Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Adam Laloum - Schubert: Sonatas D. 894 & D. 958

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Schubert: Sonatas D. 894 & D. 958

Adam Laloum

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le pianiste français Adam Laloum rejoint la prestigieuse écurie harmonia mundi avec un album consacré à Schubert. On y retrouve ce qui fait le prix de ce jeune artiste attachant : un art de faire chanter le piano à travers une vision d’une poésie intensément mélancolique avec un toucher moelleux et incarné. Moins connue que les grandes sonates de la trilogie finale, la Sonate en sol majeur, D. 894 fut une des rares œuvres publiées du vivant du compositeur. Schumann la considérait comme la plus parfaite de toutes sur le plan de la forme, et Liszt lui vouait un intérêt tout particulier.
Éditée dix ans après la mort de Schubert, la Sonate en ut mineur, D. 958 date de l’automne 1828, quelques semaines avant la mort d’un compositeur rongé par la syphilis, en proie à ses démons intérieurs et à ses questionnement angoissés, face à la mort qu’il voit clairement s’avancer face à lui.
Adam Laloum traduit à merveille le côté fraternel du cher Franz qui semble s’excuser d’une gravité ponctuée de quelques éclaircies, petites parcelles d’insouciance – ou de fatalisme – à l’automne d’une vie prématurément interrompue. © François Hudry/Qobuz

Plus d'informations

Schubert: Sonatas D. 894 & D. 958

Adam Laloum

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Piano sonata in G Major, D. 894 "Fantaisie": I. Molto moderato e cantabile
00:21:03

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

2
Piano sonata in G Major, D. 894 "Fantaisie": II. Andante
00:08:04

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

3
Piano sonata in G Major, D. 894 "Fantaisie": III. Menuetto. Allegro moderato - Trio
00:04:03

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

4
Piano sonata in G Major, D. 894 "Fantaisie": IV. Allegretto
00:08:43

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

5
Sonata in C Minor, D. 958: I. Allegro
00:11:16

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

6
Sonata in C Minor, D. 958: II. Adagio
00:08:23

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

7
Sonata in C Minor, D. 958: III. Menuetto. Allegro - Trio
00:03:34

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

8
Sonata in C Minor, D. 958: IV. Allegro
00:08:45

Franz Schubert, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - Adam Laloum, Soloist, MainArtist

2020 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

Descriptif de l'album

Le pianiste français Adam Laloum rejoint la prestigieuse écurie harmonia mundi avec un album consacré à Schubert. On y retrouve ce qui fait le prix de ce jeune artiste attachant : un art de faire chanter le piano à travers une vision d’une poésie intensément mélancolique avec un toucher moelleux et incarné. Moins connue que les grandes sonates de la trilogie finale, la Sonate en sol majeur, D. 894 fut une des rares œuvres publiées du vivant du compositeur. Schumann la considérait comme la plus parfaite de toutes sur le plan de la forme, et Liszt lui vouait un intérêt tout particulier.
Éditée dix ans après la mort de Schubert, la Sonate en ut mineur, D. 958 date de l’automne 1828, quelques semaines avant la mort d’un compositeur rongé par la syphilis, en proie à ses démons intérieurs et à ses questionnement angoissés, face à la mort qu’il voit clairement s’avancer face à lui.
Adam Laloum traduit à merveille le côté fraternel du cher Franz qui semble s’excuser d’une gravité ponctuée de quelques éclaircies, petites parcelles d’insouciance – ou de fatalisme – à l’automne d’une vie prématurément interrompue. © François Hudry/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
So Peter Gabriel
Peter Gabriel 1: Car Peter Gabriel
Us Peter Gabriel
À découvrir également
Par Adam Laloum
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Alicia de Larrocha joue Iberia d’Albéniz

Correspondances intimes, ou l’évocation d’une relation si étroite entre une œuvre et un interprète que ce dernier l’a réenregistré plusieurs fois. Ici, la pianiste Alicia de Larrocha et Iberia d’Albéniz. Retour sur ses trois enregistrements.

Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...