Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Metallica|Load

Load

Metallica

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Maturité où sénilité ? Le dilemme est apparu pour les fans de la première heure avec la sortie de Metallica. Load y apporte une réponse : ça sent le moisi. Les ambitions sont ici clairement en deçà de ce que l’on est en droit d’attendre d’un groupe comme Metallica. Le groupe a renoncé à sa propre identité. Ce malaise est perceptible dans l’ensemble de l’album dont on voit difficilement la cohérence : les flammes de la jaquette promettaient beaucoup, mais on est loin d’un retour façon Hell’s Angels. On passe d’un metal violent et sans compromis à un mélange de heavy et de hard-rock teinté de sonorités et d’arrangements évoquant le rock sudiste, façon Lynyrd Skynyrd (« Until it sleeps », « Poor twisted me »).

 

Premier échec : le traitement du thème de la déchéance avec le style musical. Ce hard rock mâtiné de sonorités country rock/blues s’accorde très mal à ce qui reste de violence dans certaines paroles. Par exemple, « 2 x 4 » est trop long et répétitif, cédant à la facilité avec des paroles à double sens dont le refrain n’arrive à mettre en musique qu’un vernis de vulgarité, comparé à la gouaille paillarde de certains bluesmen. Le groupe semble s’être fait un plaisir de tout désaccorder, de sorte que des paroles pleines de gravité sont mises en scène avec des airs plutôt entraînants.

 

Second échec : la composition de l’album est douteuse. On cherche en vain un rapport entre le titre et le contenu musical : Load, « charger » ? Autant dire faire du remplissage, verser tout ce que l’on a sous la main. Résultat : une bien mauvaise cuisine, de qualité totalement inégale. Près d’une moitié de l’album est constitué de titres insupportablement longs à écouter, parfois avec une tentative de mixer hard rock et metal avec un chant aux accents de crooner (« Hero of the day »). Le groupe semble essayer de palier l’absence de profondeur par la répétition sans fin et sur tous les tons des refrains, ad nauseam. L’autre partie de l’album est constituée de titres de qualité respectable. On trouve alors de bonnes idées, servant bien une ambiance de désespoir, comme le chant étouffé de « Poor twisted me » qui retranscrit le tourment intérieur exprimé dans la chanson. De même pour « Mama said » qui est l’exemple de ce que Load offre de plus réussi. Un titre à connotation blues, avec une intro en conséquence, nuancé de sonorités toujours limpides, parfois claires et parfois plus saturées. On devine dans ce titre ce qu’a maladroitement cherché à créer Metallica : un metal renouant avec ses origines blues.

 

Mais les maladresses de construction, la médiocrité des paroles allant jusqu’à une mise en scène outrée de la subjectivité (« Bleeding me »), finissent par déformer ce projet. Au mieux, c’est une caricature, au pire Metallica se livre à une archéologie poussiéreuse et stérile de ses racines et influences. Loin d’être l’album de la « renaissance », Load s’affirme seulement comme celui du malaise musical du groupe. Laissons-lui le dernier mot : « The higher you are / The further you fall » (« Plus haut tu parviens / Plus dure sera la chute »).

 
©Copyright Music Story 2021

Plus d'informations

Load

Metallica

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Ain't My Bitch Explicit
00:05:04

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, Vocalist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer - Lars Ulrich, Producer, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Jason Newsted, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

2
2 X 4
00:05:28

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

3
The House That Jack Built
00:06:38

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

4
Until It Sleeps
00:04:28

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, Vocalist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer - Lars Ulrich, Producer, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Jason Newsted, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

5
King Nothing
00:05:29

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, Vocalist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Jason Newsted, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

6
Hero Of The Day
00:04:21

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

7
Bleeding Me
00:08:17

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, Vocalist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Jason Newsted, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

8
Cure
00:04:54

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

9
Poor Twisted Me
00:04:00

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

10
Wasting My Hate
00:03:57

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

11
Mama Said
00:05:18

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

12
Thorn Within
00:05:51

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

13
Ronnie
00:05:17

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

14
The Outlaw Torn
00:09:48

Bob Rock, Producer - Randy Staub, Mixer, StudioPersonnel - James Hetfield, Producer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Producer, ComposerLyricist - Metallica, MainArtist

℗ 1996 Blackened Recordings Inc., under exclusive licence to Universal International Music B.V.

