Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Various Interprets|Stravinski: 3 Symphonies, Ode, Le baiser de la fée

Stravinski: 3 Symphonies, Ode, Le baiser de la fée

Royal Scottish National Orchestra, Sir Alexander Gibson, Neeme Järvi

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Il est toujours surprenant de se retrouver confronté aux œuvres de « jeunesse » d'Igor Stravinski (1882-1971), alors que notre appréciation du compositeur se mesure immanquablement à l'aune de son ballet Le sacre du printemps (1913), coup de génie d'un jeune homme en début de trentaine, dont la création musicale des XXe et XXIe siècle ne s'est toujours pas remise. Six années auparavant, en 1907, le Russe achevait sa première œuvre d'importance, sa Symphonie en mi bémol majeur, dédiée à son maître Nikolai Rimski-Korsakov. Œuvre un peu longuette, qui sonne tel un exercice d’étude sur le plan de la forme, avec un Scherzo vraiment russe et sans conteste influencé par les symphonies trop peu connues de son maître et celles de Borodine, ce premier opus de Stravinski se distingue par des idées assez originales dans l’orchestration, l’écriture aux cuivres dévoile par moments une envie d’ailleurs, qui se concrétisera plus précisément dans le Scherzo fantastique (Op. 3). Quand Stravinski compose ses deux autres symphonies, il est aux États-Unis, n’a plus rien à prouver, génie entier assurément. Naissent presque coup sur coup la Symphonie en ut en 1939-1940 (peu de temps après le décès de sa fille, sa femme et enfin sa mère), puis la Symphonie en trois mouvements, entre 1941 et 1945. On a tendance à négliger un peu la première des deux, au profit de la plus radicale Symphonie en trois mouvements qui a nettement rassuré les mélomanes qui voulaient entendre à nouveau le Stravinski tel qu’il était, révolutionnaire et enfant terrible, dans les années 1910. La Symphonie en ut, non avare en motifs mélodiques (Larghetto concertante), est une œuvre réellement néo-classique en dépit de ses nombreux épisodes ouvertement annonciateurs des répétitifs et minimalistes ; sa jumelle, davantage fondée sur des motifs très séquentiels et plus éclatés encore, retrouve dans sa rythmique un caractère implacable qui se souvient nettement des ballets parisiens.

Tous les Stravinski de Sir Alexander Gibson (1926-1995) – pour le label Chandos – figurent au sommet de la discographie. La présente référence reprend intégralement le double LP paru en 1982 avec les trois Symphonies et l’Ode de 1943. Avec un génie certain, Sir Alexander Gibson unifie les trois symphonies : son geste ardent, son sens de la rythmique (toujours implacable et jamais sèche ni froide), son orchestre littéralement en feu, où les timbres éclatent comme des lames de rasoir, demeurent sans équivalent dans la discographie. Soudain, ces partitions s’animent, et deviennent des ballets imaginaires – la Symphonie en trois mouvements demeure ici absolument envoûtante. La tendresse (Eulogy) et la vigueur toujours empreinte de lyrisme (Eclogue) que déploie Gibson dans l’Ode, comme dans l’Andante de la Symphonie en trois mouvements en réalité, ne sont pas moins précieuses. Notons que Gibson a également gravé pour Chandos la suite de Pulcinella et les Danses concertantes de Stravinski : y règnent une intensité et une évidence similaires (English Chamber Orchestra, 13-14 juillet 1982).

Dans le cadre de cette réédition, Chandos a décidé de compléter ce LP magique de Gibson par de très belles versions de la Symphonie d’instruments à vent selon Rattle (1977, avec le Nash Ensemble, enregistrement paru plus tard, en 1982, dans le cadre d’un LP Chandos intitulé Stravinsky : A Tapestry of Songs and Chamber Music), et du Baiser de la fée par Neeme Järvi, toujours avec l’Orchestre Royal d’Écosse (1984). © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Plus d'informations

Stravinski: 3 Symphonies, Ode, Le baiser de la fée

Various Interprets

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

Symphony in E-Flat Major, Op. 1 (Igor Stravinsky)

1
I. Allegro moderato
The Royal Scottish National Orchestra
00:10:20

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

2
II. Scherzo. Allegretto
The Royal Scottish National Orchestra
00:05:47

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

3
III. Largo
The Royal Scottish National Orchestra
00:09:51

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

4
IV. Finale. Allegro molto
The Royal Scottish National Orchestra
00:07:34

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Symphony in C major (Igor Stravinsky)

