Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Dan Penn - Nobody's Fool

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Nobody's Fool

Dan Penn

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Dark End of the Street, The Letter, Do Right Woman ou encore I'm Your Puppet : oui, Dan Penn est évidemment l'un des plus grands paroliers que les années 60 et 70 aient connu. Mais s’il a notamment composé des chefs-d’œuvrespour les autres, il a aussi gardé quelques pépites pour ses propres interprétations. En 1973, il débute ainsi sa carrière avec l’album Nobody’s Fool, paru sur le label Bell Records. Le public découvre alors, derrière un personnage au visage à peine visible, caché par une paire de larges solaires et un chapeau, une voix chaude pour une country soul parfaite. Légèrement kitsch, profondément intense et rythmé, Dan Penn maîtrise la soul de Memphis et le son de Nashville comme personne. Mais ce qui semble lui apporter aussi du crédit, c’est l’humilité dont il fait preuve lorsqu’il chante ainsi que l’équipe qui l’entoure sur Nobody’s Fool. Tenant le stylo tantôt avec Bobby Emmons, tantôt avec son partenaire de longue date Spooner Oldham, il compose aussi avec Donnie Fritts (Prone to Lean) et interprète même Lodi de John Fogerty. Solitude amoureuse sur des violons romantiques (Ain't No Love), riffs entraînants à la steel (Tearjoint) et soul rebondissante guidée par des cuivres et des synthés (If Love Was Money), Penn construit ici plusieurs enchaînements d’ambiance. Il devient le conteur d’une histoire. Avec Skin, il achève son disque par une sorte d’épilogue/sermon accompagné par un ensemble de violons. Un générique de fin atypique mais qui ne fait que donner de l’ampleur à Nobody’s Fool. © Clara Bismuth/Qobuz

Plus d'informations

Nobody's Fool

Dan Penn

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Nobody's Fool 00:02:48

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Bobby Emmons, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

2
Raining In Memphis 00:03:39

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Mic Lietz, Composer, Lyricist - Linden Oldham, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

3
Tearjoint 00:02:52

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Donnie Fritts, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

4
Time 00:02:20

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist

(P) 1973 Arista Records LLC

5
Lodi 00:03:14

Dan penn, Associated Performer, Main Artist - John Fogerty, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

6
Ain't No Love 00:03:33

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Linden Oldham, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

7
I Hate You 00:02:24

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Leroy Daniels, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

8
Prayer for Peace 00:02:45

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Greg Reding, Composer, Lyricist - Bill Rennie, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

9
If Love Was Money 00:03:28

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist - Bill Phillips, Composer, Lyricist

(P) 1973 Arista Records LLC

10
Skin 00:02:46

Dan penn, Associated Performer, Composer, Lyricist, Main Artist

(P) 1973 Arista Records LLC

Descriptif de l'album

Dark End of the Street, The Letter, Do Right Woman ou encore I'm Your Puppet : oui, Dan Penn est évidemment l'un des plus grands paroliers que les années 60 et 70 aient connu. Mais s’il a notamment composé des chefs-d’œuvrespour les autres, il a aussi gardé quelques pépites pour ses propres interprétations. En 1973, il débute ainsi sa carrière avec l’album Nobody’s Fool, paru sur le label Bell Records. Le public découvre alors, derrière un personnage au visage à peine visible, caché par une paire de larges solaires et un chapeau, une voix chaude pour une country soul parfaite. Légèrement kitsch, profondément intense et rythmé, Dan Penn maîtrise la soul de Memphis et le son de Nashville comme personne. Mais ce qui semble lui apporter aussi du crédit, c’est l’humilité dont il fait preuve lorsqu’il chante ainsi que l’équipe qui l’entoure sur Nobody’s Fool. Tenant le stylo tantôt avec Bobby Emmons, tantôt avec son partenaire de longue date Spooner Oldham, il compose aussi avec Donnie Fritts (Prone to Lean) et interprète même Lodi de John Fogerty. Solitude amoureuse sur des violons romantiques (Ain't No Love), riffs entraînants à la steel (Tearjoint) et soul rebondissante guidée par des cuivres et des synthés (If Love Was Money), Penn construit ici plusieurs enchaînements d’ambiance. Il devient le conteur d’une histoire. Avec Skin, il achève son disque par une sorte d’épilogue/sermon accompagné par un ensemble de violons. Un générique de fin atypique mais qui ne fait que donner de l’ampleur à Nobody’s Fool. © Clara Bismuth/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Playing the Room Avishai Cohen (tp)
À découvrir également
Par Dan Penn
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Merle Haggard, le bad boy de la country

L’alcool, la prison, la drogue et la misère. Merle Haggard qui pratiqua les quatre passa sa vie à chanter l’Amérique des marginaux et des laissés-pour-compte. Instigateur du son de Bakersfield, il épurera la country music pour rendre son propos encore plus incisif.

Johnny Cash derrière les barreaux

Grâce à deux albums live entrés dans la légende, Johnny Cash a relancé sa carrière à la fin des 60’s, devenant une véritable superstar. Deux disques pas comme les autres car enregistrés en prison. Mais comment l’Homme en noir s’est-il retrouvé dans une salle de concert aussi inhabituelle ?

Norah Jones en 10 chansons

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

Dans l'actualité...