Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Matt Berninger - Let It Be

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Let It Be

Matt Berninger

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Let It Be

Matt Berninger

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Let It Be
00:03:42

Mickey Raphael, Harmonica, AssociatedPerformer - Booker T. Jones, Producer, Hammond B3, Recording Producer, AssociatedPerformer - Mike Brewer, Acoustic Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Matt Barrick, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - Gail Ann Dorsey, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Sean O'Brien, Producer, Acoustic Guitar, Co-Producer, Recording Engineer, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Matt Berninger, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kyle Resnick, Trumpet, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Ben Lanz, Trombone, AssociatedPerformer - Harrison Whitford, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Walt Martin, Electric Guitar, AssociatedPerformer

℗ 2020 Matt Berninger.

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Infinity On High

Fall Out Boy

Infinity On High Fall Out Boy

Debussy – Rameau

Víkingur Ólafsson

Debussy – Rameau Víkingur Ólafsson

The Köln Concert (Live at the Opera, Köln, 1975)

Keith Jarrett

Philip Glass: Piano Works

Víkingur Ólafsson

Philip Glass: Piano Works Víkingur Ólafsson
À découvrir également
Par Matt Berninger

Serpentine Prison (Deluxe Edition)

Matt Berninger

Serpentine Prison

Matt Berninger

Serpentine Prison Matt Berninger

Serpentine Prison

Matt Berninger

Serpentine Prison Matt Berninger

Distant Axis

Matt Berninger

Distant Axis Matt Berninger

One More Second

Matt Berninger

One More Second Matt Berninger
Dans la même thématique...

When You See Yourself

Kings Of Leon

When You See Yourself Kings Of Leon

Folklore (Explicit)

Taylor Swift

Folklore (Explicit) Taylor Swift

Fetch The Bolt Cutters

Fiona Apple

What Kinda Music

Tom Misch

What Kinda Music Tom Misch

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère...

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Dans l'actualité...