Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Paul McCartney|McCartney (Archive Collection)

McCartney (Archive Collection)

Paul McCartney

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Le premier album solo de Paul McCartney tient une position particulière pour tous ses fans : il représente à la fois le point de départ où tout est à nouveau possible et le point final qui vient mettre un terme définitf à la plus belle aventure de la musique pop. Lorsque les premiers exemplaires du disque sont envoyés à la presse le 10 avril 1970, les journalistes découvrent un communiqué annonçant la séparation officielle des Beatles – tout du moins la cessation des activités de McCartney avec le groupe. Geste maladroit ou mise au point nécessaire, le faire-part n’encourage guère à une juste évaluation de l’œuvre et précipite les chroniqueurs dans une profonde perplexité.

Le jugement est d’autant plus sévère que « Macca », affecté par un accueil sans indulgence, se répand dans le courrier du Melody Maker en se faisant passer pour un fan sceptique :



- Comment Paul McCartney peut-il prétendre avoir fait cet album seul ?



Au sortir de l’aventure Beatles se terminant par l’enregistrement d’Abbey Road à l’été 1969 et des problèmes liés à la gestion extra-musicale du groupe, Paul se morfond dans une lente dépression, dort, boit et fume plus que de raison et se retrouve barbu et hébété quand il pose la première pierre de l’édifice le 12 février 1970 : « Kreen-Akrore », un collage instrumental mis en boîte au studio Morgan de Londres. Après cette période de retranchement dans sa ferme écossaise de Campbelltown, tout va très vite. Il s’équipe d’un magnétophone Studer 4-pistes à son domicile londonien de Cavendish Avenue et multiplie les allers-retours aux studios Abbey Road où il enregistre et produit en secret sous le nom d’emprunt Billy Martin tous les titres de l’album. Il crée sa propre compagnie d’édition MPL Communications et, soulagé par le résultat, téléphone à John Lennon en pleine cure de désintoxication d’héroïne avec le docteur Janov à Los Angeles (voir l’album John Lennon – Plastic Ono Band).

Le premier titre « The Lovely Linda »  est une courte bluette dédiée à sa femme Linda qu’il encourage à participer aux chansons. Construit, ou plutôt bricolé dans une veine dilletante identique, la majorité des titres se présentent sous la forme de mélodies fugaces et d’instrumentaux situés à mille lieux des parfaites pop songs attendues par tous. Cet assemblage artisanal ne manque pas de donner un caractère lo-fi (low fidelity) et avant-gardiste à l’album, à une époque où la pop dite progressive  s’invente des vélléités symphoniques. S’il était sorti vingt ans plus tard, il ne fait aucun doute qu’il serait qualifié de chef-d’œuvre. Alors, le public ne se trompe pas, lui offrant une première position américaine et – seulement – seconde en Angleterre.

Dominé par les trois véritables perles que sont les chansons « Every Night » (l’une de ses plus belle mélodies), le rock pur jus « Maybe I’m Amazed » et le tendre « Junk » rescapé de l’ère Beatles, , l’essai comporte donc d’autres surprises qui dévoilent les multiples facettes du génie protéiforme d’un multi-instrumentiste doublé d’un compositeur d’exception, tels « Hot As Sun/Glasses » (un couplage guitare-orgue), « Momma Miss America » et « Singalong Junk » (version muette). D’autres séquences comme « Man We Was Lonely » et « Teddy Boy »  (un petit message à John) raviront les fans du McCartney tendance candide.
©Copyright Music Story 2016

Plus d'informations

McCartney (Archive Collection)

Paul McCartney

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
The Lovely Linda (2011 Remaster)
00:00:45

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Ltd/Inc under exclusive license to StarCon, LLC

2
That Would Be Something (2011 Remaster)
00:02:41

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Ltd/Inc under exclusive license to StarCon, LLC

3
Valentine Day (2011 Remaster)
00:01:43

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

4
Every Night (2011 Remaster)
00:02:35

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

5
Hot As Sun / Glasses (2011 Remaster)
00:02:09

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

6
Junk (2011 Remaster)
00:01:56

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

7
Man We Was Lonely (2011 Remaster)
00:03:00

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

8
Oo You (2011 Remaster)
00:02:50

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

9
Momma Miss America (2011 Remaster)
00:04:07

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

10
Teddy Boy (2011 Remaster)
00:02:24

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

11
Singalong Junk (2011 Remaster)
00:02:37

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

12
Maybe I’m Amazed (2011 Remaster)
00:03:52

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

13
Kreen-Akrore (2011 Remaster)
00:04:14

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

DISQUE 2

1
Suicide (2011 Remaster)
00:02:50

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

2
Maybe I’m Amazed (From One Hand Clapping / 2011 Remaster)
00:04:54

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

3
Every Night (Live At Glasgow, Scotland / 1979 / 2011 Remaster)
00:04:32

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Ltd/Inc under exclusive license to StarCon, LLC

