Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

David Bowie - Lodger (2017 Remaster)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Lodger (2017 Remaster)

David Bowie

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Pour Lodger,  3ème volet de la trilogie berlinoise, le groupe est le même que pour Low  et Heroes  à l’exception du guitariste soliste Adrian Belew, du violoniste Simon House et de la pianiste Sean Mays. Brian Eno est de la partie avec ses claviers retors et ses fameuses « cartes obliques ».

A l’inverse de Low  et Heroes  (une face chanson, une face instrumentale) et plus accessible, Lodger  ne comprend que des chansons. L’album est une série de cartes postales où David traite de sujets divers donnant du monde une image inquiétante: la vie d’un mercenaire (« Yassassin »), la violence domestique (« Repetition »), les anges de mort (« Look Back In Anger ») et: le voyage qui permet de s’ évader(« Move On », « Fantastic Voyage », « African Night Fight », « Red Sails »). Lodger  a été sous-estimé pour son contenu relâché et un son assez bâclé au mix. Cela dit, les moments marquants ne manquent pas, Bowie disposant d’un orchestre brillant et disposé à expérimenter.

Le très italianisant et romantique « Fantastic Voyage » ouvre la danse. Le texte est une incursion de Bowie dans la politique où il traite des dangers de la « guerre froide ». Bâtie sur la même séquence d’accords que « Fantastic Voyage » , « Boys Keep Swinging » est une apologie de l’ambiguïté sexuelle proche de « Rebel Rebel ». Pour que le morceau sonne le plus « punk amateur » possible, Bowie fit échanger aux musiciens leurs instruments. Le plus martial « Move On » fut aussi composé avec la technologie des bandes. Celle de «All The Young Dudes » morceau de l’époque « Ziggy » fut passée à l’envers, la grille d’accord résultante fut réécrite par Carlos Alomar et les chœurs enregistrés à l’envers. « Move On » réussit l’exploit d’être à la fois osé et accrocheur.

Lodger  est aussi l’occasion pour Bowie et Brian Eno d’explorer des musiques ethniques et de lancer les pistes de la «world music ». Le premier titre « African Night Flight » est un mélange surprenant de tempo rock et de musiques tribales d’Afrique. Dans « Yassassin » se côtoient tempo reggae et atmosphères orientales.

Autre point fort, le bouillonnant « Look Back In Danger » : une batterie polyrythmique hypnotique, un chant de crooner font que ce titre explosif figurera dans le film Moi Christiane.F droguée, prostituée....

Autre prouesse, le glaçant « Repetition » : Bowie y chante sans émotion le récit neutre d’un homme qui bat sa femme. Le contraste entre le thème tragique et son traitement détaché distille une angoisse rarement atteinte. « DJ » est un curieux choix de single puisqu’il s’attaque aux prescripteurs en chef à l’époque sur les radios les disc-jockeys. Sur « Red Sails » David Bowie parodie les allemands de Neu ! . L’album se termine un peu piteusement avec « Red Money » qui reproduit à l’identique « Sister Midnight » : seul le texte change.

Lodger  marque un léger essoufflement après le sommet  Heroes  mais reste une œuvre qui gagne en consistance au bout de plusieurs écoutes. Brian Eno, déçu Il ne retravaillera avec Bowie qu’en 1994 pour Outside .
© ©Copyright Music Story François Bellion 2016

Plus d'informations

Lodger (2017 Remaster)

David Bowie

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Fantastic Voyage 2017 Remaster
00:02:55

George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Drums - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Writer, Miscellaneous - Adrian Belew, Mandolin - David Bowie, Producer, Piano, Backing Vocals, Lead Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Mandolin, Backing Vocals, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Simon House, Mandolin - Sean Mayes, Piano - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

2
African Night Flight 2017 Remaster
00:02:56

Carlos Alomar, Guitar - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Percussion - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Piano, Writer - David Bowie, Producer, Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Sean Mayes, Piano - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

