Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

James Taylor - Sweet Baby James

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Sweet Baby James

James Taylor

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

C'est, objectivement, ici que tout a commencé pour James Taylor, mais cet album marque également les prémisses de la carrière de toute une génération de chanteurs.

Peut-être, après tout, était-il nécessaire que James Taylor retrouve son pays (après des débuts londoniens mitigés sur Apple, label des Beatles), pour que son talent synthétique parvienne à s'épanouir. Et il est vrai qu'en premier lieu, Sweet Baby James réalise une assez galante rencontre entre les différentes racines musicales du jeune chanteur, du folk au rock, en passant par la pop et le jazz. Et sans oublier le gospel, ou, naturellement, le blues.

De ce strict point de vue, on peut considérer qu'on a mis toutes les chances du côté de ce talent en herbe, l'encadrant de quelques artisans particulièrement performants, tels l'ami (presque) d'enfance le guitariste Danny Kortchmar, le batteur Russ Kunkel, ou le bassiste Randy Meisner. Tous ces musiciens offrent un brillant écrin à la voix chaude et profonde de Taylor, qui se niche dans les harmonies avec volupté.

Mais il serait erroné de ravaler ce deuxième album (et en fait vrai début de la carrière personnelle de l'Américain) à une rutilante collection de chansons aimables. Sweet Baby James évoque le paradis (perdu, ou pas), et la beauté simple de la Terre, certes, mais nous parle également de schizophrénie (« Country Road »), de l'internement psychiatrique, et des suicides qui vont avec (« Fire And Rain »).

Simplement, ici, James Taylor ne se révolte pas, ne condamne même plus : il se contente de tendre la main, avec douceur et compréhension, à l'auditeur. Ils seront des millions à saisir cette chance. Sweet Baby James se vendra en effet par containers entiers, accèdera à la troisième place des charts américains, et les singles « Country Road » (trente-septième position) et « Fire And Rain » (troisième) en prolongeront le parcours.
© ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

Plus d'informations

Sweet Baby James

James Taylor

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Sweet Baby James LP Version
00:02:51

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Danny Kootch, Guitar - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - Chris Darrow, Violin - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

2
Lo and Behold LP Version
00:02:37

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Danny Kootch, Guitar - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

3
Sunny Skies LP Version
00:02:21

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Danny Kootch, Guitar - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

4
Steamroller LP Version
00:02:59

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Danny Kootch, Guitar - Jack Bielan, Brass Arranger - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - Chris Darrow, Violin - JOHN LONDON, Bass Guitar - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

5
Country Road LP Version
00:03:25

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Danny Kootch, Guitar - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

6
Oh, Susannah LP Version
00:02:00

Peter Asher, Producer - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, MainArtist - Stephen Foster, Writer - Danny Kootch, Guitar - RED RHODES, Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

7
Fire and Rain LP Version
00:03:20

Peter Asher, Producer - Danny Kortchmar, Guitar - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - Chris Darrow, Violin - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

8
Blossom LP Version
00:02:14

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

9
Anywhere like Heaven LP Version
00:03:28

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Danny Kortchmar, Guitar - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - Chris Darrow, Fiddle - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

10
Oh Baby, Don't You Loose Your Lip on Me
00:01:50

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Danny Kortchmar, Guitar - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

11
Suite for 20 G LP Version
00:04:46

Randy Meisner, Bass Guitar - Peter Asher, Producer - Danny Kortchmar, Guitar - Carole King, Piano - Russ Kunkel, Drums - JAMES TAYLOR, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Jack Bielan, Brass Arranger - RED RHODES, Guitar - Bobby West, Bass Guitar - Chris Darrow, Violin - JOHN LONDON, Bass Guitar - Darrell Johnson, Masterer - Bill Lazerus, Engineer

1970 Warner Records Inc. 1970 Warner Records Inc.

Descriptif de l'album

C'est, objectivement, ici que tout a commencé pour James Taylor, mais cet album marque également les prémisses de la carrière de toute une génération de chanteurs.

Peut-être, après tout, était-il nécessaire que James Taylor retrouve son pays (après des débuts londoniens mitigés sur Apple, label des Beatles), pour que son talent synthétique parvienne à s'épanouir. Et il est vrai qu'en premier lieu, Sweet Baby James réalise une assez galante rencontre entre les différentes racines musicales du jeune chanteur, du folk au rock, en passant par la pop et le jazz. Et sans oublier le gospel, ou, naturellement, le blues.

De ce strict point de vue, on peut considérer qu'on a mis toutes les chances du côté de ce talent en herbe, l'encadrant de quelques artisans particulièrement performants, tels l'ami (presque) d'enfance le guitariste Danny Kortchmar, le batteur Russ Kunkel, ou le bassiste Randy Meisner. Tous ces musiciens offrent un brillant écrin à la voix chaude et profonde de Taylor, qui se niche dans les harmonies avec volupté.

Mais il serait erroné de ravaler ce deuxième album (et en fait vrai début de la carrière personnelle de l'Américain) à une rutilante collection de chansons aimables. Sweet Baby James évoque le paradis (perdu, ou pas), et la beauté simple de la Terre, certes, mais nous parle également de schizophrénie (« Country Road »), de l'internement psychiatrique, et des suicides qui vont avec (« Fire And Rain »).

Simplement, ici, James Taylor ne se révolte pas, ne condamne même plus : il se contente de tendre la main, avec douceur et compréhension, à l'auditeur. Ils seront des millions à saisir cette chance. Sweet Baby James se vendra en effet par containers entiers, accèdera à la troisième place des charts américains, et les singles « Country Road » (trente-septième position) et « Fire And Rain » (troisième) en prolongeront le parcours.
© ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par James Taylor
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Johnny Cash derrière les barreaux

Grâce à deux albums live entrés dans la légende, Johnny Cash a relancé sa carrière à la fin des 60’s, devenant une véritable superstar. Deux disques pas comme les autres car enregistrés en prison. Mais comment l’Homme en noir s’est-il retrouvé dans une salle de concert aussi inhabituelle ?

Diabolus in musica – 50 ans de Black Sabbath

A l’automne 1969, quatre jeunes de Birmingham s’entassent dans un studio de Londres pour ce qui ressemble à leur dernière chance de faire carrière dans la musique. Ils ont 24 heures pour enregistrer et faire basculer leur destin. Ils en ressortiront avec “Black Sabbath”, premier album du combo du même nom mené par Ozzy Osbourne et le guitariste Tony Iommi, qui convertira toute une génération au heavy metal. Retour sur une révolution sonique.

L’âge d’or du death metal américain

Sous-genre sulfureux du metal, souvent rejeté, parodié ou mal interprété, le death metal a néanmoins su conquérir le public au fil des décennies. Apparue dans les années 80, cette musique continue d’évoluer, depuis la recherche de l’ultraviolence des débuts au plus récent métissage avec d’autres genres plus mainstream. Petit retour sur ses origines, avant un second volet qui s’intéressera à la scène suédoise.

Dans l'actualité...