Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Baxter Dury - The Night Chancers

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

The Night Chancers

Baxter Dury

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

En 2018, Baxter Dury cosignait B.E.D. avec un baron de la French Touch (Etienne de Crecy) et une riot girrrl inconnue (Delilah Holliday). Une sorte de jouissif quickie électro, triolisme de synthpop minimaliste que le dandy britannique avait décrit comme « un enfant mutant des 80’s qui ne se serait pas complètement développé ». Il revient à ses fondamentaux avec l’impeccable Night Chancers, un vrai cocon de groove très sensuel et poisseux. Feu son illustre père, Ian, braillait admirablement« sex and drugs and rock’n’roll ». Lui déambule à des années-lumière de ces considérations, préférant la mélancolie nonchalante et décalée, comme un Gainsbourg british du troisième millénaire. On a tendance à réduire Baxter Dury à un Des Esseintes sarcastique voire cynique. Certes. Ici, comme un ressuscité d’une love story qui aurait mal tourné, il se remet en selle et affronte ses démons et surtout le monde qui l’entoure dans une ambiance parfois assez cinématographique et dont les textures revendiquent leur diversité. Violons, saxos, beats hip-hop et autres basses maousses épousent ses déclamations jouissives sur les réseaux sociaux (Carla’s Got a Boyfriend), les fashionistas (Sleep People) mais aussi la compassion (Say Nothing)… The Night Chancers vient boucler la trilogie (commencée avec Happy Soup et poursuivie avec Prince of Tears) d’un maître de l’introspection contemporaine qui transforme le bitume des trottoirs des grandes métropoles sur lequel il erre en dancefloor de l’intime. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

The Night Chancers

Baxter Dury

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
I'm Not Your Dog
00:02:58

Madelaine Hart, Composer - Baxter Dury, Composer, MainArtist - Shaun Paterson, Composer - Lee Canham, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

2
Slumlord
00:03:24

Madelaine Hart, Composer - Baxter Dury, Composer, MainArtist - Shaun Paterson, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

3
Saliva Hog
00:03:06

Baxter Dury, Composer, MainArtist - Shaun Paterson, Composer - Delilah Holliday, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

4
Samurai
00:03:22

Baxter Dury, Composer, MainArtist - Ben Gallagher, Composer - Rose Dougall, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

5
Sleep People
00:02:55

Baxter Dury, Composer, MainArtist - Ben Gallagher, Composer - Rose Dougall, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

6
Carla's Got A Boyfriend
00:03:47

Madelaine Hart, Composer - Baxter Dury, Composer, MainArtist - Shaun Paterson, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

7
The Night Chancers
00:03:04

Baxter Dury, Composer, MainArtist - Shaun Paterson, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

8
Hello, I'm Sorry
00:02:21

Madelaine Hart, Composer - Baxter Dury, Composer, MainArtist - Ben Gallagher, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

9
Daylight
00:02:42

Baxter Dury, Composer, MainArtist

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

10
Say Nothing
00:02:45

Madelaine Hart, Composer - Baxter Dury, Composer, MainArtist - Ben Gallagher, Composer

2020 [PIAS] LE LABEL 2020 [PIAS] LE LABEL

Descriptif de l'album

En 2018, Baxter Dury cosignait B.E.D. avec un baron de la French Touch (Etienne de Crecy) et une riot girrrl inconnue (Delilah Holliday). Une sorte de jouissif quickie électro, triolisme de synthpop minimaliste que le dandy britannique avait décrit comme « un enfant mutant des 80’s qui ne se serait pas complètement développé ». Il revient à ses fondamentaux avec l’impeccable Night Chancers, un vrai cocon de groove très sensuel et poisseux. Feu son illustre père, Ian, braillait admirablement« sex and drugs and rock’n’roll ». Lui déambule à des années-lumière de ces considérations, préférant la mélancolie nonchalante et décalée, comme un Gainsbourg british du troisième millénaire. On a tendance à réduire Baxter Dury à un Des Esseintes sarcastique voire cynique. Certes. Ici, comme un ressuscité d’une love story qui aurait mal tourné, il se remet en selle et affronte ses démons et surtout le monde qui l’entoure dans une ambiance parfois assez cinématographique et dont les textures revendiquent leur diversité. Violons, saxos, beats hip-hop et autres basses maousses épousent ses déclamations jouissives sur les réseaux sociaux (Carla’s Got a Boyfriend), les fashionistas (Sleep People) mais aussi la compassion (Say Nothing)… The Night Chancers vient boucler la trilogie (commencée avec Happy Soup et poursuivie avec Prince of Tears) d’un maître de l’introspection contemporaine qui transforme le bitume des trottoirs des grandes métropoles sur lequel il erre en dancefloor de l’intime. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Baxter Dury
Prince Of Tears Baxter Dury
It's a Pleasure Baxter Dury
Happy Soup Baxter Dury
Slumlord Baxter Dury
I'm Not Your Dog Baxter Dury
Dans la même thématique...
La vita nuova Christine and the Queens
Ghosteen Nick Cave & The Bad Seeds
Myopia Agnes Obel
Les Grands Angles...
Le grunge en 10 albums

Il y a trente ans, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin des 90’s. Retour sur 10 albums qui ont marqué le mouvement.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Erased Tapes, un label pas si classique

Dès sa création en 2007, Erased Tapes s’est imposé comme un des labels les plus innovants des quinze dernières années, tout en rencontrant le succès auprès du public. Parfois trop vite réduit à sa vitrine néoclassique (Nils Frahm, Ólafur Arnalds), le label basé à Londres mène des explorations aux confins de l’ambient, l’electronica et l’expérimental à travers un catalogue mené de manière harmonieuse par l’Allemand Robert Raths, que Qobuz vous propose d’explorer.

Dans l'actualité...