Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Alexander Baillie - Stanford: Piano Concerto No. 3 in E-Flat Major, Op. 171 & Cello Concerto in D Minor

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Stanford: Piano Concerto No. 3 in E-Flat Major, Op. 171 & Cello Concerto in D Minor

Nicholas Braithwaite, Royal Philharmonic Orchestra, Malcolm Binns, Alexander Baillie

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Stanford: Piano Concerto No. 3 in E-Flat Major, Op. 171 & Cello Concerto in D Minor

Alexander Baillie

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Cello Concerto in D minor (Sir Charles Villiers Stanford)

1
I. Allegro molto moderato - Cadenza 00:15:31

Alexander Baillie, Artist, MainArtist - Royal Philharmonic Orchestra, Orchestra - Charles Villiers Stanford, Composer - Nicholas Braithwaite, Conductor

(C) 2018 Lyrita (P) 2018 Lyrita

2
II. Molto adagio 00:05:45

Alexander Baillie, Artist, MainArtist - Royal Philharmonic Orchestra, Orchestra - Charles Villiers Stanford, Composer - Nicholas Braithwaite, Conductor

(C) 2018 Lyrita (P) 2018 Lyrita

3
III. Allegretto non troppo 00:06:20

Alexander Baillie, Artist, MainArtist - Royal Philharmonic Orchestra, Orchestra - Charles Villiers Stanford, Composer - Nicholas Braithwaite, Conductor

(C) 2018 Lyrita (P) 2018 Lyrita

Piano Concerto No. 3 in E-Flat Major, Op. 171 (Arr. G. Bush) (Geoffrey Bush)

4
I. Allegro moderato 00:18:37

Royal Philharmonic Orchestra, Orchestra - Charles Villiers Stanford, Composer - Nicholas Braithwaite, Conductor - Geoffrey Bush, Composer - Malcolm Binns, Artist, MainArtist

(C) 2018 Lyrita (P) 2018 Lyrita

5
II. Larghetto - Scherzando - Adagio - Cadenza 00:09:25

Royal Philharmonic Orchestra, Orchestra - Charles Villiers Stanford, Composer - Nicholas Braithwaite, Conductor - Geoffrey Bush, Composer - Malcolm Binns, Artist, MainArtist

(C) 2018 Lyrita (P) 2018 Lyrita

6
III. Allegro 00:09:41

Royal Philharmonic Orchestra, Orchestra - Charles Villiers Stanford, Composer - Nicholas Braithwaite, Conductor - Geoffrey Bush, Composer - Malcolm Binns, Artist, MainArtist

(C) 2018 Lyrita (P) 2018 Lyrita

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Alexander Baillie

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
La grande aventure du Fidelio de Beethoven

Basé sur un fait divers survenu en France pendant la Terreur révolutionnaire (l’histoire d’une jeune femme intrépide se déguisant en homme pour tenter de sauver son mari emprisonné au fond d’un cachot), l’unique opéra de Beethoven a connu une destinée mouvementée, remanié de part et d’autre au fil des années. Nouvelle preuve du génie musical du compositeur allemand, “Fidelio” lui a aussi permis de mettre en musique un livret répondant à ses opinions politiques.

Danny Elfman en dix albums

Entre féerie et humour déjanté, grandiose et douceur bienveillante, Danny Elfman a bâti en près de quarante ans un style très personnel et bigarré, qu’il distille dans des productions hollywoodiennes éclectiques, signées notamment Tim Burton ou Gus Van Sant. À l’occasion d’un week-end qui lui est consacré à la Philharmonie de Paris, retour sur dix albums essentiels de sa discographie.

British blues boom, chronique d’une révolution

Si Joe Bonamassa revient avec “British Blues Explosion”, un an après le “Blue & Lonesome” des Rolling Stones, c’est que le « British blues boom » a été plus qu’un simple courant. L’intérêt des Anglais pour les icônes américaines du genre a engendré une véritable révolution, avec en tête la sainte Trinité de la guitare, formée par Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. À l’aube des années 1960, une fabuleuse déferlante atteint les côtes de la Grande-Bretagne. Et ouvre la voie à de nouvelles dimensions musicales.

Dans l'actualité...