Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Féloche - La vie cajun

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

La vie cajun

Feloche

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

C’est une histoire comme celles auxquelles on ne croit pas : ancien élève du Conservatoire de Paris, ingénieur du son de formation, Félix Féloche devient star punk en Ukraine, aussi facilement que l’on devient virtuose de la guitare : en y mettant beaucoup de doigts (et en prenant, de retour à Paris, des cours auprès de l’un des géants jazz du manche, Tal Farlow). Ensuite, il gère les affaires courantes, électrifie une mandoline, et se passionne pour la musique cajun, rapprochant la réalité des bayous de celle du périph’.

Après une auto-production (cinq titres) en carte de visite et galop d’essai, c’est cette Louisiane rêvée (et beaucoup d’autres horizons, en fait) que l’on retrouve dans La Vie Cajun, premier album de vapeurs nocturnes, grondements étranges, et rythmes de bourlingueur. Un drôle de zydeco, pour tout dire, qui mène de concert contrebasse pépère et électronique multicolore, accordéon essoufflé et violon romantique, comme on sait être romantique en Roumanie.

Les chansons partent dans tous les sens, car la vie, c’est cela : parfois on raconte sa journée (« Emilie »), ou sa journée est plus étrange qu’une nuit (« Bon appétit shaman », et ce qu’on identifiera comme une stridente scie musicale), parfois on se laisse à rêver à quelque amour impossible (« Reste avec moi »). Parfois on a des lettres mais cela n’avance pas à grand-chose (« Darwin avait raison »), parfois la nonchalance vous laisse comme un vrai couillon (« Laisse aller »). Et, parfois, on traverse Noël en plein été, comme ce « Dr. John Gris-Gris John », enregistré de l’autre côté de l’eau, avec le sorcier de la Nouvelle-Orléans en personne, en hommage bien mérité à cet album (Gris-Gris) sans lequel, suivant l’aveu même du chanteur, rien n’aurait été possible.

Féloche nous raconte tout cela d’une voix d’antipodiste, un peu fou mais très envoûtant, sur un air de valse ou de rock créole, et empruntant quelques bruitages aux dessins animés de Tex Avery. Il ne le fait pas seul, naturellement, battant le rappel de sa bande de copains parisiens, rameutant Sxip Shirey, conteur d’histoires et natif d’Athens (Ohio), ou l’invraisemblable icône punk gitane Alexander Sasha Pipa. Et il nous évite même de chercher la femme, nous offrant une visite sépia au royaume de « Singing in the Rain » en compagnie de l’actrice Nora Arnezeder (le personnage d’une Douce belle à se damner dans Faubourg 36, c’est elle). Et comme un bonheur sensuel ne vient jamais seul, il semblerait que la chansonnette soit utilisée par un grand parfumeur de la place Vendôme.

On va vous dire : avec son univers décalé mais pas superficiel, original mais pas ésotérique, humain mais pas inconstant, Féloche le vaut bien.  


© ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

Plus d'informations

La vie cajun

Féloche

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
La vie cajun
00:02:56

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur - L. Nico, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

2
Darwin avait raison
00:02:56

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

3
Eh toi !
00:02:20

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

4
Émilie
00:03:37

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur - L. Nico, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

5
Dr John Gris / Gris John
00:04:49

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Dr John, compositeur - Féloche, auteur - Dr John, auteur - L. Nico, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

6
Bon appétit shaman
00:03:18

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur - L. Nico, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

7
Tous les jours
00:03:03

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

8
Reste avec moi
00:03:39

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Julien Dajez, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

9
Jette les gants
00:03:02

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

10
Océan
00:03:03

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

11
Laisse aller
00:03:58

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

12
Singin' in the Rain
00:03:39

Feloche, interprète - Nacio Herb Brown, compositeur - Arthur Freed, compositeur - Nacio Herb Brown, auteur - Arthur Freed, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

13
Sxip Jam Bonus Track
00:03:44

Feloche, interprète - Féloche, compositeur - Sxip Shirey, compositeur - Féloche, auteur

¡Ya Basta! records Ya Basta records

Descriptif de l'album

C’est une histoire comme celles auxquelles on ne croit pas : ancien élève du Conservatoire de Paris, ingénieur du son de formation, Félix Féloche devient star punk en Ukraine, aussi facilement que l’on devient virtuose de la guitare : en y mettant beaucoup de doigts (et en prenant, de retour à Paris, des cours auprès de l’un des géants jazz du manche, Tal Farlow). Ensuite, il gère les affaires courantes, électrifie une mandoline, et se passionne pour la musique cajun, rapprochant la réalité des bayous de celle du périph’.

