Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Smiths|Meat Is Murder

Meat Is Murder

The Smiths

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Le titre, incisif (« Viande égal meurtre », message que pourtant seul Morrissey revendique), préfigure le ton, violent. La pochette, guerrière (une photo d’un documentaire sur la guerre du Vietnam), également. Bref, les Smiths annoncent d’entrée de jeu la cuisson : saignante. Encore un peu tendre l’année d’avant (The Smiths), pas encore à point : ce sera pour The Queen Is Dead , l’année suivante. En un an, le groupe s’est ouvert au monde extérieur. A tel point que Morrissey a fait scandale, lors d’un attentat à Brighton, en déclarant : « Le malheur, ce n’est pas que l’IRA ait attaqué Thatcher, c’est qu’il l’ait ratée…».

Logiquement, Meat is murder est un disque qui tire sans sommation. Avec trois pièces de choix. En entrée, «The Headmaster ritual », sans doute une des plus belles chansons du tandem Morrissey-Marr, texte effrayant (« Belligerent ghouls run Manchester schools ») sur mélodie parfaite. En dessert, deux autres attaque en piqué, « Barbarism begins at home » (une des chansons les plus originales des Smiths, avec son tempo martial) et « Meat is murder », violente attaque végétarienne, ballade d’outre-tombe, que Morrissey chante comme s’il attendait lui-même qu’on l’emmène à l’abattoir.

Entre-temps, que des amuse-gueule de choix, des pop-songs nerveuses que sont « What she said » et « Nowhere fast », jusqu’à l’étonnant « How soon is now », dont le son tourbillonnant annonce avec quelques mois d’avance la révolution Madchester.
©Copyright Music Story 2017

Plus d'informations

Meat Is Murder

The Smiths

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
The Headmaster Ritual
00:04:55

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

2
Rusholme Ruffians
00:04:20

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

3
I Want the One I Can't Have
00:03:13

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

4
What She Said
00:02:42

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

5
That Joke Isn't Funny Anymore
00:04:57

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

6
Nowhere Fast
00:02:37

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

7
Well I Wonder
00:03:59

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

8
Barbarism Begins at Home
00:06:53

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Tim Young, Masterer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

9
Meat Is Murder
00:06:13

Johnny Marr, Guitar, Piano, Writer - STEPHEN STREET, Engineer - The Smiths, Producer, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 2013 Warner Music UK Ltd. ℗ 1985 Warner Music UK Ltd.

Descriptif de l'album

Le titre, incisif (« Viande égal meurtre », message que pourtant seul Morrissey revendique), préfigure le ton, violent. La pochette, guerrière (une photo d’un documentaire sur la guerre du Vietnam), également. Bref, les Smiths annoncent d’entrée de jeu la cuisson : saignante. Encore un peu tendre l’année d’avant (The Smiths), pas encore à point : ce sera pour The Queen Is Dead , l’année suivante. En un an, le groupe s’est ouvert au monde extérieur. A tel point que Morrissey a fait scandale, lors d’un attentat à Brighton, en déclarant : « Le malheur, ce n’est pas que l’IRA ait attaqué Thatcher, c’est qu’il l’ait ratée…».

Logiquement, Meat is murder est un disque qui tire sans sommation. Avec trois pièces de choix. En entrée, «The Headmaster ritual », sans doute une des plus belles chansons du tandem Morrissey-Marr, texte effrayant (« Belligerent ghouls run Manchester schools ») sur mélodie parfaite. En dessert, deux autres attaque en piqué, « Barbarism begins at home » (une des chansons les plus originales des Smiths, avec son tempo martial) et « Meat is murder », violente attaque végétarienne, ballade d’outre-tombe, que Morrissey chante comme s’il attendait lui-même qu’on l’emmène à l’abattoir.

Entre-temps, que des amuse-gueule de choix, des pop-songs nerveuses que sont « What she said » et « Nowhere fast », jusqu’à l’étonnant « How soon is now », dont le son tourbillonnant annonce avec quelques mois d’avance la révolution Madchester.
©Copyright Music Story 2017

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

Wish You Were Here

Pink Floyd

Wish You Were Here Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd
À découvrir également
Par The Smiths

El Matador

The Smiths

El Matador The Smiths

The Queen Is Dead (2017 Remaster)

The Smiths

The Smiths

The Smiths

The Smiths The Smiths

The Queen Is Dead

The Smiths

The Queen Is Dead The Smiths

Complete (Hi-Res Version)

The Smiths

Playlists

Dans la même thématique...

And In The Darkness, Hearts Aglow

Weyes Blood

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

Will Of The People

Muse

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Alpha Zulu

Phoenix

Alpha Zulu Phoenix
Les Grands Angles...
The Smiths, une histoire anglaise

Cinq années à peine et quatre albums suffiront aux Smiths pour laisser une trace indélébile dans l’histoire du rock britannique. Le tandem Morrissey / Johnny Marr fut un îlot salvateur au cœur des synthétiques années 80. L’un de ces groupes qui ne pouvait venir QUE de l’autre côté du Channel…

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Iggy et les Stooges, l'aube punk

En 1969, une bande de crétins autoproclamés dynamite le rock’n’roll à coups de distorsion et de textes nihilistes. A la tête de ces Stooges, Iggy Pop, une sorte de Nijinski habité et révolté, destiné à devenir le parrain du punk rock à venir.

Dans l'actualité...