Descriptif de l'album

Maturité où sénilité ? Le dilemme est apparu pour les fans de la première heure avec la sortie de Metallica. Load y apporte une réponse : ça sent le moisi. Les ambitions sont ici clairement en deçà de ce que l’on est en droit d’attendre d’un groupe comme Metallica. Le groupe a renoncé à sa propre identité. Ce malaise est perceptible dans l’ensemble de l’album dont on voit difficilement la cohérence : les flammes de la jaquette promettaient beaucoup, mais on est loin d’un retour façon Hell’s Angels. On passe d’un metal violent et sans compromis à un mélange de heavy et de hard-rock teinté de sonorités et d’arrangements évoquant le rock sudiste, façon Lynyrd Skynyrd (« Until it sleeps », « Poor twisted me »).

 

Premier échec : le traitement du thème de la déchéance avec le style musical. Ce hard rock mâtiné de sonorités country rock/blues s’accorde très mal à ce qui reste de violence dans certaines paroles. Par exemple, « 2 x 4 » est trop long et répétitif, cédant à la facilité avec des paroles à double sens dont le refrain n’arrive à mettre en musique qu’un vernis de vulgarité, comparé à la gouaille paillarde de certains bluesmen. Le groupe semble s’être fait un plaisir de tout désaccorder, de sorte que des paroles pleines de gravité sont mises en scène avec des airs plutôt entraînants.

 

Second échec : la composition de l’album est douteuse. On cherche en vain un rapport entre le titre et le contenu musical : Load, « charger » ? Autant dire faire du remplissage, verser tout ce que l’on a sous la main. Résultat : une bien mauvaise cuisine, de qualité totalement inégale. Près d’une moitié de l’album est constitué de titres insupportablement longs à écouter, parfois avec une tentative de mixer hard rock et metal avec un chant aux accents de crooner (« Hero of the day »). Le groupe semble essayer de palier l’absence de profondeur par la répétition sans fin et sur tous les tons des refrains, ad nauseam. L’autre partie de l’album est constituée de titres de qualité respectable. On trouve alors de bonnes idées, servant bien une ambiance de désespoir, comme le chant étouffé de « Poor twisted me » qui retranscrit le tourment intérieur exprimé dans la chanson. De même pour « Mama said » qui est l’exemple de ce que Load offre de plus réussi. Un titre à connotation blues, avec une intro en conséquence, nuancé de sonorités toujours limpides, parfois claires et parfois plus saturées. On devine dans ce titre ce qu’a maladroitement cherché à créer Metallica : un metal renouant avec ses origines blues.

 

Mais les maladresses de construction, la médiocrité des paroles allant jusqu’à une mise en scène outrée de la subjectivité (« Bleeding me »), finissent par déformer ce projet. Au mieux, c’est une caricature, au pire Metallica se livre à une archéologie poussiéreuse et stérile de ses racines et influences. Loin d’être l’album de la « renaissance », Load s’affirme seulement comme celui du malaise musical du groupe. Laissons-lui le dernier mot : « The higher you are / The further you fall » (« Plus haut tu parviens / Plus dure sera la chute »).

 
©Copyright Music Story 2021

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Metallica

Metallica Live At Woodstock '94

Metallica

Metallica

Metallica

Metallica Metallica

Master Of Puppets

Metallica

Master Of Puppets Metallica

Metallica

Metallica

Metallica Metallica

The Metallica Blacklist

Metallica

Playlists

Dans la même thématique...

TEKKNO

Electric Callboy

TEKKNO Electric Callboy

Zeit

Rammstein

Zeit Rammstein

A View From The Top Of The World

Dream Theater

Back In Black

AC/DC

Highway To Hell

AC/DC

Les Grands Angles...
Metallica, le sentier de la gloire

Avec 125 millions d’albums vendus à travers le monde, dont une trentaine de millions pour le “Black Album”, Metallica est l’un des phénomènes pop les plus inattendus des 50 dernières années. Comment un groupe de metal aux chansons structurées de manière aussi alambiquée est-il parvenu à se jucher au niveau des produits de Madonna ou Michael Jackson ? Avec de l’intuition et beaucoup de détermination. Retour aux sources du groupe de metal le plus important de l’histoire.

Le trip hop en 10 albums

A l’aube des années 90, la vague trip hop submerge la Grande-Bretagne avec une électro influencée par la musique jamaïcaine et les beats rap. Rythmiques chloroformées et ambiances oppressantes, Massive Attack, Portishead, Tricky, Morcheeba et quelques autres inventent une sorte de soul music sombre, futuriste et parfois très cinématographique. Coup de zoom en 10 albums sur un genre aux frontières floues mais à l’influence nette.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

Dans l'actualité...