5
I. Moderato alla breve
The Royal Scottish National Orchestra
00:10:08

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

6
II. Larghetto concertante -
The Royal Scottish National Orchestra
00:06:23

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

7
III. Allegretto
The Royal Scottish National Orchestra
00:05:05

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

8
IV. Adagio - Tempo giusto, alla breve
The Royal Scottish National Orchestra
00:07:36

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Ode (Igor Stravinsky)

9
I. Eulogy
The Royal Scottish National Orchestra
00:03:34

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

10
II. Eclogue
The Royal Scottish National Orchestra
00:03:17

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

11
III. Epitaph
The Royal Scottish National Orchestra
00:03:08

Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

DISQUE 2

Symphony in 3 Movements (Igor Stravinsky)

1
I. -
The Royal Scottish National Orchestra
00:09:53

Raymond O'Connell, piano - Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

2
II. Interlude. Andante
The Royal Scottish National Orchestra
00:06:11

Raymond O'Connell, piano - Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

3
III. L'istesso tempo
The Royal Scottish National Orchestra
00:06:12

Raymond O'Connell, piano - Royal Scottish National Orchestra - Alexander Gibson, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Symphonies of Wind Instruments (Igor Stravinsky)

4
Symphonies d'instruments a vent (Symphonies of Wind Instruments) [Original 1920 Version]
Nash Ensemble
00:09:04

The Nash Ensemble - Sir Simon Rattle, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Le baiser de la fée (the Fairy's Kiss), Scene 1 (Igor Stravinsky)

5
Scene 1. Prologue: A Storm -
The Royal Scottish National Orchestra
00:08:12

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Le baiser de la fée (the Fairy's Kiss), Scene 2 (Igor Stravinsky)

6
Scene 2. A Village Fete -
The Royal Scottish National Orchestra
00:11:20

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Le baiser de la fée (the Fairy's Kiss), Scene 3 (Igor Stravinsky)

7
Scene 3. By the Mill -
The Royal Scottish National Orchestra
00:06:36

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

8
Scene 3. Pas de deux: I. Entree —
The Royal Scottish National Orchestra
00:02:02

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

9
Scene 3. Pas de deux: II. Adagio -
The Royal Scottish National Orchestra
00:03:58

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

10
Scene 3. Pas de deux: III. Variation -
The Royal Scottish National Orchestra
00:01:19

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

11
Scene 3. Pas de deux: IV. Coda
The Royal Scottish National Orchestra
00:02:18

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

12
Scene 3. Pas de deux: Scene —
The Royal Scottish National Orchestra
00:05:12

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Le baiser de la fée (the Fairy's Kiss), Scene 4 (Igor Stravinsky)

13
Scene 4. Epilogue. Land of Eternal Dwelling
The Royal Scottish National Orchestra
00:04:23

Royal Scottish National Orchestra - Neeme Järvi, direction

(C) 1985 Chandos (P) 1985 Chandos

Descriptif de l'album

Il est toujours surprenant de se retrouver confronté aux œuvres de « jeunesse » d'Igor Stravinski (1882-1971), alors que notre appréciation du compositeur se mesure immanquablement à l'aune de son ballet Le sacre du printemps (1913), coup de génie d'un jeune homme en début de trentaine, dont la création musicale des XXe et XXIe siècle ne s'est toujours pas remise. Six années auparavant, en 1907, le Russe achevait sa première œuvre d'importance, sa Symphonie en mi bémol majeur, dédiée à son maître Nikolai Rimski-Korsakov. Œuvre un peu longuette, qui sonne tel un exercice d’étude sur le plan de la forme, avec un Scherzo vraiment russe et sans conteste influencé par les symphonies trop peu connues de son maître et celles de Borodine, ce premier opus de Stravinski se distingue par des idées assez originales dans l’orchestration, l’écriture aux cuivres dévoile par moments une envie d’ailleurs, qui se concrétisera plus précisément dans le Scherzo fantastique (Op. 3). Quand Stravinski compose ses deux autres symphonies, il est aux États-Unis, n’a plus rien à prouver, génie entier assurément. Naissent presque coup sur coup la Symphonie en ut en 1939-1940 (peu de temps après le décès de sa fille, sa femme et enfin sa mère), puis la Symphonie en trois mouvements, entre 1941 et 1945. On a tendance à négliger un peu la première des deux, au profit de la plus radicale Symphonie en trois mouvements qui a nettement rassuré les mélomanes qui voulaient entendre à nouveau le Stravinski tel qu’il était, révolutionnaire et enfant terrible, dans les années 1910. La Symphonie en ut, non avare en motifs mélodiques (Larghetto concertante), est une œuvre réellement néo-classique en dépit de ses nombreux épisodes ouvertement annonciateurs des répétitifs et minimalistes ; sa jumelle, davantage fondée sur des motifs très séquentiels et plus éclatés encore, retrouve dans sa rythmique un caractère implacable qui se souvient nettement des ballets parisiens.

