Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Ahmad Jamal - Marseille

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Marseille

Ahmad Jamal

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Ses albums Blue Moon et Saturday Morning avaient non seulement rappelé qu’Ahmad Jamal était un immense pianiste mais surtout qu’à 85 ans passés son inspiration était loin d’être au point mort. Avec son indéboulonnable rythmique toujours aussi magnétique (le batteur Herlin Riley, le bassiste James Cammack et le percussionniste Manolo Badrena), le pianiste de Pittsburgh rend cette fois hommage à Marseille. Mer multicolore et port tourné vers l'Afrique, tous les symboles d’ouverture sont là pour nourrir son jazz. Ville vivante pour musique vivante, la Cité phocéenne est ici célébrée comme dans une déclaration n’esquivant aucun recoin de la relation amoureuse. Groove percussif puis gospel habité, ballade nonchalante, thème sinueux, Ahmad Jamal semble arpenter des ruelles aux contours divers, aux teintes variées et aux odeurs plurielles… Dans cet esprit kaléidoscopique, le thème qui donne son titre au disque est décliné trois fois : en version instrumentale puis dans un slam/rap (en français) balancé par Abd Al Malik et enfin dans une version de velours (in English) portée par la voix suave de Mina Agossi. Encore plus renversante, la relecture des Feuilles mortes de Joseph Kosma (Autumn Leaves), un thème qu’il a enregistré plusieurs fois par le passé (notamment avec Ray Crawford et Israel Crosby au début des années 50 sur son album The Ahmad Jamal Trio chez Epic). Jamal et ses gardes du corps réussissent ici à vivifier ce standard enregistré des milliers de fois, jouant comme personne sur l’espace et la dynamique. Un nouveau tour de magie à mettre au crédit de ce musicien de génie. © MD/Qobuz

Plus d'informations

Marseille

Ahmad Jamal

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Marseille (Instrumental) 00:08:34

Ahmad Jamal, Composer, Performer, Primary

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

2
Sometimes I Feel Like A Motherless Child 00:05:48

Ahmad Jamal, Arranger, Performer, Primary - Traditional, Composer

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

3
Pots en verre 00:08:30

Ahmad Jamal, Composer, Performer, Primary

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

4
Marseille (feat. Abd Al Malik) 00:07:23

Ahmad Jamal, Composer, Performer, Primary

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

5
Autumn Leaves 00:08:49

Ahmad Jamal, Performer, Primary - Joseph Kosma, Composer

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

6
I Came to See You / You Were Not There 00:05:56

Ahmad Jamal, Composer, Performer, Primary

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

7
Baalbeck 00:06:24

Ahmad Jamal, Composer, Performer, Primary

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

8
Marseille (feat. Mina Agossi) 00:08:14

Ahmad Jamal, Composer, Performer, Primary

harmonia mundi musique S.A.S. | JazzVillage, a label of [PIAS]. 2017

Descriptif de l'album

Ses albums Blue Moon et Saturday Morning avaient non seulement rappelé qu’Ahmad Jamal était un immense pianiste mais surtout qu’à 85 ans passés son inspiration était loin d’être au point mort. Avec son indéboulonnable rythmique toujours aussi magnétique (le batteur Herlin Riley, le bassiste James Cammack et le percussionniste Manolo Badrena), le pianiste de Pittsburgh rend cette fois hommage à Marseille. Mer multicolore et port tourné vers l'Afrique, tous les symboles d’ouverture sont là pour nourrir son jazz. Ville vivante pour musique vivante, la Cité phocéenne est ici célébrée comme dans une déclaration n’esquivant aucun recoin de la relation amoureuse. Groove percussif puis gospel habité, ballade nonchalante, thème sinueux, Ahmad Jamal semble arpenter des ruelles aux contours divers, aux teintes variées et aux odeurs plurielles… Dans cet esprit kaléidoscopique, le thème qui donne son titre au disque est décliné trois fois : en version instrumentale puis dans un slam/rap (en français) balancé par Abd Al Malik et enfin dans une version de velours (in English) portée par la voix suave de Mina Agossi. Encore plus renversante, la relecture des Feuilles mortes de Joseph Kosma (Autumn Leaves), un thème qu’il a enregistré plusieurs fois par le passé (notamment avec Ray Crawford et Israel Crosby au début des années 50 sur son album The Ahmad Jamal Trio chez Epic). Jamal et ses gardes du corps réussissent ici à vivifier ce standard enregistré des milliers de fois, jouant comme personne sur l’espace et la dynamique. Un nouveau tour de magie à mettre au crédit de ce musicien de génie. © MD/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Playing the Room Avishai Cohen (tp)
À découvrir également
Par Ahmad Jamal

Playlists

Dans la même thématique...
Live In Europe Melody Gardot
Kind Of Blue Miles Davis
Blue World John Coltrane
Beautiful Vinyl Hunter Ashley Henry
Les Grands Angles...
Impulse! Orange was the new Black

Avec Blue Note et Verve, Impulse! est sans doute le plus célèbre des labels de jazz américains. Une maison peinte en orange et noir qui hébergea bien évidemment John Coltrane mais aussi les musiciens les plus aventureux des années 60.

Santana, le lézard de Tijuana

Une place au panthéon du rock assurée dès ses débuts avec sa performance ensorcelante à Woodstock, une dizaine de Grammy Awards sous le bras et des millions de disques écoulés grâce à sa renaissance en star de la latin pop, des featurings plus prestigieux les uns que les autres… Santana fait partie de ces artistes qui ont tout raflé : la reconnaissance du public, de la critique et de ses pairs. Portrait d’un artiste comblé qui enchaîne les mues comme un lézard.

Pedro Almodóvar dans le groove

Pedro Almodóvar a toujours accordé une place de choix à la musique dans ses films, que ce soit à travers des morceaux préexistants ou des compositions originales. Il reprend ainsi à son compte cette réplique d’un de ses premiers films : « c'est la musique qui dit la vérité sur la vie ».

Dans l'actualité...