Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Daymé Arocena - Sonocardiogram

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Sonocardiogram

Daymé Arocena

Musique illimitée

Écoute disponible dans 15 jours

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Dès la première écoute du chant de Dayme Arocena, on est submergé par la puissance de sa voix, qui résonne comme une synthèse impérieuse d’une prière possédée par les orishas de la santeria cubaine, du témoignage fervent d’un chœur de gospel et de la souplesse acrobatique d’une vocaliste de jazz ou de soul accomplie. Sur Sonocardiogram, ces trois éléments sont manifestes. Le premier titre Nangareo évoque une cérémonie d’offrande à Olorun, le dieu suprême de la mythologie yoruba,  les trois suivants sont des noms d’orishas : Oyá est celui de la mort et de la renaissance, Oshún celui de l’eau des rivières et de la beauté et Yemayá invoque la divinité des femmes. Dayme Arocena est une cheffe de chœur reconnue et si son chant semble contenir toutes les voix d’une chorale, elle a aussi convoqué d’autres voix habitées par la foi à l’accompagner. Les orchestrations signées par le pianiste Jorge Luis Lagarza Pérez sont exemplaires du jazz à la cubaine contemporain. A mi-parcours de Sonocardiogram, les tambours sacrés bata achèvent la cérémonie dans Interludio. En comparaison la seconde partie sonne plus profane. Si les tambours s’élèvent ici et là, les ballades dominent, le chant évoque la soul américaine et les arrangements sont plus funky. Accompagnée par le DJ anglais féru de culture cubaine Gilles Peterson, dont le label Brownswood publie ce disque, Dayme Arocena signe un album plus proche de ses racines et de ses croyances, qui offre son souffle imparable au service d’une musique qui parle autant au corps, à l’esprit qu’à l’âme. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz

Plus d'info

Sonocardiogram

Daymé Arocena

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Téléchargez cet album pour l'écouter en illimité

1
Nangareo 00:01:09
2
Oyá 00:02:13
3
Oshún 00:04:09
4
Yemayá 00:03:13
5
Interludio 00:00:37
6
Porque Tú No Estás 00:04:09
7
Para el Amor: Cantar! 00:04:51
8
As Feridas 00:03:50
9
Menuet para un Corazón 00:04:41
10
Not for Me 00:03:18
11
Plegaria a la Lupe 00:05:05
12
Homenaje 00:03:34

Descriptif de l'album

Dès la première écoute du chant de Dayme Arocena, on est submergé par la puissance de sa voix, qui résonne comme une synthèse impérieuse d’une prière possédée par les orishas de la santeria cubaine, du témoignage fervent d’un chœur de gospel et de la souplesse acrobatique d’une vocaliste de jazz ou de soul accomplie. Sur Sonocardiogram, ces trois éléments sont manifestes. Le premier titre Nangareo évoque une cérémonie d’offrande à Olorun, le dieu suprême de la mythologie yoruba,  les trois suivants sont des noms d’orishas : Oyá est celui de la mort et de la renaissance, Oshún celui de l’eau des rivières et de la beauté et Yemayá invoque la divinité des femmes. Dayme Arocena est une cheffe de chœur reconnue et si son chant semble contenir toutes les voix d’une chorale, elle a aussi convoqué d’autres voix habitées par la foi à l’accompagner. Les orchestrations signées par le pianiste Jorge Luis Lagarza Pérez sont exemplaires du jazz à la cubaine contemporain. A mi-parcours de Sonocardiogram, les tambours sacrés bata achèvent la cérémonie dans Interludio. En comparaison la seconde partie sonne plus profane. Si les tambours s’élèvent ici et là, les ballades dominent, le chant évoque la soul américaine et les arrangements sont plus funky. Accompagnée par le DJ anglais féru de culture cubaine Gilles Peterson, dont le label Brownswood publie ce disque, Dayme Arocena signe un album plus proche de ses racines et de ses croyances, qui offre son souffle imparable au service d’une musique qui parle autant au corps, à l’esprit qu’à l’âme. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Daymé Arocena

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
La grande histoire des musiques maliennes

Traditions mandingues ou croisements urbains, chants ancestraux de griots ou orchestres de danse des lendemains de l'indépendance, l'arbre généalogique des musiques du Mali possède des racines profondes, des branches feuillues et une sève vive. Retour sur une histoire passionnante.

Fela, pape de l’afrobeat

Fusion des rythmes de l’ouest africain, de la soul, du funk et du jazz, l’afrobeat de son chamanique créateur disparu il y a 20 ans, influence encore aujourd’hui des hordes de musiciens. Brasier de cuivres et concentré de rythmes : et Fela Anikulapo Kuti inventa la transe la plus bouillonnante des années 70 et 80.

David Rodigan, la voix du reggae

Depuis quarante ans, David Rodigan est la voix du reggae sur la FM britannique. Depuis ses débuts sur BBC Radio London en 1978, ce passionné a largement dépassé sa fonction d’animateur radio, allant mixer dans les clubs et les festivals et devenant champion du monde de soundclash, une tradition jamaïcaine qui voit s’affronter des DJ’s (les “selectors”) disque contre disque, à l’aide de versions spéciales de hits reggae appelées “dubplates” – l’artiste changeant les paroles pour vanter le nom du selector. Alors qu’il a sorti début 2018 son livre My Life in Reggae, David Rodigan évoque pour Qobuz ces chansons secrètes, ses voyages en Jamaïque, son jeu de scène frénétique ou encore sa rencontre “mystique” avec Bob Marley.

Dans l'actualité...