Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

François-Xavier Roth - Schumann : Symphonies 1 & 4

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Schumann : Symphonies 1 & 4

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Téléchargez cet album pour l'écouter en illimité

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

En 1841, Robert Schumann fait enfin sa percée en tant que compositeur orchestral. Il crée deux œuvres cette année-là : sa première Symphonie "Le Printemps" et une pièce qu’il avait initialement prévue comme "Fantaisie Symphonique" en un seul mouvement et qui deviendra plus tard sa Symphonie en ré mineur.
La symphonie dite "Le Printemps" a vu ses origines dans l’hiver le plus froid. Elle est le reflet d’un désir ardent qui ne connaît qu’une seule idée directrice : la croissance, l’épanouissement, le chemin vers la lumière et le renouveau de la vie. Par contre, la Symphonie en ré mineur semble beaucoup plus sombre et personnelle, « une œuvre qui vient du plus profond de son âme », comme le note Clara Schumann dans son journal. Le public, cependant, n’accroche pas à cette œuvre fougueuse, et ce n’est qu’en 1851, dix ans plus tard, que Robert Schumann s’attache de nouveau à celle-ci : la Symphonie en ré mineur devient sa "Quatrième".
Cet album met la Symphonie "Le Printemps" côte à côte avec la version originale de la Symphonie en ré mineur, que préféraient des amis comme Johannes Brahms. Cette version ne fut désormais plus jouée en public du vivant de Schumann. C’est l’Orchestre Gürzenich de Cologne sous la baguette de Franz Wüllner qui redonne la version originale pour la première fois en 1889.
François-Xavier Roth, l’actuel chef permanent de l’orchestre, donne lui aussi la préférence à la version originale. Avec son instrumentation parcimonieuse, elle est, dit-il, plus "radicale" et exige de l’orchestre un engagement plus grand dans la réalisation des crescendi, du phrasé et des grandes lignes. © Myrios Classics

Plus d'informations

Schumann : Symphonies 1 & 4

François-Xavier Roth

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Téléchargez cet album pour l'écouter en illimité

Symphony No. 1 in B-Flat Major, Op. 38 (Robert Schumann)

1
I. Andante un poco maestoso - Allegro molto vivace
00:10:54

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

2
II. Larghetto
00:05:58

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

3
III. Scherzo. Molto vivace
00:05:55

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

4
IV. Allegro animato e grazioso
00:08:35

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

Symphony No. 4 in D Minor, Op. 120 (Robert Schumann)

5
I. Andante con moto - Allegro di molto
00:08:05

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

6
II. Romanza : Andante
00:03:56

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

7
III. Scherzo : Presto
00:05:16

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

8
IV. Largo - Finale : Allegro vivace
00:06:34

Gürzenich-Orchester Köln - François-Xavier Roth, Conductor - Robert Schumann, Composer

© 2020 Myrios Classics ℗ 2020 Myrios Classics

Descriptif de l'album

En 1841, Robert Schumann fait enfin sa percée en tant que compositeur orchestral. Il crée deux œuvres cette année-là : sa première Symphonie "Le Printemps" et une pièce qu’il avait initialement prévue comme "Fantaisie Symphonique" en un seul mouvement et qui deviendra plus tard sa Symphonie en ré mineur.
La symphonie dite "Le Printemps" a vu ses origines dans l’hiver le plus froid. Elle est le reflet d’un désir ardent qui ne connaît qu’une seule idée directrice : la croissance, l’épanouissement, le chemin vers la lumière et le renouveau de la vie. Par contre, la Symphonie en ré mineur semble beaucoup plus sombre et personnelle, « une œuvre qui vient du plus profond de son âme », comme le note Clara Schumann dans son journal. Le public, cependant, n’accroche pas à cette œuvre fougueuse, et ce n’est qu’en 1851, dix ans plus tard, que Robert Schumann s’attache de nouveau à celle-ci : la Symphonie en ré mineur devient sa "Quatrième".
Cet album met la Symphonie "Le Printemps" côte à côte avec la version originale de la Symphonie en ré mineur, que préféraient des amis comme Johannes Brahms. Cette version ne fut désormais plus jouée en public du vivant de Schumann. C’est l’Orchestre Gürzenich de Cologne sous la baguette de Franz Wüllner qui redonne la version originale pour la première fois en 1889.
François-Xavier Roth, l’actuel chef permanent de l’orchestre, donne lui aussi la préférence à la version originale. Avec son instrumentation parcimonieuse, elle est, dit-il, plus "radicale" et exige de l’orchestre un engagement plus grand dans la réalisation des crescendi, du phrasé et des grandes lignes. © Myrios Classics

Détails de l'enregistrement original : Recorded live at the concerts 16-18 December 2018 (No.4) & 16-18 June 2019 (No.1) at Kölner Philharmonie, Germany

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Mozart: Symphonies Nos.35 "Haffner", 36 "Linzer", 38 "Prager", 39, 40, 41 "Jupiter"

Karl Böhm

Legend – The Best Of Bob Marley & The Wailers

Bob Marley & The Wailers

Blue Train

John Coltrane

Blue Train John Coltrane

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

À découvrir également
Par François-Xavier Roth

Debussy: La mer, Prélude à l'après-midi d'un faune – Ravel: Rapsodie espagnole

François-Xavier Roth

Saint-Saëns : Le Timbre d'argent

François-Xavier Roth

Saint-Saëns : Le Timbre d'argent François-Xavier Roth

Berlioz : Symphonie fantastique (Live)

François-Xavier Roth

Ravel: Ma Mère l'Oye, Tombeau de Couperin, Shéhérazade

François-Xavier Roth

Mahler: "Titan" Symphony (Version 2, 1893-94) - Live

François-Xavier Roth

Dans la même thématique...

Louise Farrenc: Symphonies Nos 1 & 3

Accentus - Laurence Equilbey

Louise Farrenc: Symphonies Nos 1 & 3 Accentus - Laurence Equilbey

Shostakovich : The Complete Symphonies

Vasily Petrenko

Haydn : The Complete Symphonies

Ádám Fischer

The Complete Mozart Symphonies

Northern Chamber Orchestra

The Complete Mozart Symphonies Northern Chamber Orchestra

Mahler: Symphony No. 1

Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 1 Berliner Philharmoniker
Les Grands Angles...
Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Herbert von Karajan et les grands maîtres du classique

Trente ans après sa mort, l’Autrichien Herbert von Karajan (Salzbourg 1908 - Anif 1989) incarne toujours la figure du chef d’orchestre. À la tête de l’orchestre philharmonique de Berlin, qu’il a élevé au rang de marque mondiale pendant presque trente-cinq ans (1955-1989), il a méthodiquement réenregistré le cœur de son répertoire : Beethoven, Brahms, Bruckner, Verdi, Wagner, Strauss…

Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Dans l'actualité...