3
Move On 2017 Remaster
00:03:20

Carlos Alomar, Rhythm Guitar - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Percussion - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Adrian Belew, Rhythm Guitar - David Bowie, Producer, Backing Vocals, Lead Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Backing Vocals, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Rhythm Guitar, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Sean Mayes, Piano - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

4
Yassassin Turkish For: Long Live; 2017 Remaster
00:04:13

Carlos Alomar, Guitar - George Murray, Bass - Dennis Davis, Drums - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - David Bowie, Producer, Vocals, Writer, Synthesizer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Guitar, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Simon House, Violin - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

5
Red Sails 2017 Remaster
00:03:45

Carlos Alomar, Guitar - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Drums - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Guitar, Writer, Synthesizer - Adrian Belew, Guitar - David Bowie, Producer, Vocals, Writer, MainArtist - Stan Harrison, Saxophone - Tony Visconti, Producer, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Simon House, Violin - Sean Mayes, Piano - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

6
D.J. 2017 Remaster
00:04:01

Carlos Alomar, Guitar, Writer - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Percussion - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Writer - Adrian Belew, Guitar - David Bowie, Producer, Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

7
Look Back in Anger 2017 Remaster
00:03:08

Carlos Alomar, Guitar - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Drums - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Horn, Trumpet, Writer, Synthesizer - David Bowie, Producer, Backing Vocals, Lead Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Backing Vocals, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Sean Mayes, Piano - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

8
Boys Keep Swinging 2017 Remaster
00:03:18

Carlos Alomar, Drums - Dennis Davis, Bass Guitar - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Piano, Writer - Adrian Belew, Guitar - David Bowie, Producer, Guitar, Backing Vocals, Lead Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Bass Guitar, Backing Vocals, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Simon House, Violin - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

9
Repetition 2017 Remaster
00:03:00

Roger Powell, Synthesizer - Carlos Alomar, Guitar - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Drums - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Adrian Belew, Guitar - David Bowie, Producer, Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Simon House, Violin - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

10
Red Money 2017 Remaster
00:04:19

Roger Powell, Synthesizer - Carlos Alomar, Guitar - George Murray, Bass Guitar - Dennis Davis, Drums - Rod O'Brien, Mixing Engineer - Ray Staff, Remastering Engineer - Brian Eno, Writer - Adrian Belew, Guitar - David Bowie, Producer, Guitar, Backing Vocals, Lead Vocals, Writer, MainArtist - Tony Visconti, Producer, Backing Vocals, Mixing Engineer, Remastering Engineer, Audio Recording Engineer - David Richards, Audio Recording Engineer - Eugene Chaplin, Assistant Engineer - Greg Caruso, Assistant Mixing Engineer

© 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC ℗ 1979, 2017 Jones/Tintoretto Entertainment Company LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

Pour Lodger,  3ème volet de la trilogie berlinoise, le groupe est le même que pour Low  et Heroes  à l’exception du guitariste soliste Adrian Belew, du violoniste Simon House et de la pianiste Sean Mays. Brian Eno est de la partie avec ses claviers retors et ses fameuses « cartes obliques ».

A l’inverse de Low  et Heroes  (une face chanson, une face instrumentale) et plus accessible, Lodger  ne comprend que des chansons. L’album est une série de cartes postales où David traite de sujets divers donnant du monde une image inquiétante: la vie d’un mercenaire (« Yassassin »), la violence domestique (« Repetition »), les anges de mort (« Look Back In Anger ») et: le voyage qui permet de s’ évader(« Move On », « Fantastic Voyage », « African Night Fight », « Red Sails »). Lodger  a été sous-estimé pour son contenu relâché et un son assez bâclé au mix. Cela dit, les moments marquants ne manquent pas, Bowie disposant d’un orchestre brillant et disposé à expérimenter.

