Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Craftmen Club|Thirty Six Minutes

Thirty Six Minutes

The Craftmen Club

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Cela peut en inquiéter certains, mais tant qu’il y aura des zozos capables de s’en secouer une en regardant d’autres zozos faire beaucoup de bruit avec de l’électricité sur une scène, le rock'n'roll bougera encore. Et tant qu’un groupe de Guingamp (allez…) aura la faculté – sous un emballage racé qui, de Radio Birdman aux Real Kids, réunit l’internationale de l’iconographie rock – d’enregistrer trente-six minutes de fureur réverbérée, et d’intituler le tout Thirty Six Minutes, nous n’aurons nuls arguments raisonnables à douter des nouvelles générations. Bretons donc (et en l’occurrence sacrément proche de l’Angleterre), The Craftmen Club est un trio – configuration mythique – qui se définit comme un « heavy garage blues rock band with some psychotic electronic sounds ». Et c’est son droit.



En 2004, après le galop d’essai de deux maxis, le groupe croise Jon Oh Yeah ! Spencer, et c’est un peu comme Noël en plein été. Un premier vrai grand disque, I Gave You Orders Never To Play That Record Again (2005) contribue à aguerrir ces artisans (craftmen). Le bassiste Marc Corlett, le guitariste et chanteur Steeve Lannuzel, et Yann Ollivier à la batterie, écoutent (beaucoup) dEUS, écrivent l’histoire de Gary Blood, dont la famille est assassinée, ce qui est perturbant, écoutent (beaucoup) Nick Cave, composent les chansons de leur deuxième album, et écoutent (beaucoup) Sixteen Horsepower. Le reste appartient à l’éternité des déferlantes qui, depuis plus de six décennies, vibrent tout autour de la planète.



Le reste, en l’occurrence onze pièces épileptiques et névrotiques, où même les guirlandes d’un rare banjo n’éclairent pas le panorama, et à deux reprises en français dans le texte (le Club se sort plutôt avec les honneurs de l’épreuve), renvoie à une fureur nourrie de psychobilly, punk, et romantisme baroque mexicain. Ces riffs secoués comme des pruniers binaires, le rugissement d’un rock sali à peine extrait du garage, attestent qu’il ne s’agit pas de revival nostalgique ici. Mais bien de la rémanence d’une fièvre, que le triumvirat a transporté sur quatre cents scènes depuis sa création, jouant à peu près partout là où on l’accueillait.



En conclusion du disque, les plus de cinq minutes de l’instrumental « Death Song » font s’ébrouer les spectre de Jeffrey Lee Pierce et de Duane Eddy, et étinceler dans une surf music poussiéreuse le néon du triomphe. Thirty Six Minutes : grand disque, vraiment.


© ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

Plus d'informations

Thirty Six Minutes

The Craftmen Club

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 100 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 100 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
To the Surface
00:04:21

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

2
Desert Land
00:02:54

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

3
Gary Blood
00:03:07

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Gabriel Barry, auteur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

4
I Can't Get Around
00:02:43

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

5
Goodbye Mother
00:03:15

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

6
Hold Out Your Hands
00:03:35

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

7
Back In Town
00:02:45

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

8
Les chiens
00:03:00

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Gabriel Barry, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

9
When I Try
00:02:57

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Mickael Gaude, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur - Mickael Gaude, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

10
Sexodrome
00:02:11

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

11
Death Song
00:05:23

The Craftmen Club, interprète - Marc Corlett, compositeur - Steeve Lannuzel, compositeur - Yann Ollivier, compositeur - Marc Corlett, auteur - Steeve Lannuzel, auteur - Yann Ollivier, auteur

