Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Riccardo Chailly - Richard Strauss : Also sprach Zarathustra... (Live)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Richard Strauss : Also sprach Zarathustra... (Live)

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

À la tête de l’orchestre du festival de Lucerne pour le deuxième été consécutif, le chef Ricardo Chailly met à l’honneur des compositeurs que les musiciens n’avaient pas encore enregistrés. Igor Stravinsky en 2018, et Richard Strauss en 2019 (il faut rappeler que l’ensemble fut fondé en 1938 par Arturo Toscanini en manière de résistance aux festivals de Salzbourg et Bayreuth, de mèche avec un certain régime - ceci explique sûrement cela). La somptuosité des orchestrations du deuxième est ici d’une clarté sidérante, tant dans les épisodes concertants, voire chambristes, que dans les tutti. L’écriture tout en évocations et en atmosphères de Strauss est un terrain merveilleusement propice à faire sonner l’orchestre de Lucerne. Dans Zarathoustra, les cordes, en particulier les contrebasses, grondent d’un seul archet avec une précision confondante dans Von der großen Sehnsucht (« la grande aspiration ») et la Genesende (« la convalescente »). Richard Strauss déploie une écriture amoureusement contrapuntique – en particulier dans l’épisode Von den Hinterweltlern (« des marginaux de l’arrière-monde ») – et les cordes de Lucerne font admirablement sonner son lyrisme infini. Les œuvres suivantes (Mort et Transfiguration, Till Eulenspiegel et enfin La Danse des sept voiles) convoquent encore d’autres épithètes qui témoignent toutes de la perfection de cet enregistrement : majesté épique, facétie burlesque, volupté serpentine, autant d’ingrédients que les poèmes symphoniques de Strauss distillent généreusement.
La prise de son rend justice à la très belle tenue de l’orchestre et le mix n’oublie personne : chaque contrechant est ourlé, aucun pizz ne manque à l’appel et on entend jusqu’au plus pianissimo des coups de timbale. Exigeantes car extrêmes (dans les nuances et les difficultés), ces partitions vont comme un gant à l’orchestre de Lucerne, rencontre au sommet des plus grands solistes de la scène internationale, réunis le temps d’un festival. L’unique réserve vient justement de cette accumulation de talents. Plus impressionné qu’ému, on reste de marbre devant La Danse des sept voiles de Salomé pourtant parée de ses plus beaux atours orchestraux. © Elsa Siffert/Qobuz

Plus d'informations

Richard Strauss : Also sprach Zarathustra... (Live)

Riccardo Chailly

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Also sprach Zarathustra, Op. 30, TrV 176 (Richard Strauss)

1
1. Einleitung (Sonnenaufgang)
Lucerne Festival Orchestra
00:01:50

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

2
2. Von den Hinterweltlern
Lucerne Festival Orchestra
00:03:43

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

3
3. Von der großen Sehnsucht
Lucerne Festival Orchestra
00:02:08

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

4
4. Von den Freuden und Leidenschaften
Lucerne Festival Orchestra
00:02:11

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

5
5. Das Grablied
Lucerne Festival Orchestra
00:02:20

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

6
6. Von der Wissenschaft
Lucerne Festival Orchestra
00:04:18

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

7
7. Der Genesende
Lucerne Festival Orchestra
00:05:15

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

8
8. Das Tanzlied
Lucerne Festival Orchestra
00:07:37

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

9
9. Das Nachtwandlerlied
Lucerne Festival Orchestra
00:04:41

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Tod und Verklarung, Op. 24, TrV 158 (Richard Strauss)

10
1. Largo
Lucerne Festival Orchestra
00:05:23

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

11
2. Allegro molto agitato
Lucerne Festival Orchestra
00:03:52

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

12
3. Meno mosso
Lucerne Festival Orchestra
00:08:04

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

13
4. Moderato
Lucerne Festival Orchestra
00:08:08

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Till Eulenspiegels lustige Streiche, Op. 28, TrV 171 (Richard Strauss)

14
Till Eulenspiegels lustige Streiche, Op. 28, TrV 171
Lucerne Festival Orchestra
00:15:35

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Salome, Op. 54, TrV 215 (Richard Strauss)

15
Dance of the Seven Veils
Lucerne Festival Orchestra
00:10:02

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Descriptif de l'album

À la tête de l’orchestre du festival de Lucerne pour le deuxième été consécutif, le chef Ricardo Chailly met à l’honneur des compositeurs que les musiciens n’avaient pas encore enregistrés. Igor Stravinsky en 2018, et Richard Strauss en 2019 (il faut rappeler que l’ensemble fut fondé en 1938 par Arturo Toscanini en manière de résistance aux festivals de Salzbourg et Bayreuth, de mèche avec un certain régime - ceci explique sûrement cela). La somptuosité des orchestrations du deuxième est ici d’une clarté sidérante, tant dans les épisodes concertants, voire chambristes, que dans les tutti. L’écriture tout en évocations et en atmosphères de Strauss est un terrain merveilleusement propice à faire sonner l’orchestre de Lucerne. Dans Zarathoustra, les cordes, en particulier les contrebasses, grondent d’un seul archet avec une précision confondante dans Von der großen Sehnsucht (« la grande aspiration ») et la Genesende (« la convalescente »). Richard Strauss déploie une écriture amoureusement contrapuntique – en particulier dans l’épisode Von den Hinterweltlern (« des marginaux de l’arrière-monde ») – et les cordes de Lucerne font admirablement sonner son lyrisme infini. Les œuvres suivantes (Mort et Transfiguration, Till Eulenspiegel et enfin La Danse des sept voiles) convoquent encore d’autres épithètes qui témoignent toutes de la perfection de cet enregistrement : majesté épique, facétie burlesque, volupté serpentine, autant d’ingrédients que les poèmes symphoniques de Strauss distillent généreusement.
La prise de son rend justice à la très belle tenue de l’orchestre et le mix n’oublie personne : chaque contrechant est ourlé, aucun pizz ne manque à l’appel et on entend jusqu’au plus pianissimo des coups de timbale. Exigeantes car extrêmes (dans les nuances et les difficultés), ces partitions vont comme un gant à l’orchestre de Lucerne, rencontre au sommet des plus grands solistes de la scène internationale, réunis le temps d’un festival. L’unique réserve vient justement de cette accumulation de talents. Plus impressionné qu’ému, on reste de marbre devant La Danse des sept voiles de Salomé pourtant parée de ses plus beaux atours orchestraux. © Elsa Siffert/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded August 2017, Culture and Congress Centre in Lucerne (Switzerland)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Riccardo Chailly
Respighi Riccardo Chailly
Cherubini : Discoveries Riccardo Chailly
Respighi Riccardo Chailly

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Dominique Visse ou la nouvelle Renaissance

Avec son look de vieux rockeur paré de bagues et de boucles d’oreilles, ses cheveux longs hirsutes, ses blousons en cuir semblant sortir de “Easy Rider”, le road movie culte de la génération hippie, et sa voix pointue comme une jambe de compas, Dominique Visse promène depuis plus de quarante ans sa personnalité singulière dans le monde souvent conventionnel de la musique classique. En 1978, il a fondé l’Ensemble Clément Janequin qui allait remettre au goût du jour la chanson polyphonique de la Renaissance française. On leur doit l’émergence de tout un répertoire à travers une discographie exceptionnelle pour le label Harmonia Mundi.

Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Dans l'actualité...