Après une auto-production (cinq titres) en carte de visite et galop d’essai, c’est cette Louisiane rêvée (et beaucoup d’autres horizons, en fait) que l’on retrouve dans La Vie Cajun, premier album de vapeurs nocturnes, grondements étranges, et rythmes de bourlingueur. Un drôle de zydeco, pour tout dire, qui mène de concert contrebasse pépère et électronique multicolore, accordéon essoufflé et violon romantique, comme on sait être romantique en Roumanie.

Les chansons partent dans tous les sens, car la vie, c’est cela : parfois on raconte sa journée (« Emilie »), ou sa journée est plus étrange qu’une nuit (« Bon appétit shaman », et ce qu’on identifiera comme une stridente scie musicale), parfois on se laisse à rêver à quelque amour impossible (« Reste avec moi »). Parfois on a des lettres mais cela n’avance pas à grand-chose (« Darwin avait raison »), parfois la nonchalance vous laisse comme un vrai couillon (« Laisse aller »). Et, parfois, on traverse Noël en plein été, comme ce « Dr. John Gris-Gris John », enregistré de l’autre côté de l’eau, avec le sorcier de la Nouvelle-Orléans en personne, en hommage bien mérité à cet album (Gris-Gris) sans lequel, suivant l’aveu même du chanteur, rien n’aurait été possible.

Féloche nous raconte tout cela d’une voix d’antipodiste, un peu fou mais très envoûtant, sur un air de valse ou de rock créole, et empruntant quelques bruitages aux dessins animés de Tex Avery. Il ne le fait pas seul, naturellement, battant le rappel de sa bande de copains parisiens, rameutant Sxip Shirey, conteur d’histoires et natif d’Athens (Ohio), ou l’invraisemblable icône punk gitane Alexander Sasha Pipa. Et il nous évite même de chercher la femme, nous offrant une visite sépia au royaume de « Singing in the Rain » en compagnie de l’actrice Nora Arnezeder (le personnage d’une Douce belle à se damner dans Faubourg 36, c’est elle). Et comme un bonheur sensuel ne vient jamais seul, il semblerait que la chansonnette soit utilisée par un grand parfumeur de la place Vendôme.

On va vous dire : avec son univers décalé mais pas superficiel, original mais pas ésotérique, humain mais pas inconstant, Féloche le vaut bien.  


© ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Féloche
Dans la même thématique...
Folklore (Explicit) Taylor Swift
Myopia Agnes Obel
Ghosteen Nick Cave & The Bad Seeds
Les Grands Angles...
Warp, 30 ans de musique risquée

Le catalogue de Warp, la maison de disques qui a permis l’éclosion de certains des artistes les plus exigeants de la musique électronique, comme Aphex Twin, LFO, Boards of Canada, Autechre ou Squarepusher, est désormais disponible sur Qobuz. L’occasion idéale pour revenir sur la destinée du label indépendant le plus respecté d’Angleterre.

Daniel Johnston, icône troublée et troublante

Personne ne sonne comme Daniel Johnston. Artiste dépressif et méconnu devenu culte grâce à la reconnaissance de ses pairs, l’Américain, mort le 11 septembre 2019 à l’âge de 58 ans, est le symbole d’une musique naïve, lo-fi mais débordant d’émotions. Il n’est pas trop tard pour (re)découvrir cet authentique génie underground qui ne rate jamais le cœur de l’auditeur.

Americana, l’Amérique par les racines

L’étiquette a beau sentir le coup marketing fumeux, l’americana synthétise pourtant bien depuis une vingtaine d’années cette fusion du rock, de la country, du blues et du rhythm’n’blues. Et comme dans toutes les grandes familles, on y croise à peu près tout le monde : la fille rebelle, l’oncle cultivé, le père agité, la cousine habitée…

Dans l'actualité...