Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Canned Heat - Living The Blues

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Living The Blues

Canned Heat

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Living The Blues a été l’un des premiers double albums de l’histoire, après ceux de Bob Dylan, Mothers of Invention, Beatles et Cream. Directement dans la continuité de Boogie With Canned Heat, il est tout aussi indispensable.







Il est dominé dans sa face « studio » par un autre hit, « Going Up the Country », inspiré à Al Wilson par le « Going Down South » du bluesman Henry Thomas (« Ragtime Texas ») de 1928 dans lequel Thomas jouait l’intro à la flûte de Pan. Quarante ans plus tard Wilson emploie une flûte dont la tonalité se rapproche de sa propre voix de fausset. Le résultat est saisissant et le morceau fait le tour du monde. Il figure déjà dans la mémoire collective lorsqu’il est utilisé en ouverture du documentaire sur le festival de Woodstock auquel le groupe a participé. Puis en 2004 comme fond sonore du spot de pub TV pour le nouveau modèle Espace de Renault.







Si Bob Hite semble se débarrasser du « Walkin’ By Myself » du compositeur prolixe Jimmy Rogers (avec John Mayall au piano), il est impérial dans « Boogie Music » arrangé par Dr. John, et rugit dans « One Kind Favor ». Suit une longue pièce psychédélique ambitieuse mélangeant blues et « musique du monde » avant la lettre, habilement intitulée « Parthenogenesis ».







La pièce de résistance est une jam session basée sur « Fried Hockey Boogie » du précédent album, longue ici de quarante minutes et enregistrée au Kaleidoscope à Hollywood, prétexte complaisant aux solos interminables de chaque musicien et illustration du slogan de Bob Hite : « don’t forget to boogie ».
© ©Copyright Music Story Jean-Noël Ogouz 2015

Plus d'informations

Living The Blues

Canned Heat

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Pony Blues
00:03:47

Canned Heat, Producer, MainArtist - Alan Wilson, Guitar, Vocals, Harmonica, AssociatedPerformer - Larry Taylor, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Richard Moore, Engineer, StudioPersonnel - Charlie Patton, ComposerLyricist - Henry Vestine, Guitar, AssociatedPerformer - Skip Taylor, Producer - Adolfo De La Parra, Drums, AssociatedPerformer - Bob Hite, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1968 Capitol Records, LLC

2
My Mistake
00:03:21

Canned Heat, Producer, MainArtist - Alan Wilson, Composer - Skip Taylor, Producer

℗ 1968 Capitol Records, LLC

3
Sandy's Blues
00:06:45

Canned Heat, Producer, MainArtist - Alan Wilson, Slide Guitar, Vocals, Harmonica, AssociatedPerformer - Larry Taylor, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Robert Hite Jr., Composer - Henry Vestine, Guitar, AssociatedPerformer - Skip Taylor, Producer - Adolfo De La Parra, Drums, AssociatedPerformer - Bob Hite, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1968 Capitol Records, LLC

4
Goin' Up The Country
00:02:49

Canned Heat, Producer, MainArtist - Alan Wilson, Composer - Skip Taylor, Producer

℗ 1968 Capitol Records LLC

5
Walking By Myself
00:02:29

Canned Heat, Producer, MainArtist - Alan Wilson, Slide Guitar, Vocals, Harmonica, AssociatedPerformer - Larry Taylor, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Henry Vestine, Guitar, AssociatedPerformer - Skip Taylor, Producer - James Lane, ComposerLyricist - Adolfo De La Parra, Drums, AssociatedPerformer - Bob Hite, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1968 Capitol Records, LLC

6
Boogie Music
00:03:20

Canned Heat, Producer, MainArtist - Skip Taylor, Producer - L T III Tatman, Composer

℗ 1968 Capitol Records LLC

7
One Kind Favor
00:04:44

Canned Heat, Producer, MainArtist - Skip Taylor, Producer - L T III Tatman, Arranger, Work Arranger

