Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Smiths|The Smiths (2011 Remaster)

The Smiths (2011 Remaster)

The Smiths

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Premier album, premier morceau, « Reel around the fountain », le ton est donné : « It’s time to tale the told / Of how you take a child / And you make it old ». Faire accéder les Smiths au stade adulte, les amener à passer des glorieux sprints des premiers singles (« This charming man ») au long format : le défi était de taille.

Au final, il n’a pas été totalement relevé. Deux producteurs se pressèrent au chevet du disque : d’abord Troy Tate, de The Teardrop Explodes, puis John Porter, qui réalisa la version commercialisée. Un ratage : une production plate, grisâtre, qui étouffe le son du groupe, et ne rend pas tout à fait justice aux giclées de la guitare si caractéristique de Johnny Marr. Très critique envers cette production, Morrissey considérera toujours Hatful of hollow, compilation de B-sides et de sessions BBC, comme le véritable premier album des Smiths. Il reniera même le riff d’intro du pourtant réussi « What difference does it make ».

Conséquence logique de cette production médiocre : le disque se révèle le plus beau dans les morceaux lents, ces ballades au romantisme désolé que sont « Reel around the fountain » ou « Pretty girls make graves ». Parmi elles, un morceau-choc, pour boucler le disque comme on referme un cercueil : « Suffer little children ». Ou l’histoire vraie d’un affreux fait divers mancunien, l’enlèvement et l’assassinat de trois enfants par les « Moors Murderers », Ian Brady et Myra Hindley. L’apostrophe qui conclut ce magnifique morceau aurait pu servir de devise aux Smiths, à cette analyse lucide et cynique des sentiments que Morrissey pratiquera, cinq ans durant : « You might sleep / But you will never dream ».    




©Copyright Music Story 2017

Plus d'informations

The Smiths (2011 Remaster)

The Smiths

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Reel Around the Fountain (2011 Remaster)
00:05:59

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Paul Carrack, Organ, Piano - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums - Annalisa Jablonska, Backing Vocals

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

2
You've Got Everything Now (2011 Remaster)
00:03:59

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Paul Carrack, Organ, Piano - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

3
Miserable Lie (2011 Remaster)
00:04:27

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

4
Pretty Girls Make Graves (2011 Remaster)
00:03:43

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

5
The Hand That Rocks the Cradle (2011 Remaster)
00:04:37

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

6
This Charming Man (2011 Remaster)
00:02:42

Johnny Marr, Acoustic Guitar, Electric Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

7
Still Ill (2011 Remaster)
00:03:21

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

8
Hand in Glove (2011 Remaster)
00:03:22

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

9
What Difference Does It Make? (2011 Remaster)
00:03:49

Johnny Marr, Guitar, Writer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

10
I Don't Owe You Anything (2011 Remaster)
00:04:04

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Paul Carrack, Organ, Piano - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

11
Suffer Little Children (2011 Remaster)
00:05:30

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - JOHN PORTER, Producer - Andy Rourke, Bass Guitar - Neil King, Engineer - Phil Bush, Engineer - Mike Joyce, Drums - Annalisa Jablonska, Backing Vocals

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1984 Warner Music UK Ltd.

Descriptif de l'album

Premier album, premier morceau, « Reel around the fountain », le ton est donné : « It’s time to tale the told / Of how you take a child / And you make it old ». Faire accéder les Smiths au stade adulte, les amener à passer des glorieux sprints des premiers singles (« This charming man ») au long format : le défi était de taille.

Au final, il n’a pas été totalement relevé. Deux producteurs se pressèrent au chevet du disque : d’abord Troy Tate, de The Teardrop Explodes, puis John Porter, qui réalisa la version commercialisée. Un ratage : une production plate, grisâtre, qui étouffe le son du groupe, et ne rend pas tout à fait justice aux giclées de la guitare si caractéristique de Johnny Marr. Très critique envers cette production, Morrissey considérera toujours Hatful of hollow, compilation de B-sides et de sessions BBC, comme le véritable premier album des Smiths. Il reniera même le riff d’intro du pourtant réussi « What difference does it make ».

Conséquence logique de cette production médiocre : le disque se révèle le plus beau dans les morceaux lents, ces ballades au romantisme désolé que sont « Reel around the fountain » ou « Pretty girls make graves ». Parmi elles, un morceau-choc, pour boucler le disque comme on referme un cercueil : « Suffer little children ». Ou l’histoire vraie d’un affreux fait divers mancunien, l’enlèvement et l’assassinat de trois enfants par les « Moors Murderers », Ian Brady et Myra Hindley. L’apostrophe qui conclut ce magnifique morceau aurait pu servir de devise aux Smiths, à cette analyse lucide et cynique des sentiments que Morrissey pratiquera, cinq ans durant : « You might sleep / But you will never dream ».    




©Copyright Music Story 2017

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

Wish You Were Here

Pink Floyd

Wish You Were Here Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd
À découvrir également
Par The Smiths

El Matador

The Smiths

El Matador The Smiths

The Queen Is Dead (2017 Remaster)

The Smiths

The Queen Is Dead

The Smiths

The Queen Is Dead The Smiths

Complete (Hi-Res Version)

The Smiths

The Queen Is Dead

The Smiths

The Queen Is Dead The Smiths

Playlists

Dans la même thématique...

And In The Darkness, Hearts Aglow

Weyes Blood

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

Will Of The People

Muse

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Alpha Zulu

Phoenix

Alpha Zulu Phoenix
Les Grands Angles...
The Smiths, une histoire anglaise

Cinq années à peine et quatre albums suffiront aux Smiths pour laisser une trace indélébile dans l’histoire du rock britannique. Le tandem Morrissey / Johnny Marr fut un îlot salvateur au cœur des synthétiques années 80. L’un de ces groupes qui ne pouvait venir QUE de l’autre côté du Channel…

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Jack White au secours du rock

Des White Stripes à son virage en solitaire, Jack White aura sonné le glas d’un rock faisandé. Avec "Seven Nation Army", le génie aux mille projets prophétise : la relève du rock revient en force. En attendant, retour sur le phénomène White.

Dans l'actualité...