la plus emblématique de cet état d’esprit a pour titre Danser sur les décombres, un morceau dans lequel il « ouvre les bras » à la pénombre que constitue la vieillesse, le tout sur une danse de la mort à la manière de Goran Bregovic. Cet élan vital positif se retrouve également dans Tout ce qu’on veut dans la vie – véritable hymne à l’amour –, ou encore Dis-toi que t’es vivant. Pour Louis Chedid, la clé de cette sagesse joyeuse trouve sa source dans une pulsion régressive, entre autres. Le thème du retour à l’enfance infuse les morceaux Volatile comme… (« Retrouver la candeur, l’innocence, la sensibilité de l’enfance »), la ballade lennonienne Chasseur de papillons (« Retrouver nos cœurs d’enfants et partir chasser les papillons »), et Mon Enfant intérieur, avec son piano à la Satie.

L’humanisme du chanteur éclate au grand jour dans des morceaux en pleine harmonie avec une musique particulièrement solaire : on retiendra la guitare solo et les nappes de cordes de Ne m’oubliez pas (avec ces harmonies qui frottent, mais pas trop), ainsi que le rythme nonchalant de La Fille sur le banc (avec son piano traînant, ses percussions brésiliennes et ses cordes langoureuses). Mais toute cette tendresse n’empêche pas l’esprit critique et certaines touches d’amertume. C’est ainsi que le père de - M - chante la séparation dans la rumba Si j’avais su, et notre monde robotisé dans Redevenir un être humain – même si le vieux sage précise qu’il n’est pas « trop tard » pour retrouver une dose d’humanité. Et c’est à ses semblables qu’il dédie, avec sobriété et émotion, le morceau qui conclut cet album, J’ai toujours aimé aimer : « Moi j’ai un faible pour le genre humain, je l’avoue / C’est une longue histoire entre nous ». © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Louis Chedid

Playlists

Dans la même thématique...
Âme fifties Alain Souchon
Brol Angèle
Brol La Suite Angèle
Les Grands Angles...
Boris Vian, la zizique avant tout

Boris Vian n’a pas seulement donné son nom à des établissements scolaires et des médiathèques. Il fut un artiste et créateur quasi complet, et la musique, qu’il composait, produisait, écrivait et parfois chantait, a rythmé sa vie fulgurante, conclue à l’âge de 39 ans dans une salle de cinéma en 1959. Pour fêter en fanfare les 100 ans de sa naissance, Qobuz vous propose une partition biographique.

Jacques Brel et les antihéros

Indissociable de l’œuvre de Jacques Brel, la figure de l’antihéros hante les grandes chansons du poète belge, de « Ne me quitte pas » à « Madeleine », en passant par « Les Bonbons » et « Ces gens-là ». A l’occasion du 40e anniversaire de sa disparition, retour sur la carrière d’un géant de la chanson à travers sa galerie de personnages ratés, mesquins ou désespérément idéalistes.

Mai 68, la chanson au pouvoir !

La chanson a tenu un rôle primordial dans les événements de mai 1968, notamment à travers l’omniprésence de la radio. Contestataires, inoffensifs ou réactionnaires, les tubes racontent eux aussi l’histoire de la France et des Français durant cette période tourmentée.

Dans l'actualité...