Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Accentus - Laurence Equilbey|Louise Farrenc: Symphonies Nos 1 & 3

Louise Farrenc: Symphonies Nos 1 & 3

Laurence Equilbey

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Le temps est enfin venu de reconsidérer l’histoire de la musique en sortant de la condescendance masculine qui a relégué les compositrices au rang de quelques bizarreries. Héritière de Beethoven vénéré à Paris à travers l’enseignement de ses professeurs étrangers Hummel et Reicha, Louise Farrenc laisse des œuvres symphoniques fortes et dramatiques. Contrairement à Clara Schumann ou à Alma Mahler, Louise Farrenc n’a pas été entravée par un mari la reléguant à la cuisine, au ménage ou dans des maternités répétées. Issue d’un milieu d’artistes et vivement encouragée par son époux, elle eut tout loisir de s’épanouir comme compositrice, mais aussi en tant que pianiste, pédagogue, éditrice et musicologue.

Cet album constitue le premier volume de l’intégrale des trois Symphonies de Louise Farrenc sous la direction de Laurence Equilbey à la tête de l’Insula Orchestra qu’elle a créé pour explorer un répertoire peu connu, en particulier pour mettre en avant les œuvres des grandes oubliées de l’histoire telles que Fanny Hensel-Mendelssohn ou encore Clara Schumann. .
Malgré le succès qu’elle commençait à rencontrer à Paris, Louise Farrenc a eu beaucoup de difficultés à présenter ses œuvres symphoniques dans la capitale française. C’est à Bruxelles que fut créée sa Symphonie n° 1 en ut mineur dont l’écriture s’inscrit avec brio dans le sillage de ce qui faisait de mieux dans les années 1840, dans un style où le métier le dispute encore aux influences des grands maîtres de l’époque : Beethoven, Schubert et Mendelssohn. .

Créée cette fois à Paris sous la direction de François-Antoine Habeneck dont les interprétations des symphonies de Beethoven étaient connues dans toute l’Europe, la Symphonie n° 3 en sol mineur, d’une écriture plus personnelle, commence par une cantilène du hautbois solo précédant un Allegro traversé par une énergie dramatique parcourue de syncopes et de surprises harmoniques.
Dans ses symphonies, Louise Farrenc est parvenue à concilier avec bonheur le style viennois contemporain avec beaucoup d’intensité et d’originalité. Loin de constituer une curiosité, les symphonies de Farrenc mériteraient de figurer au répertoire des orchestres français, au même titre que celles d’Albéric Magnard systématiquement oubliées elles aussi dans son propre pays, mais c’est une autre histoire… © François Hudry/Qobuz

Plus d'informations

Louise Farrenc: Symphonies Nos 1 & 3

Accentus - Laurence Equilbey

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

Symphony No. 1 in C minor, Op. 32 (Louise Farrenc)

1
I. Andante sostenuto. Allegro
00:09:34

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

2
II. Adagio cantabile
00:09:09

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

3
III. Minuetto. Moderato
00:04:27

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

4
IV. Allegro assai
00:08:12

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

Symphony No. 3 in G minor, Op. 36 (Louise Farrenc)

5
I. Adagio. Allegro
00:09:32

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

6
II. Adagio cantabile
00:10:33

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

7
III. Scherzo. Vivace
00:06:41

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

8
IV. Finale. Allegro
00:06:41

Laurence Equilbey, Conductor - Louise Farrenc, Composer - Insula Orchestra, Orchestra

A Warner Classics/Erato release, © 2021 ERDA under exclusive licence to Parlophone Records Limited ℗ 2021 ERDA, under exclusive licence to Parlophone Records Limited

Descriptif de l'album

Le temps est enfin venu de reconsidérer l’histoire de la musique en sortant de la condescendance masculine qui a relégué les compositrices au rang de quelques bizarreries. Héritière de Beethoven vénéré à Paris à travers l’enseignement de ses professeurs étrangers Hummel et Reicha, Louise Farrenc laisse des œuvres symphoniques fortes et dramatiques. Contrairement à Clara Schumann ou à Alma Mahler, Louise Farrenc n’a pas été entravée par un mari la reléguant à la cuisine, au ménage ou dans des maternités répétées. Issue d’un milieu d’artistes et vivement encouragée par son époux, elle eut tout loisir de s’épanouir comme compositrice, mais aussi en tant que pianiste, pédagogue, éditrice et musicologue.