Le très italianisant et romantique « Fantastic Voyage » ouvre la danse. Le texte est une incursion de Bowie dans la politique où il traite des dangers de la « guerre froide ». Bâtie sur la même séquence d’accords que « Fantastic Voyage » , « Boys Keep Swinging » est une apologie de l’ambiguïté sexuelle proche de « Rebel Rebel ». Pour que le morceau sonne le plus « punk amateur » possible, Bowie fit échanger aux musiciens leurs instruments. Le plus martial « Move On » fut aussi composé avec la technologie des bandes. Celle de «All The Young Dudes » morceau de l’époque « Ziggy » fut passée à l’envers, la grille d’accord résultante fut réécrite par Carlos Alomar et les chœurs enregistrés à l’envers. « Move On » réussit l’exploit d’être à la fois osé et accrocheur.

Lodger  est aussi l’occasion pour Bowie et Brian Eno d’explorer des musiques ethniques et de lancer les pistes de la «world music ». Le premier titre « African Night Flight » est un mélange surprenant de tempo rock et de musiques tribales d’Afrique. Dans « Yassassin » se côtoient tempo reggae et atmosphères orientales.

Autre point fort, le bouillonnant « Look Back In Danger » : une batterie polyrythmique hypnotique, un chant de crooner font que ce titre explosif figurera dans le film Moi Christiane.F droguée, prostituée....

Autre prouesse, le glaçant « Repetition » : Bowie y chante sans émotion le récit neutre d’un homme qui bat sa femme. Le contraste entre le thème tragique et son traitement détaché distille une angoisse rarement atteinte. « DJ » est un curieux choix de single puisqu’il s’attaque aux prescripteurs en chef à l’époque sur les radios les disc-jockeys. Sur « Red Sails » David Bowie parodie les allemands de Neu ! . L’album se termine un peu piteusement avec « Red Money » qui reproduit à l’identique « Sister Midnight » : seul le texte change.

Lodger  marque un léger essoufflement après le sommet  Heroes  mais reste une œuvre qui gagne en consistance au bout de plusieurs écoutes. Brian Eno, déçu Il ne retravaillera avec Bowie qu’en 1994 pour Outside .
© ©Copyright Music Story François Bellion 2016

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Dreamland

Glass Animals

Dreamland Glass Animals

The Cars (2016 Remaster)

The Cars

Running on Empty (2018 Remaster)

Jackson Browne

Fragile

Yes

Fragile Yes
À découvrir également
Par David Bowie

Tryin' To Get To Heaven / Mother

David Bowie

The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (2012 Remaster)

David Bowie

Blackstar

David Bowie

Blackstar David Bowie

ChangesNowBowie

David Bowie

ChangesNowBowie David Bowie

Hunky Dory (2015 Remaster)

David Bowie

Playlists

Dans la même thématique...

Summer In Berlin

Schiller

Summer In Berlin Schiller

Pick Me Up Off The Floor

Norah Jones

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Meryem

Meryem Aboulouafa

Meryem Meryem Aboulouafa

Album No. 8

Katie Melua

Album No. 8 Katie Melua
Les Grands Angles...
La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Et Nirvana tua le rock

Il y a trente-quatre ans naissait Nirvana, l’embardée punk la plus inattendue de la fin du XXe siècle. Carrière éclair, tubes éternels, engouement planétaire et épilogue tragique : et si la bande de Kurt Cobain n’était autre que le dernier grand groupe de l’histoire du rock ? Retour sur l’histoire d’un phénomène générationnel sans pareil.

Elton John : les 10 premières années

Que reste-t-il de la première partie de la carrière d’Elton John ? Une discographie foisonnante, un nombre incalculable de tubes, le tout dans un décor exubérant aux recoins parfois sombres. À l’occasion de la sortie du biopic qui lui est consacré (“Rocketman” de Dexter Fletcher), retour sur les années 1970 d’un artiste généreux.

Dans l'actualité...