Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

John Cale - Paris 1919

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Paris 1919

John Cale

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Lorsque l’on parle de Paris 1919, c’est généralement pour en dire deux choses : qu’il s’agit du meilleur album de John Cale, et qu’il est le jumeau du Berlin de Lou Reed. Si l’on ne s’attardera pas sur la première affirmation (probablement vraie, mais Fear pourrait également prétendre à ce titre), la seconde est beaucoup plus étonnante : en effet, en dehors de leur année de sortie (1973), Berlin et Paris 1919 n’ont aucun point commun, et sont même diamétralement opposés. Si le disque de Lou Reed reste un monument de noirceur et de cynisme, aux orchestrations glaciales, celui de Cale est totalement lumineux, solaire, presque transparent. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si l’album débute (« Child’s Christmas in Wales ») et s’achève (« Antartica starts here ») dans la blancheur de l’hiver...   Entre ces deux chansons immaculées, tout n’est que grâce et légèreté : Cale conte des histoires de fantômes au charme surranné (le morceau-titre) sur des mélodies en apesanteur (« Hanky panky nohow »), parfaitement mises en valeur par la production ouatée de Chris Thomas, qui sait, à l’occasion, se faire délicieusement excentrique (« Graham Greene »). On traverse ainsi Paris 1919 comme un rêve éveillé, qui, au fil des écoutes, finit par s’installer dans votre quotidien et par le modifier doucement. Aussi hors-modes aujourd’hui qu’il l’était en 1973 (signe qu’il est atemporel ?), ce disque est tout simplement un chef-d’oeuvre, et l’un des plus discrets qui soient – ce qui n’est pas le moindre de ses charmes.


© ©Copyright Music Story Thibaut Losson 2021

Plus d'informations

Paris 1919

John Cale

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Child's Christmas in Wales
00:03:21

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

2
Hanky Panky Nohow
00:02:47

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

3
The Endless Plain of Fortune
00:04:13

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

4
Andalucia
00:03:54

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

5
Macbeth
00:03:07

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

6
Paris 1919
00:04:07

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

7
Graham Greene
00:03:01

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

8
Half Past France
00:04:20

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

9
Antarctica Starts Here
00:02:51

John Cale, Artist, MainArtist

2015 Crazy Warthog Media 2015 Crazy Warthog Media

Descriptif de l'album

Lorsque l’on parle de Paris 1919, c’est généralement pour en dire deux choses : qu’il s’agit du meilleur album de John Cale, et qu’il est le jumeau du Berlin de Lou Reed. Si l’on ne s’attardera pas sur la première affirmation (probablement vraie, mais Fear pourrait également prétendre à ce titre), la seconde est beaucoup plus étonnante : en effet, en dehors de leur année de sortie (1973), Berlin et Paris 1919 n’ont aucun point commun, et sont même diamétralement opposés. Si le disque de Lou Reed reste un monument de noirceur et de cynisme, aux orchestrations glaciales, celui de Cale est totalement lumineux, solaire, presque transparent. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si l’album débute (« Child’s Christmas in Wales ») et s’achève (« Antartica starts here ») dans la blancheur de l’hiver...   Entre ces deux chansons immaculées, tout n’est que grâce et légèreté : Cale conte des histoires de fantômes au charme surranné (le morceau-titre) sur des mélodies en apesanteur (« Hanky panky nohow »), parfaitement mises en valeur par la production ouatée de Chris Thomas, qui sait, à l’occasion, se faire délicieusement excentrique (« Graham Greene »). On traverse ainsi Paris 1919 comme un rêve éveillé, qui, au fil des écoutes, finit par s’installer dans votre quotidien et par le modifier doucement. Aussi hors-modes aujourd’hui qu’il l’était en 1973 (signe qu’il est atemporel ?), ce disque est tout simplement un chef-d’oeuvre, et l’un des plus discrets qui soient – ce qui n’est pas le moindre de ses charmes.


© ©Copyright Music Story Thibaut Losson 2021

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Tubular Bells

Mike Oldfield

Tubular Bells Mike Oldfield

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

À découvrir également
Par John Cale

Lazy Day

John Cale

Lazy Day John Cale

Paris 1919

John Cale

Paris 1919 John Cale

The Island Years

John Cale

The Island Years John Cale

Fragments Of A Rainy Season

John Cale

Music For a New Society/M:FANS

John Cale

Dans la même thématique...

Springtime in New York: The Bootleg Series, Vol. 16 / 1980-1985 (Deluxe Edition)

Bob Dylan

Letter To You

Bruce Springsteen

Letter To You Bruce Springsteen

Power Up

AC/DC

Power Up AC/DC

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Abbey Road (Super Deluxe Edition)

The Beatles

Les Grands Angles...
Leonard Cohen en 10 chansons

Difficile de sélectionner les 10 meilleures chansons de Leonard Cohen. En cinquante ans de carrière, le plus célèbre des songwriters canadiens, décédé en 2016, a enregistré beaucoup plus que 10 titres mémorables. Pour donner un aperçu de l’évolution artistique du chanteur, Qobuz a sélectionné une chanson par album, de “Suzanne” en 1967 à “You Want It Darker” en 2016.

Le rock progressif en 10 albums

Les influences sont insaissisables, toujours en mouvement et reconfigurations. Une même source d’inspiration connaitra des déclinaisons fort différentes selon le prisme et le présent à travers lesquels elle resurgira. Au cours des 40 dernières années le rock progressif a connu le sommet des charts, le sérieux des pupitres ou les honneurs de l’appellation art-rock. Cette esthétique a développé un élargissement de son lexique par la combinaison de codes antérieurs à des enjeux artistiques et culturels sans cesse renouvelés. Si le rock progressif n’est plus nécessairement revendiqué aujourd’hui avec la même ferveur qu’hier, on peut cependant toujours observer son empreinte chez des artistes allant de Tool à Kanye West. Voici dix albums majeurs, dont le rayonnement n’est pas près de faiblir.

Metallica, le sentier de la gloire

Avec 125 millions d’albums vendus à travers le monde, dont une trentaine de millions pour le “Black Album”, Metallica est l’un des phénomènes pop les plus inattendus des 50 dernières années. Comment un groupe de metal aux chansons structurées de manière aussi alambiquée est-il parvenu à se jucher au niveau des produits de Madonna ou Michael Jackson ? Avec de l’intuition et beaucoup de détermination. Retour aux sources du groupe de metal le plus important de l’histoire.

Dans l'actualité...