Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Sting - Songs From The Labyrinth

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Songs From The Labyrinth

Sting

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Walsingham - Can she excuse my wrongs? - Flow my tears - The most high and mighty christianus the forth, king of Denmark, his galliard - The lowest trees have tops - Fine knacks for ladies etc… / Sting, voix - Edin Karamazov, luth

Plus d'info

Songs From The Labyrinth

Sting

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Walsingham (John Dowland)

1
Walsingham 00:00:38

Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Can she excuse my wrongs? (John Dowland)

2
Can She Excuse My Wrongs? 00:02:35

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Ryght honorable : as I have bin most bounde unto your honor... (John Dowland)

3
"Ryght Honorable: As I Have Bin Most Bounde Unto Your Honor..." 00:00:40

Sting, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Flow my tears (John Dowland)

4
Flow My Tears 00:04:42

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Have you seen the bright lily grow (Robert Johnson)

5
Have You Seen The Bright Lily Grow 00:02:35

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Then in time passing one Mr. Johnson died... (John Dowland)

6
"...Then In Time Passing One Mr. Johnson Died..." 00:00:32

Sting, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

The most high and mighty christianus the forth, king of Denmark, his galliard (John Dowland)

7
The Most High And Mighty Christianus The Forth, King Of Denmark, His Galliard 00:03:01

Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

The lowest trees have tops (John Dowland)

8
The Lowest Trees Have Tops 00:02:16

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

And accordinge as I desired ther cam a letter... (John Dowland)

9
"...And Accordinge As I Desired Ther Cam A Letter..." 00:00:55

Sting, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Fine knacks for ladies (John Dowland)

10
Fine Knacks For Ladies 00:01:50

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

From thence I went to the landgrave of Hessen... (John Dowland)

11
"...From Thence I Went To The Landgrave Of Hessen..." 00:00:24

Sting, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Fantaisie pour luth (John Dowland)

12
Fantasy 00:02:42

Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Come heavy sleep (John Dowland)

13
Come Heavy Sleep 00:03:45

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Forlorn Hope Fancy (John Dowland)

14
Forlorn Hope Fancy 00:03:07

Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

And from thence I had great desire to see Italy... (John Dowland)

15
"...And From Thence I Had Great Desire To See Italy..." 00:00:28

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Come again (John Dowland)

16
Come Again 00:02:56

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Wilt thou unkind thus reave me? (John Dowland)

17
Wilt Thou Unkind Thus Reave Me 00:02:40

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

After my departure I caled to mynde our conference... (John Dowland)

18
"...After My Departure I Caled To Mynde Our Conference..." 00:00:29

Sting, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Weep you no more, sad fountains (John Dowland)

19
Weep You No More, Sad Fountains 00:02:38

Sting, voix - Edin Karamazov, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

My Lord Willoughby's welcome home (John Dowland)

20
My Lord Willoughby's Welcome Home 00:01:34

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Clear or cloudy (John Dowland)

21
Clear Or Cloudy 00:02:47

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

Men say that the Kinge of Spain is making gret preparation... (John Dowland)

22
"...Men Say That The Kinge Of Spain Is Making Gret Preparation..." 00:01:01

Sting, voix

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

In darkness let me dwell (John Dowland)

23
In Darkness Let Me Dwell 00:04:10

Sting, voix - Edin Karamazov, luth

℗ 2006 UMG Recordings, Inc.

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Sting

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Orfeo Orchestra, le chaînon manquant du XVIIIe siècle français

Très actif dans la musique baroque française depuis ses premières parutions au début des années 90, l'Orfeo Orchestra, dirigé par György Vashegyi, a été, ces dernières années, distingué par le Palazzetto Bru Zane et surtout le Centre de musique baroque de Versailles pour sa série d'explorations discographiques ambitieuses du répertoire lyrique français – baroque et classique.

Compositrices, ces méconnues

De Sappho de Mytilène à Kaija Saariaho, l’histoire de la musique est jalonnée par des figures de femmes qui ont « osé » écrire de la musique. La création serait l’apanage des hommes ? Notre musée sonore compte en effet plus de compositeurs, connus et reconnus, que de compositrices. Pourtant, leurs œuvres ne sont pas moins passionnantes et il n’y a aucune raison de les considérer comme des objets de second ordre ni de les ignorer. Défense et illustration de la composition au féminin en onze portraits musicaux.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...