Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Groundation - The Next Generation

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

The Next Generation

Groundation

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Quatre ans après, voici le nouveau Groundation. Enfin presque. Du meilleur groupe de reggae californien, il ne reste que son chanteur Harrison Stafford, qui a annoncé au printemps s’être séparé des autres cofondateurs du groupe, le clavier Marcus Urani et le bassiste Ryan Newman. A en juger par leurs réactions sur les réseaux sociaux, les deux derniers l’ont plutôt mal pris, d’autant qu’ils n’ont visiblement pas été prévenus par Stafford, qui a donc renouvelé tout le line-up et recruté huit musiciens, section cuivre et chœurs inclus, issus de la même école que le trio fondateur, la Sonoma Jazz University.

Ce Groundation Next Génération revendique “l’improvisation reggae/jazz”, une promesse plutôt bien tenue sur ce disque de onze titres, même si les fans du groupe s’inquiéteront surtout de savoir s’il reste quelque chose de l’ADN de Groundation, qui a bâti sa gloire sur des mélodies en mineur, de longues sessions instrumentales et bien sûr les intonations nasales si caractéristiques de son chanteur. Si Stafford n’a rien perdu en termes de songwriting et que la production est toujours assurée par Jim Fox, présent depuis le début, les nouveaux musiciens semblent encore un peu trop appliqués (comme sur le premier morceau Vanity, qui penche un peu trop vers le jazz d’hôtel). Mais près de la moitié des titres s’envolent au-delà des 6 minutes, signe que l’envie de jammer est bien présente (le clavier délirant de One But Ten ou le solo de guitare de Prophets & Profit), et nul doute qu’après une bonne tournée internationale, ils lâcheront complètement les chevaux. © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

The Next Generation

Groundation

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Vanity
00:03:47

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

2
One but Ten
00:06:11

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

3
New Life
00:07:33

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

4
Warrior Blues
00:04:12

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

5
Lion in Man
00:04:02

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

6
Prophets & Profit
00:06:13

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

7
Hero (feat. Ponto de Equilíbrio)
00:05:42

Ponto De Equilíbrio, FeaturedArtist - Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

8
Fossil Fuels
00:04:45

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

9
My Shield
00:04:48

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

10
Try Me
00:04:15

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

11
Father & Child
00:06:59

Groundation, Artist, MainArtist - Harrison Stafford, Composer, Author - ESSEMBE PUBLISHING, OriginalPublisher

Baco Records Baco Records

Descriptif de l'album

Quatre ans après, voici le nouveau Groundation. Enfin presque. Du meilleur groupe de reggae californien, il ne reste que son chanteur Harrison Stafford, qui a annoncé au printemps s’être séparé des autres cofondateurs du groupe, le clavier Marcus Urani et le bassiste Ryan Newman. A en juger par leurs réactions sur les réseaux sociaux, les deux derniers l’ont plutôt mal pris, d’autant qu’ils n’ont visiblement pas été prévenus par Stafford, qui a donc renouvelé tout le line-up et recruté huit musiciens, section cuivre et chœurs inclus, issus de la même école que le trio fondateur, la Sonoma Jazz University.

Ce Groundation Next Génération revendique “l’improvisation reggae/jazz”, une promesse plutôt bien tenue sur ce disque de onze titres, même si les fans du groupe s’inquiéteront surtout de savoir s’il reste quelque chose de l’ADN de Groundation, qui a bâti sa gloire sur des mélodies en mineur, de longues sessions instrumentales et bien sûr les intonations nasales si caractéristiques de son chanteur. Si Stafford n’a rien perdu en termes de songwriting et que la production est toujours assurée par Jim Fox, présent depuis le début, les nouveaux musiciens semblent encore un peu trop appliqués (comme sur le premier morceau Vanity, qui penche un peu trop vers le jazz d’hôtel). Mais près de la moitié des titres s’envolent au-delà des 6 minutes, signe que l’envie de jammer est bien présente (le clavier délirant de One But Ten ou le solo de guitare de Prophets & Profit), et nul doute qu’après une bonne tournée internationale, ils lâcheront complètement les chevaux. © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Groundation
Hebron Gate Groundation
A Miracle Groundation
We Free Again Groundation
One but Ten (Live) Groundation

Playlists

Dans la même thématique...
Got To Be Tough Toots and The Maytals
Exodus Bob Marley & The Wailers
Uprising Bob Marley & The Wailers
Les Grands Angles...
David Rodigan, la voix du reggae

Depuis quarante ans, David Rodigan est la voix du reggae sur la FM britannique. Depuis ses débuts sur BBC Radio London en 1978, ce passionné a largement dépassé sa fonction d’animateur radio, allant mixer dans les clubs et les festivals et devenant champion du monde de soundclash, une tradition jamaïcaine qui voit s’affronter des DJ’s (les “selectors”) disque contre disque, à l’aide de versions spéciales de hits reggae appelées “dubplates” – l’artiste changeant les paroles pour vanter le nom du selector. Alors qu’il a sorti début 2018 son livre My Life in Reggae, David Rodigan évoque pour Qobuz ces chansons secrètes, ses voyages en Jamaïque, son jeu de scène frénétique ou encore sa rencontre “mystique” avec Bob Marley.

La trilogie inachevée de Bob Marley

Il y a 40 ans exactement, Bob Marley sortait son dernier album, “Uprising”, point d’orgue d’une trilogie politique (avec “Survival” et “Confrontation”) qu’il n’a jamais pu achever, fauché par le cancer en 1981. Retour sur le virage militant entrepris par le prophète jamaïcain lors des trois dernières années de sa vie.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Dans l'actualité...