Cet album constitue le premier volume de l’intégrale des trois Symphonies de Louise Farrenc sous la direction de Laurence Equilbey à la tête de l’Insula Orchestra qu’elle a créé pour explorer un répertoire peu connu, en particulier pour mettre en avant les œuvres des grandes oubliées de l’histoire telles que Fanny Hensel-Mendelssohn ou encore Clara Schumann. .
Malgré le succès qu’elle commençait à rencontrer à Paris, Louise Farrenc a eu beaucoup de difficultés à présenter ses œuvres symphoniques dans la capitale française. C’est à Bruxelles que fut créée sa Symphonie n° 1 en ut mineur dont l’écriture s’inscrit avec brio dans le sillage de ce qui faisait de mieux dans les années 1840, dans un style où le métier le dispute encore aux influences des grands maîtres de l’époque : Beethoven, Schubert et Mendelssohn. .

Créée cette fois à Paris sous la direction de François-Antoine Habeneck dont les interprétations des symphonies de Beethoven étaient connues dans toute l’Europe, la Symphonie n° 3 en sol mineur, d’une écriture plus personnelle, commence par une cantilène du hautbois solo précédant un Allegro traversé par une énergie dramatique parcourue de syncopes et de surprises harmoniques.
Dans ses symphonies, Louise Farrenc est parvenue à concilier avec bonheur le style viennois contemporain avec beaucoup d’intensité et d’originalité. Loin de constituer une curiosité, les symphonies de Farrenc mériteraient de figurer au répertoire des orchestres français, au même titre que celles d’Albéric Magnard systématiquement oubliées elles aussi dans son propre pays, mais c’est une autre histoire… © François Hudry/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded: 4–6 March 2021, Auditorium Patrick Devedjian – La Seine Musicale, Boulogne-Billancourt (France)

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Accentus - Laurence Equilbey

Mozart: Lucio Silla, K. 135

Accentus - Laurence Equilbey

Mozart: Lucio Silla, K. 135 Accentus - Laurence Equilbey

Wolfgang Amadeus Mozart : Requiem

Accentus - Laurence Equilbey

Wolfgang Amadeus Mozart : Requiem Accentus - Laurence Equilbey

Magic Mozart

Accentus - Laurence Equilbey

Magic Mozart Accentus - Laurence Equilbey

Nuit Sacrée

Accentus - Laurence Equilbey

Nuit Sacrée Accentus - Laurence Equilbey

Mozart: Lucio Silla, K. 135, Act 2: "Ah se il crudel periglio"

Accentus - Laurence Equilbey

Playlists

Dans la même thématique...

Vivaldi: Concerti per violino X 'Intorno a Pisendel'

Julien Chauvin

Sibelius: Complete Symphonies

Klaus Mäkelä

The New Four Seasons - Vivaldi Recomposed

Max Richter

Old Friends New Friends

Nils Frahm

Nightscapes

Magdalena Hoffmann

Nightscapes Magdalena Hoffmann
Les Grands Angles...
Glenn Gould : l'extravagance ?

Il ne faisait rien comme les autres et c’est sans doute pour ça qu’il est devenu l’un des pianistes les plus respectés du XXe siècle. Avec ses interprétations inédites des grands classiques du classique, sa façon de jouer les coudes sous le clavier et ses excentricités, Glen Gould était un des musiciens les plus appréciés – et les plus critiqués – de son temps. Retour sur la carrière de ce pianiste d’art et d’essai.

Le Chant de la Terre : Gustav Mahler et l’Ailleurs

Qu’est-ce qui a pu pousser Gustav Mahler, en 1907-1908, à composer une œuvre aussi inclassable que celle-ci ? Écrit à un moment charnière dans la vie de Mahler, Le Chant de la Terre occupe une place à part dans son œuvre et marie l’esprit « fin de siècle » à la fascination pour l’exotisme qui grandissait à l’époque chez ses contemporains. À Vienne, l’heure était alors aux turbulences, et cette pièce qui oscille entre adieu et nouveau départ mérite un examen plus attentif.

Clara Schumann, entre artiste et épouse

Pianiste la plus renommée de son siècle, enfant prodige, compositrice, pédagogue… Elle reste surtout connue comme « la femme de Robert Schumann ». Avec sa musicalité et sa virtuosité sans précédents, Clara Schumann a ouvert une nouvelle ère et compte aujourd’hui parmi les plus grandes représentantes du romantisme. Et pourtant, ses œuvres sont toujours nettement moins mises en lumière que celles de ses contemporains, et en particulier de son époux. Jetons un œil sur la vie et l’œuvre de Clara Wieck/Schumann, artiste et compositrice qui était aussi une femme en avance sur son temps.

Dans l'actualité...