℗ 1968 Capitol Records, LLC

8
Parthenogeneis
00:19:52

Canned Heat, Composer, Producer, MainArtist - Skip Taylor, Producer

A Capitol Records Release; ℗ 1968 Capitol Records, LLC

9
Refried Boogie Pt. 1
00:20:02

Canned Heat, Producer, MainArtist - Alan Wilson, Composer - Skip Taylor, Producer

℗ 1968 Capitol Records, LLC

10
Refried Boogie Pt. 2
00:20:59

Canned Heat, Composer, Producer, MainArtist - Skip Taylor, Producer

℗ 1968 Capitol Records, LLC

Descriptif de l'album

Living The Blues a été l’un des premiers double albums de l’histoire, après ceux de Bob Dylan, Mothers of Invention, Beatles et Cream. Directement dans la continuité de Boogie With Canned Heat, il est tout aussi indispensable.







Il est dominé dans sa face « studio » par un autre hit, « Going Up the Country », inspiré à Al Wilson par le « Going Down South » du bluesman Henry Thomas (« Ragtime Texas ») de 1928 dans lequel Thomas jouait l’intro à la flûte de Pan. Quarante ans plus tard Wilson emploie une flûte dont la tonalité se rapproche de sa propre voix de fausset. Le résultat est saisissant et le morceau fait le tour du monde. Il figure déjà dans la mémoire collective lorsqu’il est utilisé en ouverture du documentaire sur le festival de Woodstock auquel le groupe a participé. Puis en 2004 comme fond sonore du spot de pub TV pour le nouveau modèle Espace de Renault.







Si Bob Hite semble se débarrasser du « Walkin’ By Myself » du compositeur prolixe Jimmy Rogers (avec John Mayall au piano), il est impérial dans « Boogie Music » arrangé par Dr. John, et rugit dans « One Kind Favor ». Suit une longue pièce psychédélique ambitieuse mélangeant blues et « musique du monde » avant la lettre, habilement intitulée « Parthenogenesis ».







La pièce de résistance est une jam session basée sur « Fried Hockey Boogie » du précédent album, longue ici de quarante minutes et enregistrée au Kaleidoscope à Hollywood, prétexte complaisant aux solos interminables de chaque musicien et illustration du slogan de Bob Hite : « don’t forget to boogie ».
© ©Copyright Music Story Jean-Noël Ogouz 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Songs From The Big Chair Tears For Fears
Who's Next The Who
Slowhand Eric Clapton
À découvrir également
Par Canned Heat
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Betty Davis, la panthère funk

Sans elle, point de Macy Gray, Erykah Badu, Amy Winehouse ou Janelle Monáe ! Disparue des radars depuis des années, Betty Davis reste la pionnière des soul sisters félines. La déesse funk par excellence. Egalement celle qui offrit l’électricité à un certain Miles Davis, dont elle sera l’éphémère épouse. Mais qui es-tu Betty ?

Diabolus in musica – 50 ans de Black Sabbath

A l’automne 1969, quatre jeunes de Birmingham s’entassent dans un studio de Londres pour ce qui ressemble à leur dernière chance de faire carrière dans la musique. Ils ont 24 heures pour enregistrer et faire basculer leur destin. Ils en ressortiront avec “Black Sabbath”, premier album du combo du même nom mené par Ozzy Osbourne et le guitariste Tony Iommi, qui convertira toute une génération au heavy metal. Retour sur une révolution sonique.

Know your Lemmy

Le 24 décembre 2017, Lemmy Kilmister aurait fêté ses 72 ans, dont plus de 40 à la tête de Motörhead, le groupe de rock'n'roll le plus bruyant de l'histoire. Un cancer foudroyant a finalement emporté celui qui était devenu une icône que l'on croyait immortelle, tant sa disparition avait été maintes fois annoncée puis démentie. Motörhead, qui s'est logiquement éteint avec lui, aura donc traversé quatre décennies avec des hauts et des bas. Et surtout beaucoup de malentendus, sans mauvais jeu de mot en rapport avec la puissance sonore dégagée sur scène...

Dans l'actualité...