Henri Ledroit, contreténor Mélodies (Rossi, Monteverdi, Lully, Lambert...)

Mélodies (Rossi, Monteverdi, Lully, Lambert...)

Henri Ledroit, contreténor

Paru le 15 juin 2015 chez INA Mémoire vive

Artiste principal : Henri Ledroit

Genre : Classique > Mélodies & Lieder > Mélodies

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

1.45

Web Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 25 pistes Durée totale : 01:05:35

    Disperati, ch'aspetti più ? (Luigi Rossi)
  1. 1 Disperati, ch'aspetti più ?

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  2. A chi, lasso credero ?
  3. 2 A chi, lasso credero ?

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  4. Hor guardate come và la fortuna
  5. 3 Hor guardate come và la fortuna

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  6. Anime, voi che siete dalle furie
  7. 4 Anime, voi che siete dalle furie

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  8. Scherzi, arie, canzonette, madrigaux, second livre (Antonio Brunelli)
  9. 5 Qual dolor, qual martire (Aria)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  10. 6 Son arcieri troppo fieri (Aria)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  11. 7 Bella luce d'amor (Madrigal)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  12. 8 Bella donna mia nemica (Scherzo)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  13. 9 Perche due baci (Madrigal)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  14. 10 Pur si ruppe il fero laccio (Scherzo)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  15. 11 Io parto, Ahi ! Dura voce (Madrigal)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  16. 12 Care luci che vaghezza (Scherzo)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, luth

  17. 13 Intermedio d'Orfeo

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  18. L'incoronazione di Poppea (Le couronnement de Poppée) (Claudio Monteverdi)
  19. 14 Adagiata, Poppea (Berceuse d'Arnalta)

    Henri Ledroit, contreténor - Matthias Spaeter, théorbe

  20. Scocca pur tutti tuoi strali (Jean-Baptiste Lully)
  21. 15 Scocca pur tutti tuoi strali

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  22. Ah ! Rinaldo, e dove sei ?
  23. 16 Ah ! Rinaldo, e dove sei ?

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  24. Airs à deux parties avec les seconds couplets en diminution (Joseph Chabanceau de La Barre)
  25. 17 Si c'est un bien que l'espérance

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  26. 18 Depuis quinze jusqu'à trente

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  27. 19 Ah ! Je sens que mon coeur va mourir

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  28. 20 Quand on vous dit que l'on vous ayme

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  29. Que faites-vous Sylvie ? (Michel Lambert)
  30. 21 Que faites-vous Sylvie ?

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  31. Si je vous dis que je vous ayme
  32. 22 Si je vous dis que je vous ayme

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  33. Au secours, au secours
  34. 23 Au secours, au secours

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  35. Qui conte les faveurs
  36. 24 Qui conte les faveurs

    Henri Ledroit, contreténor - Anne-Marie Lasla, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

  37. Déploration sur la mort de Monsieur de Lambert (Du Buisson)
  38. 25 Déploration sur la mort de Monsieur de Lambert

    Henri Ledroit, contreténor - Marianne Muller, viole de gambe - Aline Zylberajch, clavecin

À propos

Luigi Rossi, Antonio Brunelli, Claudio Mnnteverdi, Jean-Baptiste Lully, Michel Lambert, Joseph Chabanceau de la Barre, Du Buisson / Henri Ledroit, contreténor (Live, Festival d'Aix en 1985 et au Centre de Musique baroque de Versailles en 1987)

Détails de l'enregistrement original :

65:38 - ADD - Enregistré en plein air (Cloître Saint-Sauveur) lors d'un concert au Festival d'Aix-en-Provence en 1985 et dans le cadre des Journées Lully du Centre de Musique Baroque de Versailles en 1987 - Notes en français & anglais

Luigi Rossi (v.1597-1653)
Disperati, ch'aspetti più ?
A chi, lasso credero ?
Hor guardate come và la fortuna
Anime, voi che siete dalle furie

Antonio Brunelli (v.1575-v.1630)
Scherzi, arie, canzonette, madrigaux, second livre (1614)
Qual dolor, qual martire (Aria)
Son arcieri troppo fieri (Aria)
Bella luce d'amour (Madrigal)
Bella donna mia nemica (Scherzo)
Perche due baci (Madrigal)
Pur si ruppe il fero laccio (Scherzo)
Io parto, Ahi ! Dura voce (Madrigal)
Care luci che vaghezza (Scherzo)
Intermedio d'Orfeo

Claudio Monteverdi (1567-1643)
Adagiati, Poppea (Couronnement de Popée : Berceuse d'Arnalta)

Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
Scocca pur tutti tuoi strali
Ah ! Rinaldo, e dove sei ?

