Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Rodeo|Thérianthropie Paradis

Thérianthropie Paradis

The Rodeo

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

The Rodeo traverse l’Atlantique : la pop folk d’inspiration nord-américaine à laquelle la chanteuse du groupe, Dorothée Hannequin, nous avait habitués dans ses deux premiers albums est mise ici au placard, afin de laisser la place à une variété élégante, très française et, comme toujours avec elle, résolument 60's. On comprend mieux désormais pourquoi elle cite sans cesse les mélodies lyriques et alambiquées de Michel Legrand comme une source d’inspiration essentielle. Et comme Dorothée ne fait pas les choses à moitié, toutes les paroles sont écrites dans la langue de Molière, pour des chansons évoquant le voyage (Calypso), la nostalgie (Que ma mémoire vive), ou bien les amours défuntes (Cher Ami). D’autres prennent la forme de petits scénarios étranges, à la limite du fantastique (Cryogénie et le slow Cadavre exquis). The Rodeo n’oublie pas non plus de porter certains messages sur l’état du monde contemporain : Dans Ivre d’amour, elle se demande où va le monde, dans une chanson qui rappelle une certaine chanson de Serge Reggiani : (« Que deviendrons-nous ?/J’entends les loups devenir fous »). Ce constat désenchanté contraste avec la production généralement pétillante et électro-pop de l’album, mais aussi avec le timbre langoureux, bienveillant et quasiment enfantin de Dorothée, laquelle prouve avec ce Thérianthropie Paradis qu’elle peut s’adapter avec une facilité déconcertante à toutes les cultures. ©Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

Thérianthropie Paradis

The Rodeo

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Ivre d'Amour
00:02:55

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

2
Candélabre
00:02:44

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

3
Calypso
00:03:07

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

4
Cryogénie
00:03:31

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

5
Cadavre Exquis
00:04:01

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

6
L'Orage
00:04:53

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

7
Que Ma Mémoire Vive
00:04:49

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

8
Cher Ami
00:03:50

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

9
Thérianthropie Paradis
00:04:33

The Rodeo, MainArtist

2018 Claro Oscuro 2018 Claro Oscuro

Descriptif de l'album

The Rodeo traverse l’Atlantique : la pop folk d’inspiration nord-américaine à laquelle la chanteuse du groupe, Dorothée Hannequin, nous avait habitués dans ses deux premiers albums est mise ici au placard, afin de laisser la place à une variété élégante, très française et, comme toujours avec elle, résolument 60's. On comprend mieux désormais pourquoi elle cite sans cesse les mélodies lyriques et alambiquées de Michel Legrand comme une source d’inspiration essentielle. Et comme Dorothée ne fait pas les choses à moitié, toutes les paroles sont écrites dans la langue de Molière, pour des chansons évoquant le voyage (Calypso), la nostalgie (Que ma mémoire vive), ou bien les amours défuntes (Cher Ami). D’autres prennent la forme de petits scénarios étranges, à la limite du fantastique (Cryogénie et le slow Cadavre exquis). The Rodeo n’oublie pas non plus de porter certains messages sur l’état du monde contemporain : Dans Ivre d’amour, elle se demande où va le monde, dans une chanson qui rappelle une certaine chanson de Serge Reggiani : (« Que deviendrons-nous ?/J’entends les loups devenir fous »). Ce constat désenchanté contraste avec la production généralement pétillante et électro-pop de l’album, mais aussi avec le timbre langoureux, bienveillant et quasiment enfantin de Dorothée, laquelle prouve avec ce Thérianthropie Paradis qu’elle peut s’adapter avec une facilité déconcertante à toutes les cultures. ©Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

The Number of the Beast

Iron Maiden

From The Fires

Greta Van Fleet

From The Fires Greta Van Fleet

Powerslave

Iron Maiden

Powerslave Iron Maiden

Somewhere in Time

Iron Maiden

Somewhere in Time Iron Maiden
À découvrir également
Par The Rodeo

Arlequine

The Rodeo

Arlequine The Rodeo

La Musica Del Diavolo

The Rodeo

Tale of Woe

The Rodeo

Tale of Woe The Rodeo

Edelweiss

The Rodeo

Edelweiss The Rodeo

Vallée de Siddim

The Rodeo

Vallée de Siddim The Rodeo

Playlists

Dans la même thématique...

Rêvalité

M

Multitude

Stromae

Multitude Stromae

Cœur

Clara Luciani

Cœur Clara Luciani

Brûler le feu

Juliette Armanet

Brûler le feu Juliette Armanet

Nonante-Cinq

Angèle

Nonante-Cinq Angèle
Les Grands Angles...
Melody Nelson vue de l’intérieur

Cinquante ans après sa sortie, le 24 mars 1971, et trente après la mort de son auteur, retour sur la conception et la carrière atypique d’un des plus grands albums de Serge Gainsbourg, “Histoire de Melody Nelson”, récit conceptuel mis en musique avec son complice Jean-Claude Vannier.

Le musée imaginaire de Christophe

Au fil de sa carrière, Christophe, qui a nous a quittés le 16 avril dernier, s’est construit une sorte de petit musée intérieur, étincelant et hors d’âge, dans lequel il errait la nuit. Entre l’amour de la musique et la cinéphilie, Christophe y dévoile ses fétiches, ses obsessions, ses passions, sans jamais perdre de vue son émerveillement enfantin.

Boris Vian, la zizique avant tout

Boris Vian n’a pas seulement donné son nom à des établissements scolaires et des médiathèques. Il fut un artiste et créateur quasi complet, et la musique, qu’il composait, produisait, écrivait et parfois chantait, a rythmé sa vie fulgurante, conclue à l’âge de 39 ans dans une salle de cinéma en 1959. Pour fêter en fanfare les 100 ans de sa naissance, Qobuz vous propose une partition biographique.

Dans l'actualité...