Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Christine and the Queens - La vita nuova

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

La vita nuova

Christine And The Queens

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Cet EP de Christine And The Queens – sorti un an et demi seulement après son deuxième album intitulé Chris – se situe dans la continuité du style musical propre à Héloïse Létissier (vrai nom de Chris). C’est toujours l’electronica des années 1980 et 1990 qui inspire la chanteuse, au même titre que Michael Jackson et Laurie Anderson. Ce n’est donc pas de ce côté que l’on trouvera la « nouveauté » dont parle le titre. La Vita Nuova fait référence à la première œuvre écrite par Dante au XIIIe siècle, dans laquelle il est question de Béatrice Portinari, une femme dont il est follement amoureux. La soudaine indifférence de cette dernière provoque chez l’auteur de profondes souffrances, mais développe également chez lui une certaine maturité. Les vertus émancipatrices de la douleur morale sont au cœur de cet EP, notamment dans sa pierre angulaire, People I’ve Been Sad (« Adolescence contrariée par un millier de chardons morts/Marcher pieds nus sur du verre et maintenant tout est plus fort »). Tout comme dans Je disparais dans tes bras (« Pourrais-tu m’aimer ? Ça j’en doute, quand tu prends ce que tu veux de moi »), Chris semble donc jouer le rôle de la victime, mais une ancienne victime que la blessure a rendue plus forte.

Si l’on se réfère à la pochette, les rôles sont même désormais inversés. Outre la vague référence à L’Exorciste et Mary Poppins, c’est avant tout à la mythique Joan Bennett dans La Rue rouge de Fritz Lang (1945) à qui l’on pense à la vue de Chris adossée à un réverbère dans une rue brumeuse. Bennett y interprète Kitty, une femme qui finit par rouler Chris, triste pigeon interprété par Edward G. Robinson. En s’identifiant à une femme fatale comme Joan Bennett, Christine and the Queens déploie sa puissance, tout en s’efforçant d’oublier un passé douloureux. La prédominance du violet – symbole du deuil au temps de Dante – dans les différents visuels de ce projet est assez parlante, de ce point de vue. Dans Nada, sur une orchestration sobre mais dansante, elle clame d’ailleurs haut et fort qu’elle ne « reviendra jamais » (« Never back again »). À travers cette collection de chansons polyglottes (français, anglais, espagnol, italien), Christine And The Queens dessine une nouvelle carte de sa vie, un atlas pailleté, mais aux reliefs (Mountains) plus escarpés que jamais. © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

La vita nuova

Christine and the Queens

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
People, I've been sad
00:04:20

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

2
Je disparais dans tes bras
00:03:55

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

3
Mountains (we met)
00:02:49

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

4
Nada
00:02:47

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

5
La vita nuova
00:04:28

Caroline Polachek, FeaturedArtist - Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

6
I disappear in your arms bonus
00:03:56

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

Descriptif de l'album

Cet EP de Christine And The Queens – sorti un an et demi seulement après son deuxième album intitulé Chris – se situe dans la continuité du style musical propre à Héloïse Létissier (vrai nom de Chris). C’est toujours l’electronica des années 1980 et 1990 qui inspire la chanteuse, au même titre que Michael Jackson et Laurie Anderson. Ce n’est donc pas de ce côté que l’on trouvera la « nouveauté » dont parle le titre. La Vita Nuova fait référence à la première œuvre écrite par Dante au XIIIe siècle, dans laquelle il est question de Béatrice Portinari, une femme dont il est follement amoureux. La soudaine indifférence de cette dernière provoque chez l’auteur de profondes souffrances, mais développe également chez lui une certaine maturité. Les vertus émancipatrices de la douleur morale sont au cœur de cet EP, notamment dans sa pierre angulaire, People I’ve Been Sad (« Adolescence contrariée par un millier de chardons morts/Marcher pieds nus sur du verre et maintenant tout est plus fort »). Tout comme dans Je disparais dans tes bras (« Pourrais-tu m’aimer ? Ça j’en doute, quand tu prends ce que tu veux de moi »), Chris semble donc jouer le rôle de la victime, mais une ancienne victime que la blessure a rendue plus forte.

Si l’on se réfère à la pochette, les rôles sont même désormais inversés. Outre la vague référence à L’Exorciste et Mary Poppins, c’est avant tout à la mythique Joan Bennett dans La Rue rouge de Fritz Lang (1945) à qui l’on pense à la vue de Chris adossée à un réverbère dans une rue brumeuse. Bennett y interprète Kitty, une femme qui finit par rouler Chris, triste pigeon interprété par Edward G. Robinson. En s’identifiant à une femme fatale comme Joan Bennett, Christine and the Queens déploie sa puissance, tout en s’efforçant d’oublier un passé douloureux. La prédominance du violet – symbole du deuil au temps de Dante – dans les différents visuels de ce projet est assez parlante, de ce point de vue. Dans Nada, sur une orchestration sobre mais dansante, elle clame d’ailleurs haut et fort qu’elle ne « reviendra jamais » (« Never back again »). À travers cette collection de chansons polyglottes (français, anglais, espagnol, italien), Christine And The Queens dessine une nouvelle carte de sa vie, un atlas pailleté, mais aux reliefs (Mountains) plus escarpés que jamais. © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
À découvrir également
Par Christine and the Queens
Chris Christine and the Queens
Nuit 17 à 52 Christine and the Queens
Chaleur Humaine Christine and the Queens
People, I've been sad Christine and the Queens
Comme si Christine and the Queens

Playlists

Dans la même thématique...
Live Vol. 1 Parcels
Myopia Agnes Obel
Ghosteen Nick Cave & The Bad Seeds
Les Grands Angles...
Kraftwerk, 50 ans d'avance

Groupe de musique électronique le plus influent de l’histoire, Kraftwerk, fondé par le duo Ralf Hütter et Florian Schneider, qui s’est éteint le 6 mai 2020 des suites d’un cancer, a toujours été en avance sur son temps. En avance sur la technologie, sur la composition, sur les performances scéniques, les Allemands ont prouvé au grand public que les machines étaient aussi capables d’émotions et ouvert la voie pour la techno, la new wave et même le hip-hop.

Iggy et les Stooges, l'aube punk

En 1969, une bande d’auto-proclamés crétins dynamite le rock’n’roll à coup de distorsion et de textes nihilistes. A la tête de ces Stooges, Iggy Pop, une sorte de Nijinski habité et révolté, destiné à devenir le parrain du punk rock à venir.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Dans l'actualité...