4
Hot As Sun (Live At Glasgow, Scotland / 1979 / 2011 Remaster)
00:02:28

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

5
Maybe I’m Amazed (Live At Glasgow, Scotland / 1979 / 2011 Remaster)
00:05:12

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Ltd/Inc under exclusive license to StarCon, LLC

6
Don’t Cry Baby (Out-take / 2011 Remaster)
00:03:08

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

7
Women Kind (Demo / Mono / 2011 Remaster)
00:02:09

Paul Mccartney, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2011 MPL Communications Inc/Ltd

Descriptif de l'album

Le premier album solo de Paul McCartney tient une position particulière pour tous ses fans : il représente à la fois le point de départ où tout est à nouveau possible et le point final qui vient mettre un terme définitf à la plus belle aventure de la musique pop. Lorsque les premiers exemplaires du disque sont envoyés à la presse le 10 avril 1970, les journalistes découvrent un communiqué annonçant la séparation officielle des Beatles – tout du moins la cessation des activités de McCartney avec le groupe. Geste maladroit ou mise au point nécessaire, le faire-part n’encourage guère à une juste évaluation de l’œuvre et précipite les chroniqueurs dans une profonde perplexité.

Le jugement est d’autant plus sévère que « Macca », affecté par un accueil sans indulgence, se répand dans le courrier du Melody Maker en se faisant passer pour un fan sceptique :



- Comment Paul McCartney peut-il prétendre avoir fait cet album seul ?



Au sortir de l’aventure Beatles se terminant par l’enregistrement d’Abbey Road à l’été 1969 et des problèmes liés à la gestion extra-musicale du groupe, Paul se morfond dans une lente dépression, dort, boit et fume plus que de raison et se retrouve barbu et hébété quand il pose la première pierre de l’édifice le 12 février 1970 : « Kreen-Akrore », un collage instrumental mis en boîte au studio Morgan de Londres. Après cette période de retranchement dans sa ferme écossaise de Campbelltown, tout va très vite. Il s’équipe d’un magnétophone Studer 4-pistes à son domicile londonien de Cavendish Avenue et multiplie les allers-retours aux studios Abbey Road où il enregistre et produit en secret sous le nom d’emprunt Billy Martin tous les titres de l’album. Il crée sa propre compagnie d’édition MPL Communications et, soulagé par le résultat, téléphone à John Lennon en pleine cure de désintoxication d’héroïne avec le docteur Janov à Los Angeles (voir l’album John Lennon – Plastic Ono Band).

Le premier titre « The Lovely Linda »  est une courte bluette dédiée à sa femme Linda qu’il encourage à participer aux chansons. Construit, ou plutôt bricolé dans une veine dilletante identique, la majorité des titres se présentent sous la forme de mélodies fugaces et d’instrumentaux situés à mille lieux des parfaites pop songs attendues par tous. Cet assemblage artisanal ne manque pas de donner un caractère lo-fi (low fidelity) et avant-gardiste à l’album, à une époque où la pop dite progressive  s’invente des vélléités symphoniques. S’il était sorti vingt ans plus tard, il ne fait aucun doute qu’il serait qualifié de chef-d’œuvre. Alors, le public ne se trompe pas, lui offrant une première position américaine et – seulement – seconde en Angleterre.

Dominé par les trois véritables perles que sont les chansons « Every Night » (l’une de ses plus belle mélodies), le rock pur jus « Maybe I’m Amazed » et le tendre « Junk » rescapé de l’ère Beatles, , l’essai comporte donc d’autres surprises qui dévoilent les multiples facettes du génie protéiforme d’un multi-instrumentiste doublé d’un compositeur d’exception, tels « Hot As Sun/Glasses » (un couplage guitare-orgue), « Momma Miss America » et « Singalong Junk » (version muette). D’autres séquences comme « Man We Was Lonely » et « Teddy Boy »  (un petit message à John) raviront les fans du McCartney tendance candide.
©Copyright Music Story 2016

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

From The Fires

Greta Van Fleet

From The Fires Greta Van Fleet

Permanent Vacation

Aerosmith

Permanent Vacation Aerosmith

Chocolate Starfish And The Hot Dog Flavored Water

Limp Bizkit

The Number of the Beast

Iron Maiden

À découvrir également
Par Paul McCartney

Women And Wives

Paul McCartney

Women And Wives Paul McCartney

Band On The Run

Paul McCartney

Band On The Run Paul McCartney

Ram

Paul McCartney

Ram Paul McCartney

McCartney III

Paul McCartney

McCartney III Paul McCartney

Pure McCartney

Paul McCartney

Pure McCartney Paul McCartney

Playlists

Dans la même thématique...

Live At The El Mocambo

The Rolling Stones

Live At The El Mocambo The Rolling Stones

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Let It Be

The Beatles

Let It Be The Beatles

Dans l'actualité...