Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Rachel Harnisch - Mahler: Symphony No. 4 & Schnabel: Lieder from Op. 11 & Op. 14

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Mahler: Symphony No. 4 & Schnabel: Lieder from Op. 11 & Op. 14

Rachel Harnisch

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Dès l’après-Première-guerre, Schönberg avait lancé l’idée de donner des œuvres modernes dans des versions réduites, simple affaire de finances à la base, mais aussi volonté d’épurer des orchestrations souvent immenses et exigeant des salles non moins immenses. Il avait commencé une réécriture du Chant de la Terre, et effectué plusieurs réductions de divers lieder orchestraux. La présente version de la Quatrième Symphonie n’est pas due à Schönberg, mais à la plume de Klaus Simon en 2007, qui a choisi un ensemble de quatorze musiciens : quintette à vents, quintette à cordes, piano, accordéon (!) et deux percussionnistes. Bien entendu, le résultat n’aura pas le « poids » de l’orchestration de Mahler, même s’il convient de préciser que la Quatrième Symphonie est de très loin la plus économe en moyens orchestraux. La partie de soprano du dernier mouvement est tenue par Rachel Harnisch. La même Rachel Harnisch nous chante également quelques Lieder de Artur Schnabel, plus connu comme pianiste que comme compositeur. C’est pour son épouse Therese Behr, soprano elle-même, que Schnabel écrivit ces partitions au début du XXe siècle, dans un style qui n’est pas sans rappeler Strauss. L’orchestration, délibérément plus « moderne », est due à Graziella Contratto qui dirige aussi le Mythen Ensemble Orchestral pour l’album. © SM/Qobuz

Plus d'info

Mahler: Symphony No. 4 & Schnabel: Lieder from Op. 11 & Op. 14

Rachel Harnisch

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Symphony No. 4: I. Bedächtig, nicht eilen (Arrangement for Soprano and Ensemble by Klaus Simon) 00:17:04

Rachel Harnisch, Main Artist - Gustav Mahler, Composer - MythenEnsembleOrchestral, Ensemble - Graziella Contratto, Conductor - © 2007 Universal Edition

(C) 2016 Claves Records

2
Symphony No. 4: II. In gemächlicher Bewegung. Ohne Hast (Arrangement for Soprano and Ensemble by Klaus Simon) 00:10:05

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Rachel Harnisch, Main Artist - Gustav Mahler, Composer - Graziella Contratto, Conductor - © 2007 Universal Edition

(C) 2016 Claves Records

3
Symphony No. 4: III. Ruhevoll (Arrangement for Soprano and Ensemble by Klaus Simon) 00:21:08

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Rachel Harnisch, Main Artist - Gustav Mahler, Composer - Graziella Contratto, Conductor - © 2007 Universal Edition

(C) 2016 Claves Records

4
Symphony No. 4: IV. Sehr behaglich (Aus: Des Knaben Wunderhorn: Das himmlische Leben) (Arrangement for Soprano and Ensemble by Klaus Simon) 00:10:52

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Gustav Mahler, Composer - Graziella Contratto, Conductor - Rachel Harnisch, Main Artist - © 2007 Universal Edition

(C) 2016 Claves Records

5
Dann, Op. 11 No. 2 (Arrangement for Soprano and Ensemble by Graziella Contratto) 00:02:59

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Artur Schnabel, Composer - Graziella Contratto, Conductor - Rachel Harnisch, Main Artist - © 2016 Peermusic III, Ltd

(C) 2016 Claves Records

6
Marienlied, Op. 11 No. 4 (Arrangement for Soprano and Ensemble by Graziella Contratto) 00:01:56

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Artur Schnabel, Composer - Graziella Contratto, Conductor - Rachel Harnisch, Main Artist - © 2016 Peermusic III, Ltd

(C) 2016 Claves Records

7
Sieh mein Kind, ich gehe, Op. 11 No. 7 (Arrangement for Soprano and Ensemble by Graziella Contratto) 00:01:34

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Artur Schnabel, Composer - Graziella Contratto, Conductor - Rachel Harnisch, Main Artist - © 2016 Peermusic III, Ltd

(C) 2016 Claves Records

8
Abendlandschaft, Op. 14 No. 14 (Arrangement for Soprano and Ensemble by Graziella Contratto) 00:02:05

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Artur Schnabel, Composer - Graziella Contratto, Conductor - Rachel Harnisch, Main Artist - © 2016 Peermusic III, Ltd

(C) 2016 Claves Records

9
Heisst es, viel Dich bitten ?, Op. 14 No. 16 (Arrangement for Soprano and Ensemble by Graziella Contratto) 00:01:48

MythenEnsembleOrchestral, Ensemble, Orchestra - Artur Schnabel, Composer - Graziella Contratto, Conductor - Rachel Harnisch, Main Artist - © 2016 Peermusic III, Ltd

(C) 2016 Claves Records

Descriptif de l'album

Dès l’après-Première-guerre, Schönberg avait lancé l’idée de donner des œuvres modernes dans des versions réduites, simple affaire de finances à la base, mais aussi volonté d’épurer des orchestrations souvent immenses et exigeant des salles non moins immenses. Il avait commencé une réécriture du Chant de la Terre, et effectué plusieurs réductions de divers lieder orchestraux. La présente version de la Quatrième Symphonie n’est pas due à Schönberg, mais à la plume de Klaus Simon en 2007, qui a choisi un ensemble de quatorze musiciens : quintette à vents, quintette à cordes, piano, accordéon (!) et deux percussionnistes. Bien entendu, le résultat n’aura pas le « poids » de l’orchestration de Mahler, même s’il convient de préciser que la Quatrième Symphonie est de très loin la plus économe en moyens orchestraux. La partie de soprano du dernier mouvement est tenue par Rachel Harnisch. La même Rachel Harnisch nous chante également quelques Lieder de Artur Schnabel, plus connu comme pianiste que comme compositeur. C’est pour son épouse Therese Behr, soprano elle-même, que Schnabel écrivit ces partitions au début du XXe siècle, dans un style qui n’est pas sans rappeler Strauss. L’orchestration, délibérément plus « moderne », est due à Graziella Contratto qui dirige aussi le Mythen Ensemble Orchestral pour l’album. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Rachel Harnisch

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Danny Elfman en dix albums

Entre féerie et humour déjanté, grandiose et douceur bienveillante, Danny Elfman a bâti en près de quarante ans un style très personnel et bigarré, qu’il distille dans des productions hollywoodiennes éclectiques, signées notamment Tim Burton ou Gus Van Sant. À l’occasion d’un week-end qui lui est consacré à la Philharmonie de Paris, retour sur dix albums essentiels de sa discographie.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Julius Katchen, 50 nuances de Brahms

Si les pianistes de notre époque, toutes générations confondues, enregistrent la musique pour piano de Brahms à tour de doigts – surtout les derniers opus, 116 à 119, qui ont la cote –, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque le pianiste américain Julius Katchen commence ses enregistrements brahmsiens en 1962, il signe pour Decca la toute première intégrale des œuvres pour clavier du compositeur allemand. Il sera suivi une dizaine d’années plus tard par celle de l’Allemand Peter Rösel, et, plus récemment, d’une douzaine de pianistes.

Dans l'actualité...