Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Psychotic Monks|Private Meaning First

Private Meaning First

The Psychotic Monks

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Si les Psychotic Monks devaient avoir un animal fétiche, ce serait sûrement la baleine monstrueuse du Moby Dick d’Herman Melville. Imaginez une masse sombre, tapie à quelques dizaines de mètres de profondeur, 40 tonnes de rage brute, qui attend le bon moment pour exploser à la surface de l’eau. Il y a le silence, puis le chaos et le carnage. Et puis plus rien. Le choc de Private Meaning First évoque aussi bien la rencontre d’Ishmael que la spirale infernale d’une psychose : claustrophobie, perte d’identité, perception fragmentée sont les thèmes dominants du deuxième opus du quatuor de Saint-Ouen, qui se définissent comme un groupe « post-Orwell », avec pour seule référence le peintre Francis Bacon. Clément Caillierez, Martin Bejuy et les deux frères Dussaux, Paul et Arthur, évitent les sentiers battus, y compris lorsqu’il s’agit de qualifier leur musique. Existe-t-il réellement un terme pour définir la massivité menaçante, la noirceur carcérale qui sont leur marque de fabrique ? On pourrait parler de noise rock. Ou peut-être de sludge. Mais ces termes ne rendraient pas justice aux textures employées – comme le son hurlant d’une coque de bateau qui se tord dans la tourmente. Non, pour saisir leur démarche artistique, commençons par noter le format du disque : celui-ci est divisé en deux chapitres de quatre titres chacun (ainsi qu’un épilogue), à la façon d’un livre. Une impulsion narrative qui serait paradoxale pour un groupe si prompt à déstructurer leur espace sonore, si cette même déstructuration n’avait pas vocation à traduire la perception humaine dans toute sa fluidité et son imperfection parcellaire.


Au commencement, il y a le tourbillonnant (Chapter One : Every Word Has to Be Told) Pale Dream, qui tisse voix plaintives avec des claviers sombres, comme un avertissement alors que le feedback lancinant des guitares se fait de plus en plus omniprésent, de plus en plus prémonitoire. Puis sur Isolation, un synthé semble déchirer l’air (on croirait une fusée qui décolle) avant que le groupe n’érupte tout entier de fureur, rappelant un Death From Above plus sauvage. La violence continue avec A Coherent Appearance, et alors que le sentiment de panique semble être à son comble, arrive un break monstrueux, comme la mâchoire d’une gigantesque machine en fer qui broie tout sur son passage. Minor Division relâche la pression pour quelques brèves secondes, et replonge aussitôt le spectateur impuissant dans un épais chaos granuleux. C’est ainsi que se termine le premier chapitre de Private Meaning First : noyé dans des artefacts numériques, à la façon d’un CD rayé. Le deuxième chapitre Interzone reprend comme un paysage postapocalyptique, sur le crescendo dépressif d'Emotional Disease, marqué par les guitares fantomatiques et un orgue 60's planant. Puis il y a Confusions, qui aurait pu être un titre de Queens Of The Stone Age dans sa deuxième partie très garage. L’album se termine sur un long épilogue de 15 minutes, Every Sight, dont le chant plaintif rappelle autant Radiohead que System Of A Down. Un nouveau crescendo nous mène jusqu’au point culminant – un déferlement de son total qui voit les bruitages, hurlements instrumentaux et cassures en tout genre prendre le dessus pour un final cathartique. C’est ainsi que l’emprise de la folie cesse à la fin de Private Meaning First ; du moins, le temps de retourner au premier titre, et d’écouter à nouveau l’album. © Alexis Renaudat/Qobuz

Plus d'informations

Private Meaning First

The Psychotic Monks

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
(Chapter One: Every Word Has to Be Told) Pale Dream
00:04:57

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

2
Isolation
00:06:59

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

3
A Coherent Appearance
00:05:42

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

4
Minor Division
00:08:39

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

5
(Chapter Two: Interzone) Emotional Disease
00:05:56

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

6
Confusions
00:02:54

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

7
Closure
00:03:50

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

8
A Self Claimed Regress
00:04:48

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

9
(Epilogue) Every Sight
00:15:43

Clément Caillierez, Composer - Arthur Dussaux, Composer - The Psychotic Monks, MainArtist - Martin Bejuy, Composer - Paul Dussaux, Composer

