Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Keith Jarrett - Standards, Vol. 2

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Standards, Vol. 2

Keith Jarrett

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Depuis l’année 1983, ces trois-là conversent avec une complicité inouïe voire rarement égalée dans l’histoire du jazz sur une aussi longue durée. Leur terrain de jeu ? Les standards. Pépites éternelles que Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette montent, démontent, remontent et magnifient un peu plus à chaque concert, à chaque album. Lorsque parait le sobrement intitulé Standards, Vol.1 en 1983, les trois hommes n’en sont pas à leur première causette discographique. En 1977 déjà, Peacock avait ouvert les hostilités pour son album Tales Of Another. Cette fois, Manfred Eicher alias Monsieur ECM propose à Jarrett de signer un disque en trio. Le pianiste d’Allentown contacte Peacock et DeJohnette avec cette feuille de route – atypique à l’aube des années 80 – de relectures de standards. Keith Jarrett ne comprenait alors pas la raison de l’abandon de toutes ces mythiques compositions par les jazzmen d’alors. L’enregistrement se fera en janvier 1983, à Manhattan, sur deux jours et demi durant lesquels les trois hommes mettront en boite assez de matière pour trois albums : Standards, Vol.1 mais aussi ce Standards, Vol.2 et Changes qui paraitront les mois suivants, ce dernier n’étant en fait que des improvisations et non des relectures de standards… Pour ce Tome 2 comme pour le 1, ce terme de complicité semble bien chétif à entendre le haut niveau des échanges entre les trois musiciens. A l’orée d’une improvisation, au hasard d’un solo, tout est d’une pureté renversante et d’une fraicheur folle. © MD/Qobuz

Plus d'informations

Standards, Vol. 2

Keith Jarrett

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
So Tender 00:07:24

JACK DEJOHNETTE, Drums, AssociatedPerformer - Keith Jarrett, Composer, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Jan Erik Kongshaug, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Peacock, Double Bass, MainArtist, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Jack De Johnette, MainArtist

℗ 1985 ECM Records GmbH, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

2
Moon And Sand 00:08:59

Mortimer S. Palitz, ComposerLyricist - ALEC WILDER, ComposerLyricist - William Engvick, ComposerLyricist - JACK DEJOHNETTE, Drums, AssociatedPerformer - Keith Jarrett, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Jan Erik Kongshaug, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Peacock, Double Bass, MainArtist, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Jack De Johnette, MainArtist

℗ 1985 ECM Records GmbH, under exclusive license to Universal Music Classics & Jazz - a division of Universal Music GmbH

3
In Love In Vain 00:07:09

Jerome Kern, Composer - Leo Robin, Author - JACK DEJOHNETTE, Drums, AssociatedPerformer - Keith Jarrett, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Jan Erik Kongshaug, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Peacock, Double Bass, MainArtist, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Jack De Johnette, MainArtist

℗ 1985 ECM Records GmbH, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

4
Never Let Me Go 00:07:56

Jerry Livingston, ComposerLyricist - JACK DEJOHNETTE, Drums, AssociatedPerformer - Keith Jarrett, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Jan Erik Kongshaug, Recording Engineer, StudioPersonnel - RAYMOND B. EVANS, ComposerLyricist - Gary Peacock, Double Bass, MainArtist, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Jack De Johnette, MainArtist

℗ 1985 ECM Records GmbH, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

5
If I Should Lose You 00:08:32

Leo Robin, ComposerLyricist - Ralph Rainger, ComposerLyricist - JACK DEJOHNETTE, Drums, AssociatedPerformer - Keith Jarrett, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Jan Erik Kongshaug, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Peacock, Double Bass, MainArtist, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Jack De Johnette, MainArtist

℗ 1985 ECM Records GmbH, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

6
I Fall In Love Too Easily 00:05:14

Jule Styne, Composer - Sammy Cahn, Author - JACK DEJOHNETTE, Drums, AssociatedPerformer - Keith Jarrett, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Jan Erik Kongshaug, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Peacock, Double Bass, MainArtist, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Jack De Johnette, MainArtist

℗ 1985 ECM Records GmbH, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

Descriptif de l'album

Depuis l’année 1983, ces trois-là conversent avec une complicité inouïe voire rarement égalée dans l’histoire du jazz sur une aussi longue durée. Leur terrain de jeu ? Les standards. Pépites éternelles que Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette montent, démontent, remontent et magnifient un peu plus à chaque concert, à chaque album. Lorsque parait le sobrement intitulé Standards, Vol.1 en 1983, les trois hommes n’en sont pas à leur première causette discographique. En 1977 déjà, Peacock avait ouvert les hostilités pour son album Tales Of Another. Cette fois, Manfred Eicher alias Monsieur ECM propose à Jarrett de signer un disque en trio. Le pianiste d’Allentown contacte Peacock et DeJohnette avec cette feuille de route – atypique à l’aube des années 80 – de relectures de standards. Keith Jarrett ne comprenait alors pas la raison de l’abandon de toutes ces mythiques compositions par les jazzmen d’alors. L’enregistrement se fera en janvier 1983, à Manhattan, sur deux jours et demi durant lesquels les trois hommes mettront en boite assez de matière pour trois albums : Standards, Vol.1 mais aussi ce Standards, Vol.2 et Changes qui paraitront les mois suivants, ce dernier n’étant en fait que des improvisations et non des relectures de standards… Pour ce Tome 2 comme pour le 1, ce terme de complicité semble bien chétif à entendre le haut niveau des échanges entre les trois musiciens. A l’orée d’une improvisation, au hasard d’un solo, tout est d’une pureté renversante et d’une fraicheur folle. © MD/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Playing the Room Avishai Cohen (tp)
À découvrir également
Par Keith Jarrett

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Lee Morgan, souffle court

Des hauts (sur ses disques) et des bas (dans sa vie). Lee Morgan fut le grand trompettiste du label Blue Note. Une carrière fulgurante parmi les géants du jazz, stoppée net par le pistolet de son ex-femme…

Le quartet américain de Keith Jarrett

Au début de sa dense carrière, Keith Jarrett passa sept années à expérimenter comme jamais à la tête de son quartet américain. Avec Charlie Haden, Paul Motian et Dewey Redman, le pianiste dirigera, entre 1971 et 1976, une sorte de laboratoire fou dans lequel se caramboleront hard bop, free-jazz, world et avant-garde. Une parenthèse spontanée à redécouvrir.

Dans l'actualité...