2008 Upton Park Publishing 2008 Upton Park Publishing

Descriptif de l'album

Cela peut en inquiéter certains, mais tant qu’il y aura des zozos capables de s’en secouer une en regardant d’autres zozos faire beaucoup de bruit avec de l’électricité sur une scène, le rock'n'roll bougera encore. Et tant qu’un groupe de Guingamp (allez…) aura la faculté – sous un emballage racé qui, de Radio Birdman aux Real Kids, réunit l’internationale de l’iconographie rock – d’enregistrer trente-six minutes de fureur réverbérée, et d’intituler le tout Thirty Six Minutes, nous n’aurons nuls arguments raisonnables à douter des nouvelles générations. Bretons donc (et en l’occurrence sacrément proche de l’Angleterre), The Craftmen Club est un trio – configuration mythique – qui se définit comme un « heavy garage blues rock band with some psychotic electronic sounds ». Et c’est son droit.



En 2004, après le galop d’essai de deux maxis, le groupe croise Jon Oh Yeah ! Spencer, et c’est un peu comme Noël en plein été. Un premier vrai grand disque, I Gave You Orders Never To Play That Record Again (2005) contribue à aguerrir ces artisans (craftmen). Le bassiste Marc Corlett, le guitariste et chanteur Steeve Lannuzel, et Yann Ollivier à la batterie, écoutent (beaucoup) dEUS, écrivent l’histoire de Gary Blood, dont la famille est assassinée, ce qui est perturbant, écoutent (beaucoup) Nick Cave, composent les chansons de leur deuxième album, et écoutent (beaucoup) Sixteen Horsepower. Le reste appartient à l’éternité des déferlantes qui, depuis plus de six décennies, vibrent tout autour de la planète.



Le reste, en l’occurrence onze pièces épileptiques et névrotiques, où même les guirlandes d’un rare banjo n’éclairent pas le panorama, et à deux reprises en français dans le texte (le Club se sort plutôt avec les honneurs de l’épreuve), renvoie à une fureur nourrie de psychobilly, punk, et romantisme baroque mexicain. Ces riffs secoués comme des pruniers binaires, le rugissement d’un rock sali à peine extrait du garage, attestent qu’il ne s’agit pas de revival nostalgique ici. Mais bien de la rémanence d’une fièvre, que le triumvirat a transporté sur quatre cents scènes depuis sa création, jouant à peu près partout là où on l’accueillait.



En conclusion du disque, les plus de cinq minutes de l’instrumental « Death Song » font s’ébrouer les spectre de Jeffrey Lee Pierce et de Duane Eddy, et étinceler dans une surf music poussiéreuse le néon du triomphe. Thirty Six Minutes : grand disque, vraiment.


© ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

Wish You Were Here

Pink Floyd

Wish You Were Here Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears
À découvrir également
Par The Craftmen Club

Colores

The Craftmen Club

Colores The Craftmen Club

Eternal Life

The Craftmen Club

Eternal Life The Craftmen Club

I Gave You Orders Never to Play That Record Again

The Craftmen Club

La route

The Craftmen Club

La route The Craftmen Club

Playlists

Dans la même thématique...

Eraser

Long Distance Calling

Eraser Long Distance Calling

The Steven Wilson Remixes

Yes

Graceland (25th Anniversary Deluxe Edition)

Paul Simon

Toto IV

Toto

Toto IV Toto

Bridge Over Troubled Water

Simon & Garfunkel

Bridge Over Troubled Water Simon & Garfunkel
In your panoramas...
Creedence Clearwater Revival, le rock hors du temps

A la fin des années 60, Creedence Clearwater Revival est entré dans l’histoire du rock en marche arrière, puisant son inspiration dans le blues, le rock’n’roll et la soul de la décennie précédente. Sans prétention, à l’écart des modes, ces pionniers du roots rock ont composé un nombre impressionnant de chansons devenues des classiques.

Les 1001 visages de David Bowie

Star singulière et géniale, David Bowie n'aura cessé de se réinventer à travers une discographie protéiforme et fascinante. Un cas unique dans l'histoire du rock.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre Frank Sinatra punk et Johnny Cash austère...

In the news...