Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Ariadne Daskalakis - Schubert: Music for Violin, Vol. 1

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Schubert: Music for Violin, Vol. 1

Ariadne Daskalakis

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le titre de cet album, Musique pour violon I, en surprendra plus d’un et plus d’une, car les œuvres écrites par Schubert pour cet instrument sont assez méconnues. Le plus étonnant est que ce corpus s’étendra encore sur un prochain volume à paraître prochainement. Le Rondo en la majeur (orchestré postérieurement), le Konzertstück en ré majeur, la Polonaise en si bémol majeur et la Sonate en sol mineur sont des œuvres de jeunesse composées en 1816 et 1817, après que Schubert quitta le Konvikt, véritable « prison » qui étouffait sa verve et son envie de créer en toute liberté. Cette école, sévère et austère, lui dispensa toutefois une éducation de qualité, elle lui permettait non seulement de composer, mais encore de jouer du violon dans l’orchestre des étudiants, de diriger et, surtout, d’entendre ses propres compositions, privilège que le destin lui refusera à l’âge adulte.
1816 est une année extrêmement productive au cours de laquelle il compose, entre autres, ses Troisième, Quatrième et Cinquième Symphonies, et sa Première Sonate pour piano, D. 105 et plus de deux cents Lieder. Les œuvres pour violon ne sont pas de la même encre. Probablement écrites pour lui-même ou pour son frère aîné Ferdinand, ce sont des œuvres joyeuses et sans prétention probablement composées pour un cercle privé.
Rien de tel avec la Fantaisie en ut majeur, D. 934 de 1827 dont la longueur a irrité les premiers interprètes et relégué cette œuvre ambitieuse dans un relatif oubli. Comme il l’a fait souvent, Schubert construit tout un mouvement (le troisième) en forme de thème et variations d’après un de ses Lieder, Sei mir gergrüsst de 1822. Les instruments d’époque employés ici par Ariadne Daskalakis et Paolo Giacometti donnent un parfum particulier et une grande douceur à des partitions longtemps demeurées dans l’ombre. © François Hudry/Qobuz

Plus d'info

Schubert: Music for Violin, Vol. 1

Ariadne Daskalakis

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Rondo in A major for violin and strings, D 438 (Franz Schubert)

1
Rondo in A Major, D. 438 00:15:15

Franz Schubert, Composer - Michael Alexander Willens, Conductor - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist - Die Kölner Akademie, Orchestra

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

Concerto in D major for violin and orchestra, D 345 (Franz Schubert)

2
Violin Concerto in D Major, D. 345 00:09:46

Franz Schubert, Composer - Michael Alexander Willens, Conductor - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist - Die Kölner Akademie, Orchestra

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

Polonaise in B flat major for violin and orchestra, D 580 (Franz Schubert)

3
Polonaise in B-Flat Major, D. 580 00:06:04

Franz Schubert, Composer - Michael Alexander Willens, Conductor - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist - Die Kölner Akademie, Orchestra

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

Sonata in G minor for violin and piano, D 408 (Franz Schubert)

4
Violin Sonata No. 3 in G Minor, Op. 137 No. 3, D. 408: I. Allegro giusto 00:07:07

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

5
Violin Sonata No. 3 in G Minor, Op. 137 No. 3, D. 408: II. Andante 00:06:49

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

6
Violin Sonata No. 3 in G Minor, Op. 137 No. 3, D. 408: III. Menuetto - Trio 00:02:34

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

7
Violin Sonata No. 3 in G Minor, Op. 137 No. 3, D. 408: IV. Allegro moderato 00:05:28

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

Fantasy in C major for violin and piano, D 934 (Franz Schubert)

8
Fantasia in C Major, Op. 159, D. 934: I. Andante molto - II. Allegretto 00:08:40

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

9
Fantasia in C Major, Op. 159, D. 934: III. Andantino - Tempo primo 00:11:38

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

10
Fantasia in C Major, Op. 159, D. 934: IV. Allegro - V. Allegretto - VI. Presto 00:05:16

Franz Schubert, Composer - Paolo Giacometti, Artist - Ariadne Daskalakis, Artist, MainArtist

(C) 2019 BIS (P) 2019 BIS

Descriptif de l'album

Le titre de cet album, Musique pour violon I, en surprendra plus d’un et plus d’une, car les œuvres écrites par Schubert pour cet instrument sont assez méconnues. Le plus étonnant est que ce corpus s’étendra encore sur un prochain volume à paraître prochainement. Le Rondo en la majeur (orchestré postérieurement), le Konzertstück en ré majeur, la Polonaise en si bémol majeur et la Sonate en sol mineur sont des œuvres de jeunesse composées en 1816 et 1817, après que Schubert quitta le Konvikt, véritable « prison » qui étouffait sa verve et son envie de créer en toute liberté. Cette école, sévère et austère, lui dispensa toutefois une éducation de qualité, elle lui permettait non seulement de composer, mais encore de jouer du violon dans l’orchestre des étudiants, de diriger et, surtout, d’entendre ses propres compositions, privilège que le destin lui refusera à l’âge adulte.
1816 est une année extrêmement productive au cours de laquelle il compose, entre autres, ses Troisième, Quatrième et Cinquième Symphonies, et sa Première Sonate pour piano, D. 105 et plus de deux cents Lieder. Les œuvres pour violon ne sont pas de la même encre. Probablement écrites pour lui-même ou pour son frère aîné Ferdinand, ce sont des œuvres joyeuses et sans prétention probablement composées pour un cercle privé.
Rien de tel avec la Fantaisie en ut majeur, D. 934 de 1827 dont la longueur a irrité les premiers interprètes et relégué cette œuvre ambitieuse dans un relatif oubli. Comme il l’a fait souvent, Schubert construit tout un mouvement (le troisième) en forme de thème et variations d’après un de ses Lieder, Sei mir gergrüsst de 1822. Les instruments d’époque employés ici par Ariadne Daskalakis et Paolo Giacometti donnent un parfum particulier et une grande douceur à des partitions longtemps demeurées dans l’ombre. © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Ariadne Daskalakis

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
British blues boom, chronique d’une révolution

Si Joe Bonamassa revient avec “British Blues Explosion”, un an après le “Blue & Lonesome” des Rolling Stones, c’est que le « British blues boom » a été plus qu’un simple courant. L’intérêt des Anglais pour les icônes américaines du genre a engendré une véritable révolution, avec en tête la sainte Trinité de la guitare, formée par Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. À l’aube des années 1960, une fabuleuse déferlante atteint les côtes de la Grande-Bretagne. Et ouvre la voie à de nouvelles dimensions musicales.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Dans l'actualité...