Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Andrew Bird|My Finest Work Yet

My Finest Work Yet

Andrew Bird

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Mais qu’est-il arrivé à Andrew Bird, lui qui nous habituait il y a peu à ses captations in situ avec sa série Echolocations encore inachevée ? My Finest Work Yet, dont le fameux tableau La Mort de Marat de Jacques-Louis David (1793) inspire la pochette, est résolument politisé, encapsulé live en studio. A la production, Paul Butler, fervent défenseur du son vintage, y apporte des airs de road trip folk-rock, à l’instar de ce Sisyphus très 60's. Il y a dans les paroles un manifeste contre l’Amérique de Trump – Bird a commencé à écrire post-élections. En musique, on retrouve l’oiseau au sommet de son art, confirmant avec une facilité déconcertante son intitulé plus humble que bravache. Luxuriantes, charnues, élégantes, les mélodies nourries de vents, cordes, bois et piano dentellent une pop des plus savoureuse. Mis à part la ballade folk Bellevue Bridge Club, le violon, instrument fétiche de l’Américain, laisse sa place à une grande diversité instrumentale. C’est riche, bien produit, sans jamais être lourd. On ne peut que donner raison à Bird. © Charlotte Saintoin/Qobuz

Plus d'informations

My Finest Work Yet

Andrew Bird

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Sisyphus
00:04:06

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

2
Bloodless
00:06:29

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2018 Wegawam Music Co.

3
Olympians
00:04:00

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

4
Cracking Codes
00:03:12

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

5
Fallorun
00:04:26

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

6
Archipelago
00:04:38

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

7
Proxy War
00:04:05

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

8
Manifest
00:05:17

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

9
Don The Struggle
00:04:31

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

10
Bellevue Bridge Club
00:04:24

Paul Butler, Producer - Andrew Bird, Producer, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2019 Wegawam Music Co.

Descriptif de l'album

Mais qu’est-il arrivé à Andrew Bird, lui qui nous habituait il y a peu à ses captations in situ avec sa série Echolocations encore inachevée ? My Finest Work Yet, dont le fameux tableau La Mort de Marat de Jacques-Louis David (1793) inspire la pochette, est résolument politisé, encapsulé live en studio. A la production, Paul Butler, fervent défenseur du son vintage, y apporte des airs de road trip folk-rock, à l’instar de ce Sisyphus très 60's. Il y a dans les paroles un manifeste contre l’Amérique de Trump – Bird a commencé à écrire post-élections. En musique, on retrouve l’oiseau au sommet de son art, confirmant avec une facilité déconcertante son intitulé plus humble que bravache. Luxuriantes, charnues, élégantes, les mélodies nourries de vents, cordes, bois et piano dentellent une pop des plus savoureuse. Mis à part la ballade folk Bellevue Bridge Club, le violon, instrument fétiche de l’Américain, laisse sa place à une grande diversité instrumentale. C’est riche, bien produit, sans jamais être lourd. On ne peut que donner raison à Bird. © Charlotte Saintoin/Qobuz

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Andrew Bird

Rare Birds

Andrew Bird

Rare Birds Andrew Bird

Inside Problems

Andrew Bird

Inside Problems Andrew Bird

HARK!

Andrew Bird

HARK! Andrew Bird

Are You Serious

Andrew Bird

Are You Serious Andrew Bird

Inside Problems

Andrew Bird

Inside Problems Andrew Bird

Playlists

Dans la même thématique...

Will Of The People

Muse

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

The Tipping Point

Tears For Fears

The Tipping Point Tears For Fears

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Blue Banisters

Lana Del Rey

Blue Banisters Lana Del Rey
Les Grands Angles...
Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre Frank Sinatra punk et Johnny Cash austère...

Jack White au secours du rock

Des White Stripes à son virage en solitaire, Jack White aura sonné le glas d’un rock faisandé. Avec "Seven Nation Army", le génie aux mille projets prophétise : la relève du rock revient en force. En attendant, retour sur le phénomène White.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

Dans l'actualité...