Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Courtney Barnett|Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit  (Special Edition)

Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit (Special Edition)

Courtney Barnett

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Téléchargez cet album pour l'écouter en illimité

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Elle n’a pas cessé de le rappeler et d’insister : The Double EP: A Sea Of Split Peas n’était pas le premier album de Courtney Barnett mais – comme son nom l’indiquait – la réunion de ses deux premiers EP de 6 titres chacun, I’ve Got A Friend Called Emily Ferris paru en 2012 et How To Carve A Carrot Into A Rose en 2013. Le vrai de vrai premier opus de la jeune Australienne, le voilà : Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit. Une véritable entité avec un début, un milieu et une fin. Surtout, une œuvre qui fait monter d’un cran cette songwriteuse viscéralement rock’n’roll et qui manie brillamment l’ironie à la Pavement, l’énergie à la Nirvana et les désarticulations à la Jonathan Richman ou, plus près de nous, à la Parquet Courts. Mais il y a tout de même un gros piège avec ce Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit : sa simplicité de façade. Une écoute à la va-vite, voire distraite, pourrait aisément faire croire que la chose est sympathique ; anecdotique même. Pourtant, ce premier album est une merveille de rock indé, sans fioriture, sculpté à la guitare rappée et graffité de partout grâce à une plume majeure. Chez Barnett, chaque thème est abordé de biais. Sans pathos ni gémissement. Et avec un cynisme salvateur, parfois même assez touchant. Quand elle s’énerve, elle se transforme en bolide punk lo-fi (irrésistible Pedestrian At Best). Et si son humeur est à la mélancolie, elle signe une ballade de toute beauté, d’une épure désarmante mais d’une profondeur impressionnante (Depreston). Bref, Courtney Barnett en impose. A noter que cette Special Edition comprend six titres supplémentaires, live at Electric Lady Studios. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit (Special Edition)

Courtney Barnett

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Elevator Operator
00:03:15

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

2
Pedestrian at Best
00:03:51

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

3
An Illustration of Loneliness (Sleepless in New York)
00:03:11

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

4
Small Poppies
00:07:00

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

5
Depreston
00:04:53

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

6
Aqua Profunda!
00:02:00

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

7
Dead Fox
00:03:33

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

8
Nobody Really Cares If You Don't Go to the Party
00:02:46

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

9
Debbie Downer
00:03:18

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

10
Kim's Caravan
00:06:47

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

11
Boxing Day Blues
00:03:02

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

12
Lance Jr (Live at Electric Lady Studios)
00:03:08

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

13
Canned Tomatoes (Live at Electric Lady Studios)
00:04:45

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

14
Scotty Says (Live at Electric Lady Studios)
00:04:41

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

15
History Eraser (Live at Electric Lady Studios)
00:04:31

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

16
Avant Gardener (Live at Electric Lady Studios)
00:05:40

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

17
David (Live at Electric Lady Studios)
00:03:57

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2015 Marathon Artists Limited 2015 Marathon Artists Limited

Descriptif de l'album

Elle n’a pas cessé de le rappeler et d’insister : The Double EP: A Sea Of Split Peas n’était pas le premier album de Courtney Barnett mais – comme son nom l’indiquait – la réunion de ses deux premiers EP de 6 titres chacun, I’ve Got A Friend Called Emily Ferris paru en 2012 et How To Carve A Carrot Into A Rose en 2013. Le vrai de vrai premier opus de la jeune Australienne, le voilà : Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit. Une véritable entité avec un début, un milieu et une fin. Surtout, une œuvre qui fait monter d’un cran cette songwriteuse viscéralement rock’n’roll et qui manie brillamment l’ironie à la Pavement, l’énergie à la Nirvana et les désarticulations à la Jonathan Richman ou, plus près de nous, à la Parquet Courts. Mais il y a tout de même un gros piège avec ce Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit : sa simplicité de façade. Une écoute à la va-vite, voire distraite, pourrait aisément faire croire que la chose est sympathique ; anecdotique même. Pourtant, ce premier album est une merveille de rock indé, sans fioriture, sculpté à la guitare rappée et graffité de partout grâce à une plume majeure. Chez Barnett, chaque thème est abordé de biais. Sans pathos ni gémissement. Et avec un cynisme salvateur, parfois même assez touchant. Quand elle s’énerve, elle se transforme en bolide punk lo-fi (irrésistible Pedestrian At Best). Et si son humeur est à la mélancolie, elle signe une ballade de toute beauté, d’une épure désarmante mais d’une profondeur impressionnante (Depreston). Bref, Courtney Barnett en impose. A noter que cette Special Edition comprend six titres supplémentaires, live at Electric Lady Studios. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Courtney Barnett

Things Take Time, Take Time

Courtney Barnett

Things Take Time, Take Time Courtney Barnett

The Double EP: A Sea of Split Peas

Courtney Barnett

Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit

Courtney Barnett

Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit

Courtney Barnett

MTV Unplugged

Courtney Barnett

MTV Unplugged Courtney Barnett
Dans la même thématique...

Will Of The People

Muse

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

The Tipping Point

Tears For Fears

The Tipping Point Tears For Fears

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Blue Banisters

Lana Del Rey

Blue Banisters Lana Del Rey
Les Grands Angles...
Jack White au secours du rock

Des White Stripes à son virage en solitaire, Jack White aura sonné le glas d’un rock faisandé. Avec "Seven Nation Army", le génie aux mille projets prophétise : la relève du rock revient en force. En attendant, retour sur le phénomène White.

Interpol, fondu au noir

À l’aube des années 2000, à l’heure où le garage était roi, le quatuor new-yorkais devenu trio détonnait en ravivant le romantisme au noir d’un post-punk 80’s.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre Frank Sinatra punk et Johnny Cash austère...

Dans l'actualité...