Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Riccardo Chailly - Richard Strauss : Also sprach Zarathustra... (Live)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Richard Strauss : Also sprach Zarathustra... (Live)

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

À la tête de l’orchestre du festival de Lucerne pour le deuxième été consécutif, le chef Ricardo Chailly met à l’honneur des compositeurs que les musiciens n’avaient pas encore enregistrés. Igor Stravinsky en 2018, et Richard Strauss en 2019 (il faut rappeler que l’ensemble fut fondé en 1938 par Arturo Toscanini en manière de résistance aux festivals de Salzbourg et Bayreuth, de mèche avec un certain régime - ceci explique sûrement cela). La somptuosité des orchestrations du deuxième est ici d’une clarté sidérante, tant dans les épisodes concertants, voire chambristes, que dans les tutti. L’écriture tout en évocations et en atmosphères de Strauss est un terrain merveilleusement propice à faire sonner l’orchestre de Lucerne. Dans Zarathoustra, les cordes, en particulier les contrebasses, grondent d’un seul archet avec une précision confondante dans Von der großen Sehnsucht (« la grande aspiration ») et la Genesende (« la convalescente »). Richard Strauss déploie une écriture amoureusement contrapuntique – en particulier dans l’épisode Von den Hinterweltlern (« des marginaux de l’arrière-monde ») – et les cordes de Lucerne font admirablement sonner son lyrisme infini. Les œuvres suivantes (Mort et Transfiguration, Till Eulenspiegel et enfin La Danse des sept voiles) convoquent encore d’autres épithètes qui témoignent toutes de la perfection de cet enregistrement : majesté épique, facétie burlesque, volupté serpentine, autant d’ingrédients que les poèmes symphoniques de Strauss distillent généreusement.
La prise de son rend justice à la très belle tenue de l’orchestre et le mix n’oublie personne : chaque contrechant est ourlé, aucun pizz ne manque à l’appel et on entend jusqu’au plus pianissimo des coups de timbale. Exigeantes car extrêmes (dans les nuances et les difficultés), ces partitions vont comme un gant à l’orchestre de Lucerne, rencontre au sommet des plus grands solistes de la scène internationale, réunis le temps d’un festival. L’unique réserve vient justement de cette accumulation de talents. Plus impressionné qu’ému, on reste de marbre devant La Danse des sept voiles de Salomé pourtant parée de ses plus beaux atours orchestraux. © Elsa Siffert/Qobuz

Plus d'informations

Richard Strauss : Also sprach Zarathustra... (Live)

Riccardo Chailly

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Also sprach Zarathustra, Op. 30, TrV 176 (Richard Strauss)

1
1. Einleitung (Sonnenaufgang) 00:01:50

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

2
2. Von den Hinterweltlern 00:03:43

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

3
3. Von der großen Sehnsucht 00:02:08

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

4
4. Von den Freuden und Leidenschaften 00:02:11

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

5
5. Das Grablied 00:02:20

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

6
6. Von der Wissenschaft 00:04:18

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

7
7. Der Genesende 00:05:15

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

8
8. Das Tanzlied 00:07:37

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

9
9. Das Nachtwandlerlied 00:04:41

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Tod und Verklarung, Op. 24, TrV 158 (Richard Strauss)

10
1. Largo 00:05:23

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

11
2. Allegro molto agitato 00:03:52

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

12
3. Meno mosso 00:08:04

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

13
4. Moderato 00:08:08

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Till Eulenspiegels lustige Streiche, Op. 28, TrV 171 (Richard Strauss)

14
Till Eulenspiegels lustige Streiche, Op. 28, TrV 171 00:15:35

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Salome, Op. 54, TrV 215 (Richard Strauss)

15
Dance of the Seven Veils 00:10:02

Lucerne Festival Orchestra - Riccardo Chailly, Conductor - Richard Strauss, Composer - John Fraser, Producer - Philip Siney, Recording Engineer

℗ 2019 Decca Music Group Limited

Descriptif de l'album

À la tête de l’orchestre du festival de Lucerne pour le deuxième été consécutif, le chef Ricardo Chailly met à l’honneur des compositeurs que les musiciens n’avaient pas encore enregistrés. Igor Stravinsky en 2018, et Richard Strauss en 2019 (il faut rappeler que l’ensemble fut fondé en 1938 par Arturo Toscanini en manière de résistance aux festivals de Salzbourg et Bayreuth, de mèche avec un certain régime - ceci explique sûrement cela). La somptuosité des orchestrations du deuxième est ici d’une clarté sidérante, tant dans les épisodes concertants, voire chambristes, que dans les tutti. L’écriture tout en évocations et en atmosphères de Strauss est un terrain merveilleusement propice à faire sonner l’orchestre de Lucerne. Dans Zarathoustra, les cordes, en particulier les contrebasses, grondent d’un seul archet avec une précision confondante dans Von der großen Sehnsucht (« la grande aspiration ») et la Genesende (« la convalescente »). Richard Strauss déploie une écriture amoureusement contrapuntique – en particulier dans l’épisode Von den Hinterweltlern (« des marginaux de l’arrière-monde ») – et les cordes de Lucerne font admirablement sonner son lyrisme infini. Les œuvres suivantes (Mort et Transfiguration, Till Eulenspiegel et enfin La Danse des sept voiles) convoquent encore d’autres épithètes qui témoignent toutes de la perfection de cet enregistrement : majesté épique, facétie burlesque, volupté serpentine, autant d’ingrédients que les poèmes symphoniques de Strauss distillent généreusement.
La prise de son rend justice à la très belle tenue de l’orchestre et le mix n’oublie personne : chaque contrechant est ourlé, aucun pizz ne manque à l’appel et on entend jusqu’au plus pianissimo des coups de timbale. Exigeantes car extrêmes (dans les nuances et les difficultés), ces partitions vont comme un gant à l’orchestre de Lucerne, rencontre au sommet des plus grands solistes de la scène internationale, réunis le temps d’un festival. L’unique réserve vient justement de cette accumulation de talents. Plus impressionné qu’ému, on reste de marbre devant La Danse des sept voiles de Salomé pourtant parée de ses plus beaux atours orchestraux. © Elsa Siffert/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded August 2017, Culture and Congress Centre in Lucerne (Switzerland)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Riccardo Chailly
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Histoire de labels : 5 questions à Klaus Heymann, fondateur de Naxos

A l'occasion du 30ème anniversaire de son label, Klaus Heymann a créé pour nous "sa" playlist de 30 plages, qui regroupe des enregistrements qui furent marquants dans l'histoire de Naxos, et d'autres plus récents, qui montrent la créativité et l'ambition actuelle de la marque.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...