Tous les Stravinski de Sir Alexander Gibson (1926-1995) – pour le label Chandos – figurent au sommet de la discographie. La présente référence reprend intégralement le double LP paru en 1982 avec les trois Symphonies et l’Ode de 1943. Avec un génie certain, Sir Alexander Gibson unifie les trois symphonies : son geste ardent, son sens de la rythmique (toujours implacable et jamais sèche ni froide), son orchestre littéralement en feu, où les timbres éclatent comme des lames de rasoir, demeurent sans équivalent dans la discographie. Soudain, ces partitions s’animent, et deviennent des ballets imaginaires – la Symphonie en trois mouvements demeure ici absolument envoûtante. La tendresse (Eulogy) et la vigueur toujours empreinte de lyrisme (Eclogue) que déploie Gibson dans l’Ode, comme dans l’Andante de la Symphonie en trois mouvements en réalité, ne sont pas moins précieuses. Notons que Gibson a également gravé pour Chandos la suite de Pulcinella et les Danses concertantes de Stravinski : y règnent une intensité et une évidence similaires (English Chamber Orchestra, 13-14 juillet 1982).

Dans le cadre de cette réédition, Chandos a décidé de compléter ce LP magique de Gibson par de très belles versions de la Symphonie d’instruments à vent selon Rattle (1977, avec le Nash Ensemble, enregistrement paru plus tard, en 1982, dans le cadre d’un LP Chandos intitulé Stravinsky : A Tapestry of Songs and Chamber Music), et du Baiser de la fée par Neeme Järvi, toujours avec l’Orchestre Royal d’Écosse (1984). © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Beethoven : 9 Symphonies (1963)

Herbert von Karajan

Beethoven : 9 Symphonies (1963) Herbert von Karajan

Florence Price: Symphonies Nos. 1 & 3

Yannick Nézet-Séguin

Florence Price: Symphonies Nos. 1 & 3 Yannick Nézet-Séguin

John Williams in Vienna

John Williams

John Williams in Vienna John Williams

Delta Kream

The Black Keys

Delta Kream The Black Keys
À découvrir également
Par Various Interprets

Welcome to the Black Forest (The Sounds of MPS)

Various Interprets

100 Tubes années 80 spécial variétés françaises

Various Interprets

Broken Hearts & Dirty Windows: Songs of John Prine

Various Interprets

Magic Moments 4-Jazz Is Cool

Various Interprets

Magic Moments 4-Jazz Is Cool Various Interprets

Rough Guide to the Best Japanese Music You've Never Heard

Various Interprets

Playlists

Dans la même thématique...

Sibelius: Complete Symphonies

Klaus Mäkelä

BD Music Presents Erik Satie

Various Artists

Exiles

Max Richter

Exiles Max Richter

Old Friends New Friends

Nils Frahm

Nightscapes

Magdalena Hoffmann

Nightscapes Magdalena Hoffmann
Les Grands Angles...
Le Chant de la Terre : Gustav Mahler et l’Ailleurs

Qu’est-ce qui a pu pousser Gustav Mahler, en 1907-1908, à composer une œuvre aussi inclassable que celle-ci ? Écrit à un moment charnière dans la vie de Mahler, Le Chant de la Terre occupe une place à part dans son œuvre et marie l’esprit « fin de siècle » à la fascination pour l’exotisme qui grandissait à l’époque chez ses contemporains. À Vienne, l’heure était alors aux turbulences, et cette pièce qui oscille entre adieu et nouveau départ mérite un examen plus attentif.

Blandine Verlet, les années Philips

En vue du 80e anniversaire de la naissance de Blandine Verlet (disparue en décembre 2018), Universal Music France a réédité l’intégralité des enregistrements que la claveciniste réalisa pour la maison Philips entre 1970 et 1982. Une somme longtemps disparue, rééditée en partie en haute définition, à redécouvrir de toute urgence, notamment pour les prises de son Philips de l’époque, souvent miraculeuses. Universal a autorisé Qobuz à reproduire la longue et détaillée notice de présentation du livret, écrite par notre spécialiste classique.

Marian Anderson, cantatrice de combats

La magnifique carrière de la cantatrice contralto afro-américaine Marian Anderson se confond avec sa lutte incessante contre le racisme. Elle a 94 ans lorsqu’elle reçoit enfin, en 1991, le Grammy Lifetime Achievement Award en reconnaissance de toute une vie de musique. Mais combien le chemin menant à cette tardive reconnaissance fut long et semé d’épines…

Dans l'actualité...