2019 Vicious Circle 2019 Vicious Circle

Descriptif de l'album

Si les Psychotic Monks devaient avoir un animal fétiche, ce serait sûrement la baleine monstrueuse du Moby Dick d’Herman Melville. Imaginez une masse sombre, tapie à quelques dizaines de mètres de profondeur, 40 tonnes de rage brute, qui attend le bon moment pour exploser à la surface de l’eau. Il y a le silence, puis le chaos et le carnage. Et puis plus rien. Le choc de Private Meaning First évoque aussi bien la rencontre d’Ishmael que la spirale infernale d’une psychose : claustrophobie, perte d’identité, perception fragmentée sont les thèmes dominants du deuxième opus du quatuor de Saint-Ouen, qui se définissent comme un groupe « post-Orwell », avec pour seule référence le peintre Francis Bacon. Clément Caillierez, Martin Bejuy et les deux frères Dussaux, Paul et Arthur, évitent les sentiers battus, y compris lorsqu’il s’agit de qualifier leur musique. Existe-t-il réellement un terme pour définir la massivité menaçante, la noirceur carcérale qui sont leur marque de fabrique ? On pourrait parler de noise rock. Ou peut-être de sludge. Mais ces termes ne rendraient pas justice aux textures employées – comme le son hurlant d’une coque de bateau qui se tord dans la tourmente. Non, pour saisir leur démarche artistique, commençons par noter le format du disque : celui-ci est divisé en deux chapitres de quatre titres chacun (ainsi qu’un épilogue), à la façon d’un livre. Une impulsion narrative qui serait paradoxale pour un groupe si prompt à déstructurer leur espace sonore, si cette même déstructuration n’avait pas vocation à traduire la perception humaine dans toute sa fluidité et son imperfection parcellaire.


Au commencement, il y a le tourbillonnant (Chapter One : Every Word Has to Be Told) Pale Dream, qui tisse voix plaintives avec des claviers sombres, comme un avertissement alors que le feedback lancinant des guitares se fait de plus en plus omniprésent, de plus en plus prémonitoire. Puis sur Isolation, un synthé semble déchirer l’air (on croirait une fusée qui décolle) avant que le groupe n’érupte tout entier de fureur, rappelant un Death From Above plus sauvage. La violence continue avec A Coherent Appearance, et alors que le sentiment de panique semble être à son comble, arrive un break monstrueux, comme la mâchoire d’une gigantesque machine en fer qui broie tout sur son passage. Minor Division relâche la pression pour quelques brèves secondes, et replonge aussitôt le spectateur impuissant dans un épais chaos granuleux. C’est ainsi que se termine le premier chapitre de Private Meaning First : noyé dans des artefacts numériques, à la façon d’un CD rayé. Le deuxième chapitre Interzone reprend comme un paysage postapocalyptique, sur le crescendo dépressif d'Emotional Disease, marqué par les guitares fantomatiques et un orgue 60's planant. Puis il y a Confusions, qui aurait pu être un titre de Queens Of The Stone Age dans sa deuxième partie très garage. L’album se termine sur un long épilogue de 15 minutes, Every Sight, dont le chant plaintif rappelle autant Radiohead que System Of A Down. Un nouveau crescendo nous mène jusqu’au point culminant – un déferlement de son total qui voit les bruitages, hurlements instrumentaux et cassures en tout genre prendre le dessus pour un final cathartique. C’est ainsi que l’emprise de la folie cesse à la fin de Private Meaning First ; du moins, le temps de retourner au premier titre, et d’écouter à nouveau l’album. © Alexis Renaudat/Qobuz

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par The Psychotic Monks

Pink Colour Surgery

The Psychotic Monks

Pink Colour Surgery The Psychotic Monks

Silence Slowly And Madly Shines

The Psychotic Monks

Silence Slowly And Madly Shines The Psychotic Monks
Dans la même thématique...

Palomino

First Aid Kit

Palomino First Aid Kit

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

The Tipping Point

Tears For Fears

The Tipping Point Tears For Fears

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Les Grands Angles...
Blues touareg, l’oasis du rock

Depuis la sortie en 2002 du premier album officiel du groupe touareg Tinariwen, “The Radio Tisdas Sessions”, leur musique électrique dominée par les guitares est devenue une catégorie de rock, reconnue et respectée de Bamako à Los Angeles. Alors que Tinariwen édite, vingt ans plus tard, son tout premier album retrouvé sur une vieille cassette, retour sur la scène des musiciens originaires du Sahara, qui ne cessent d’attirer les rockers occidentaux en quête d’authenticité rebelle.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Dans l'actualité...