Joseph Chabanceau de la Barre
Airs à deux parties avec les seconds couplets en diminutions, 1669)
Si c'est un bien que l'espérance
Depuis quinze jusqu'à trente
Ah ! Je sens que mon cœur va mourir
Quand on vous dit que l'on vous ayme

Michel Lambert (v.1610-1696)
Que faites-vous, Sylvie ?
Si je vous dis que je vous ayme
Au secours, au secours
Qui conte les faveurs

Du Buisson (v.1655-1710)
Déploration sur la mort de Monsieur de Lambert

Henri Ledroit (1946-1988), contreténor
Matthias Spaeter, luth & théorbe
Anne-Marie Lasla, viole de gambe
Aline Zylberajch, clavecin

Lorsqu'il s'agit de dire, huit ans après la disparition d'un artiste, ce qui faisait sa nature, son charme et sa place dans l'histoire des interprètes, les impulsions de la mémoire frappent à la porte du souvenir, un peu désordonnées, un peu anecdotiques. [...] Henri Ledroit était un vrai professionnel, un artiste préparé à chanter ce qu'on lui demandait de chanter, mais c'était avant tout une nature impétueuse, haute en couleur, un être qui savait adorer, mais pouvait être capable de colères retentissantes. Pourtant, c'était aussi un être fragile, soucieux de ce que l'on pensait de lui, inquiet qu'on ne l'aimât point ou pas assez. [...]
    Ce binôme force/fragilité s'illustrait avant tout dans la couleur et la tenue de sa voix. Ledroit était une voix, puissante, tonique, large, colorée – fait assez rare chez les "falsettistes". Il usait du falsetto, mais ne paraissait jamais chanter d'une voix "fausse", ou "feinte", ainsi que peut l'induire l'étymologie du terme. Avant que de rencontrer la figure d'Alfred Deller, au début des années 1970, et de se lancer dans l'aventure, rare à l'époque, en France, d'une carrière de contreténor, la "vraie" voix, la première tessiture d'Henri Ledroit furent celle du baryton. Mais, à l'inverse de la plupart des barytons devenus contreténors, Ledroit n'a pas isolé le haut de sa tessiture, sa voix de tête, et banni ses graves de "poitrine" naturels. Ainsi, il fut le premier contreténor français à pouvoir chanter des rôles d'alto masculin et de hautes-contres "à la française". (Avant lui, ce furent André Mallabrera, Michel Sénéchal ou Zeger Vandersteene ; mais ils étaient des ténors aigus.). Toute puissante et riche qu'elle était, la voix d'Henri Ledroit pouvait confiner au murmure, prête à se briser sur le silence. Ledroit avait le sens, strict et honnête, de la suavitas. [...]
    Henri Ledroit avait un charme inné et dévastateur ; son humour et sa drôlerie ne l'étaient pas moins. On se souvient, entre autres anecdotes, d'Henri faisant hurler de rire les baigneurs et baigneuses d'une piscine, poursuivi par sa consœur Guillemette Laurens, à qui il avait chipé une partie de son maillot de bain... C'était à l'Escurial près de Madrid, en août 1982, entre deux répétitions du groupe de madrigalistes qu'avait réuni Philippe Herreweghe à l'occasion du cours et des concerts organisés par l'Université espagnole. [...]
    Ce qui frappe le plus, dans ces documents enregistrés sur le vif, c'est le frémissement propre au concert. Au Festival d'Aix-en-Provence, pendant l'été 1985, Henri Ledroit donnait en bis d'un récital avec Matthias Spaeter la Berceuse d'Arnalta de Monteverdi, bouleversante, murmurée, indicible – une berceuse qui endort à peine la mélancolie qui nous étreint. Deux ans plus tard, Henri chantait la Plainte sur la mort de Monsieur Lambert de Du Buisson, autre grand moment radiophonique, capté lors des "Journées Lully" du Centre de Musique Baroque de Versailles. Comment ne pas se souvenir, en entendant cette plainte, qu'il ne restait plus à Henri que quelques mois à vivre ? Ce nonobstant, les petits airs lestes que le contreténor chantait à Aix rappellent sa fantaisie débridée, sa connivence avec un public qui l'adorait et continue de l'adorer. C'est aussi la magie propre au disque – et particulièrement à cette collection – que de restituer, en les confondant, les moments de mémoire et de vie. Ils sont tels quels, imparfaits mais toujours infiniment touchants.

Renaud Machart
(Extraits du texte du livret)
© INA mémoire vive 1996 - Reproduction interdite

À découvrir

Dans la même thématique

L'artiste principal

Henri Ledroit dans le magazine

Plus d'articles

Le label

INA Mémoire vive

De la difficulté qu'il y a à exploiter les trésors symphoniques des archives de l'Ina, en raison en particulier des contraintes liées aux droits, Renaud Machart, qui assure la direction artistique de la collection, a fait une force, inventant une politique éditoriale totalement surprenante : "Ina mémoire vive" fait du journalisme musical sonore, en quelque sorte. C'est ainsi qu'un disque Couperin "historique" permet de retrouver des interprétations bien surprenantes consacrées au compositeur au fil des années ; qu'un récital Mado Robin a permis de réévaluer le talent de la grande chanteuse française, ou que la réédition du fameux récital de Clara Haskil, enfin dans des...

Voir la page INA Mémoire vive Lire l'article

L'époque

Musique Baroque dans le magazine

Plus d'articles

Le sous genre

Classique dans le magazine

  • John Williams par Dudamel John Williams par Dudamel

    A la tête du Los Angeles Philharmonic, le jeune chef d'orchestre Gustavo Dudamel revisite les plus grandes partitions du compositeur fétiche de Steven Spielberg et George Lucas...

    Lire l'article
  • Faust à Londres

    Le London Symphony Orchestra (LSO) offre une superbe version de "La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz dont on célèbre les 150 ans de la disparition...

    Lire l'article
Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles